mercredi, septembre 30, 2020
DRC
10,659
Personnes infectées
Updated on 30 September 2020 à 18:03 18 h 03 min
DRC
248
Personnes en soins
Updated on 30 September 2020 à 18:03 18 h 03 min
DRC
10,139
Personnes guéries
Updated on 30 September 2020 à 18:03 18 h 03 min
DRC
272
Personnes mortes
Updated on 30 September 2020 à 18:03 18 h 03 min

RDC: la chambre du conseil se prononce aujourd’hui sur la demande de libération provisoire de Kamerhe

- Publicité-

Après l’audience du procès de Vital Kamerhe et consorts, la chambre du conseil a examiné le même lundi 11 mai, la requête des avocats de la défense de Vital Kamerhe, sur une possible ou non liberté provisoire du détenu.

Ce dernier est détenu depuis un mois et trois jours dans la prison centrale de Makala.La chambre du conseil ayant par deux fois sa requête de libération conditionnelle.

Du côté du collectif de ses avocats, on salue la franche collaboration de son client avec la justice et on reste confiant à la justice en espèrant à un procès équitable et indépendant.

Interrogé par Top Congo FM, Me John Kaboto, avocat de Vital Kamerhe, espère du moins en une mise en liberté provisoire qui reste un droit pour son client en vertus de l’article 17 de la constitution.

« Nous avons plaidé sur la possibilité de la mise en liberté provisoire de notre client et voilà que l’affaire est pris en délibéré pour rendre le verdict. Je suis confiant à la justice congolaise que la justice pourra vraiment être indépendante et d’octroyer au moins la liberté provisoire à notre client puisque c’est un droit sacré en vertus de l’article 17 de notre constitution. Notre client jouit de présomption d’innocence », a dit Me John Kaboto à TOP Congo FM.

Il met aussi en exergue le problème de santé de son client qui doit être pris en compte pour sa mise en liberté provisoire.

«Le président accuse des soucis de santé et nous estimons que la santé coûte plus cher. Pour une bonne coopération, il faudrait que monsieur Vital Kamerhe soit en vie et en bonne santé pour répondre et coopérer avec la justice congolaise », a-t-il indiqué.

Le tribunal siégeant dans le cadre de l’enquête du programme de 100 jours a décidé de renvoyer la prochaine audience le 14 mai prochain, soit deux semaines.

Trois prévenus ont comparu dont le directeur de cabinet du chef de l’État, Samih Jammal, le DG de Samibo et Husmal Sarl et Muhima Ndoole Jeannot, chargé de l’import-export à la présidence de la république.

- Advertisement -

La première journée d’audience était essentiellement axée sur la présentation des prévenus, l’exposition de motif de jugement -chaque prévenu avec son cas- enfin quelques questions préliminaires leur avait été posées.

Les trois prévenus sont poursuivis pour détournement des deniers publics, blanchiment d’argent et corruption.

Thierry Mfundu

2 Commentaires

  1. Vos articles sont truffés de fautes d’orthographe et de français mais en plus avec beaucoup d’erreurs dans le traitement de l’information.

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...