Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider

samedi, juin 6, 2020
DRC
3,764
Personnes infectées
Updated on 6 June 2020 à 9:33 9 h 33 min
DRC
3,171
Personnes en soins
Updated on 6 June 2020 à 9:33 9 h 33 min
DRC
512
Personnes guéries
Updated on 6 June 2020 à 9:33 9 h 33 min
DRC
81
Personnes mortes
Updated on 6 June 2020 à 9:33 9 h 33 min

L’affaire des médicaments périmés en RDC

Détenu à la prison centrale de Makala à Kinshasa, Vital Kamerhe, le directeur de cabinet du président congolais Félix Tshisekedi, est accusé par la justice d’avoir commandé des médicaments périmés via une « quincaillerie », dans le cadre du programme de 100 jours. POLITICO.CD a enquêté sur les dessous de ce dossier. Révélations exclusives.

Le samedi 11 avril 2020, la justice congolaise a rejeté une demande de libération provisoire de Vital Kamerhe, alors que le directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi venait d’être placé, le mercredi 08 avril, en détention provisoire. Par la même occasion, la Chambre du Conseil du Tribunal de paix de Kinshasa/Matete a auditionné Vital Kamerhe sur un étrange dossier de faux médicaments dans un marché passé de gré avec l’entreprise « TRADE PLUS ».

L’ordonnance du Tribunal

Selon la justice, cette entreprise a reçu un paiement 10 millions USD dans cette transaction. Dans son jugement concernant la demande de liberté provisoire de Vital Kamerhe, la Chambre du Conseil du Tribunal de paix de Kinshasa/Matete veut savoir la raison pour laquelle la société Trade Plus SARL a été choisie alors qu’elle n’est pas du domaine pharmaceutique. Selon le Tribunal, la société tient juste une quincaillerie. De plus, les produits qu’elle a livrés sont arrivés à Kinshasa, ayant atteint la date de péremption – du moins pour la grande partie – et donc, impropres à la consommation.

- Publicité-

Le président de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) s’est expliqué. Vital Kamerhe, selon le même document à consulter ci-dessus, a soutenu que c’est à tort que le Parquet le rend responsable dans ce dossier. Il a cité l’actuel ministre de la Santé, Eteni Longondo, qui avait, selon lui, fait expertiser les médicaments et « qui avait déclaré en Conseil des ministres que les produits étaient conformes et que c’est lui qui les avait réceptionnés et mis à la disposition de la population. »

Selon des documents exclusifs et des témoignages parvenus à POLITICO.CD, tout commence par une lettre N°0702/04 du 19 avril 2019. Elle est écrite par le directeur de cabinet, Vital Kamerhe. Cette correspondance, adressée également à plusieurs ministres du gouvernement, informe le ministre de la Santé de l’époque, le Docteur Oly Ilunga, de l’arrivée des médicaments commandés dans le cadre du volet sanitaire du programme de 100 jours. « Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, me charge de vous informer de l’arrivée à Kinshasa, d’une importante cargaison (12 containers), des médicaments achetés dans le cadre de son Programme urgent des 100 jours et destinés à la distribution dans les différentes structures médicales de la République« , dit Vital Kamerhe dans la lettre. Il demande, au passage, au ministre Ilunga de prendre « toutes les dispositions nécessaires » pour réceptionner ces médicaments.

La Lettre de Vital Kamerhe à Oly Ilunga.

Selon plusieurs personnes qui ont travaillé dans le cabinet du ministre de la Santé à l’époque, Oly Ilunga n’a jamais été mis préalablement au courant d’un quelconque plan d’achat de médicaments. « Nous avons seulement vu la lettre annonçant l’arrivée des médicaments, sans en connaître les détails », explique notre source. Une situation qui inquiète rapidement le ministre de la Santé, qui écrit à Vital Kamerhe. Dans sa lettre n°1250/CAB/MIN/S/492/DC/SDC/2019 du 23 avril 2019, Oly Ilunga demande au Directeur de cabinet de lui fournir des détails supplémentaires, dont la qualité et la nature des produits, ainsi que les conditions de leur conservation (voir la lettre).

Le 29 avril, le Secrétaire général à la Santé, le Docteur Sylvain Yuma Ramazani, exécutant l’instruction du ministre Oly Ilunga, met en place une commission de réception de ces médicaments par sa décision N° 1251/SG/PESS/673/b/YRS/2019 du 30 Avril 2019. En date du 30 avril 2019, la commission, accompagnée du Secrétaire général, s’est rendue à l’entrepôt du ministère de la Santé situé dans l’enceinte de l’Hôpital général de référence pour recevoir le premier lot des médicaments à livrer par une société « TRADE PLUS SARL », atteste un témoignage écrit à POLITICO.CD, faisant partie du dossier judiciaire. « À l’entrepôt, Monsieur Emmanuel Kupa représentant la société +TRADE PLUS SARL+ était présent et a fourni un document intitulé +Bon de livraison +», explique-t-on.

Mais, d’après plusieurs sources, les conditions de stockage ne seront pas réunies à l’ex-Mama Yemo dans l’entrepôt du ministère de la Santé. La petite commission a décidé alors de trouver un autre entrepôt. Celui de Wagenia, situé sur l’avenue Wagenia N°2476 dans la commune de la Gombe, a été identifié pour cet entreposage.

Oly Ilunga refuse de réceptionner les médicaments

publicité

Le 13 juin 2019, le docteur Oly Ilunga note, dans une lettre adressée au Secrétaire général à la Santé, qu’à l’issue d’un rapport d’inspection de ces médicaments, son ministère n’est pas en mesure de réceptionner ces médicaments, citant notamment « l’absence des documents réglementaires qui permettent de faire la traçabilité dans l’assurance qualité des médicaments fournis ».

« Les services compétents recommandent ainsi la saisie de ces produits pour investigation approfondie par l’Inspection générale de la Santé afin d’identifier leurs sources, qui pourraient être liées à la criminalité pharmaceutique qui sévit dans notre pays et que nous combattons avec la collaboration d’INTERPOL », fait savoir le ministre Ilunga dans sa lettre, dont une copie est envoyée au directeur de cabinet du président Tshisekedi.

Le rapport, auquel Oly Ilunga fait allusion, date du 1er mai 2019. POLITICO.CD l’a consulté. Il donne les détails des opérations de réception et d’inspections des médicaments telles qu’elles se sont déroulées le 30 avril 2019 et le 1 mai 2019.
Dans ce document rédigé par Maluavanga Benjamin, conseiller pharmaceutique ; Donat Kabamb, Directeur DPM et Franck Biayi , Directeur du PNAM ; tous les trois membres de la commission mise en place par le Secrétaire général à la Santé pour la réception de ces médicaments ; il est noté :

« Ce rapport avait recommandé que le fournisseur puisse donner à la commission des documents nécessaires à la réception des produits. Une invitation lui avait été adressée avec la liste des documents à fournir à la commission. En date du 07 mai 2019, une réunion s’était tenue dans la salle de réunion du PNAM entre les membres de la commission de réception et M. Emmanuel Kupa, représentant le fournisseur « TRADE PLUS ». Au cours de cette réunion le Mr Emmanuel Kupa de TRADE PLUS n’avait amené aucun document repris dans la liste de l’invitation. En revanche, il a transféré par mail un document considéré par lui comme le Bon de commande de la Présidence. Bonjour ll s’agit en fait d’un document en excel avec titre « FACTURE PROFORMA » »

POLITICO.CD a également eu accès à cette « pro forma », dont la copie est ci-dessous:

- Publlicité-

La nouvelle arrive aux oreilles du président Félix Tshisekedi. Rapidement, le Chef de l’État, expliquent plusieurs sources, décide d’impliquer son conseiller spécial en charge de la Couverture Maladie Universelle, le Docteur Roger Kamba, afin de lancer des investigations autour de ces médicaments.

Le 17 juin 2019, Le docteur Kamba écrit au ministre Oly Ilunga pour lui demander d’entamer les investigations. « Subsidiairement au rapport final du 1er mai 2019, élaboré par des experts de votre Ministère, relatif à l’achat des médicaments prévus dans le cadre du programme des 100 jours de son Excellence Monsieur le Président de la République et sur son instruction personnelle ; je vous demande de vous saisir de ce dossier et de réaliser des investigations plus approfondies afin de pallier à toutes les irrégularités constatées ». dit-il dans sa lettre consultée par POLITICO.CD.

La Lettre du Conseiller du président Félix Tshisekedi, le Docteur Roger Kamba

Le 13 juin 2019, Oly Ilunga met en place une mission de 8 jours, composée de 13 membres, pour mener des investigations auprès de TRADE PLUS à Kinshasa. Mais, le ministre démissionne le 22 juillet 2019.

Eteni Longondo confirme la péremption

La lettre du Docteur Eteni demandant le remplacement des médicaments

Le 13 décembre 2019, soit six mois plus tard, le docteur Eteni demande au ministère du Budget de « liquider par procédure exceptionnelle » la somme 1.567.353 millions USD pour assurer la coordination et la logistique de la distribution de ces produits pharmaceutiques et matériels médicaux dans les hôpitaux de référence de toutes les provinces dans le cadre du programme de 100 jours.

Le ministre Eteni Longondo confirme cependant la péremption « d’une partie » des médicaments. Le 18 décembre 2019, il écrit au gérant de la MVG Planet Pharma pour lui faire part de la péremption des produits pharmaceutiques que sa société a livrés au ministère de la Santé. Il lui demande « illico de remplacer ses médicaments sous la supervision de la Direction de la pharmacie et du médicament à qui une copie de la lettre est adressée »

La réponse du Gérant de MVG PLANET PHARMA

MVG PLANET PHARMA est située sur avenue Lomami à Lubumbashi, dans la province du Haut-Katanga. Dans son accusé de réception du 20/12/2019, consulté par POLITICO.CD, le gérant de MVG PLANET PHARMA informe le ministre de la Santé que sa société a été contactée pour fournir des médicaments à TRADE PLUS SARL dans le cadre du programme urgent de 100 jours.

Il indique que son établissement a fourni les médicaments « depuis le mois de mars 2019 en cours tout en restant persuadé que les produits seraient déjà utilisés les huit derniers mois avant la date de péremption ». Toutefois, le gérant de MVG PLANET PHARMA s’incline devant la décision du ministre et promet de remplacer les médicaments dès le premier trimestre de l’an 2020. En effet, dans un document qui nous est parvenu, TRADE PLUS a fait sous-traiter l’achat de ces médicaments à PLANETE Pharma à la date du 09 janvier 2019.

Le Docteur Eteni demandant un paiement pour distribuer les médicaments

Joint par POLITICO.CD, le ministre Eteni Longondo n’a pas souhaité réagir. D’autant plus que l’affaire est au niveau de la justice. La rédaction n’a pas pu joindre la société TRADE PLUS, ni MVG PLANET, ni le directeur de cabinet du président Tshisekedi, Vital Kamerhe.

5 Commentaires

  1. Cette histoire des medicaments perimes est tellement grave que ca me donne froid dans le dos. Si cela s’ averrait vraie, alors ce monsieur merite un chatiment exemplaire. Car a part la volonte de s’ enrichir, derriere tout cela il y a l’ enpoisonement a petit feu de la population congolaise! Deja il y avait deja ete dans un passe recent, l’ elimination phisyque massive de l’ intelligence officie millitaire de notre armee. Avec l’ emploisonement lente de la population prouve le sans pardon de ce monsieur pour affaiblir la jeunesse congolaise a longue date! Personnellement j’ avais quitte le pays apres les greves des etudiants qui avaient permises a Mobutu de fermer l’ annee academique pour 2 ans et l’ envoie des etudiants aux services millitaire. Ici en Europe j’ ai eu la proposition d’ une societe pharmaceutique qui m’ avait propose un don des medicaments pour mon pays la RDC, mais une fois sur place dans leurs entrepots pour verifier les colis des medicaments pret a etre envoye, j’ avais procede a la verification des dates de periptions, a ma grande surprise les dates etaient perimees et sur place j’ avais decline cette aide gratuite pour la RDC. Ma conscience ne me permet pas d’ envoyer a mon peuple quelque chose qui risquait de leur baffouer la sante a long terme! Alors en lisant cette histoire d’ achat des medicaments perimes pour sa propre population, il n’ y a qu’ une hypothese qui me vient en tete, ce monsieur ne serait pas un vraie patriot, il n’ est pas congolais.

  2. Oh mon Dieu, kAMERHE me dégoute plus que jamais. Et même si demain ou après demain la politique voudra qu’il se sorte au calme de toutes ces affaires, il aura perdu la considération de beaucoup de congolais, c’est triste.

    Vivement que ja Justice fasse son boulot jusqu’au bout et sans ingérence politique, en toute transparence, sans pression.

  3. Derrière ce chaos qui est le symbole d’un pays à la dérive se cache le même fléau : la corruption. Comment le pays pourrait -t-il s’en sortir aussi longtemps que le pays est dirigé par les mêmes corrompus à l’exception des quelques uns ? .

  4. C,est ça un journaliste d investigation, coup de chapeau. Pas les autres journalistes qui planne en l,air avec des fausses informations, en conjuguant les verbes aux conditionnels.

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...

POLITICO.CD a besoin de vous!

Contrairement à de nombreuses organisations de presse, nous ne diffusons pas d’informations sponsorisées. Ainsi, nous avons besoin de vos contributions pour continuer à démocratiser l’accès à l’information en RDC, si précieuse et essentielle pour protéger notre indépendance éditoriale.

Les + récents

Retrait de Trois de quatre auteurs de l’étude controversée: L’OMS accepte les essais cliniques de l’hydroxychloroquine sur la covid-19

Trois des quatre auteurs de l'étude controversée sur les effets nocifs de l'usage de l'hydroxychloroquine sur la covid-19 publiée le 22 mai...

Deux lois portant autorisation de la ratification d’un accord de prêt et d’un accord de crédit promulguées par Félix Tshisekedi

Ce jeudi 04 juin, le Président de la République, Félix Tshisekedi Tshilombo a promulgué deux lois portant autorisation de la ratification d'un...

Félix Tshisekedi préside la 34e réunion du conseil des ministres

À partir de la cité de l'Union africaine, le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo préside la 34e réunion du...
- Publicité-