Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

dimanche, mai 31, 2020
DRC
3,070
Personnes infectées
Updated on 31 May 2020 à 12:26 12 h 26 min
DRC
2,550
Personnes en soins
Updated on 31 May 2020 à 12:26 12 h 26 min
DRC
448
Personnes guéries
Updated on 31 May 2020 à 12:26 12 h 26 min
DRC
72
Personnes mortes
Updated on 31 May 2020 à 12:26 12 h 26 min

Divisé, le cabinet de Tshisekedi explose après l’arrestation de Kamerhe

Avec la chute, temporaire, de son Directeur de cabinet et allié Vital Kamerhe, le président Félix Tshisekedi se prépare à rependre la main sur son système politique largement affecté et divisé.

Au cœur de la lutte laborieuse contre le Coronavirus qui frappe la République démocratique du Congo, qui vient de dépasser la barre symbolique de 200 cas, le président Félix Tshisekedi s’offre un véritable séisme au cœur même de son pouvoir. Son Directeur de cabinet, Vital Kamerhe, est éclaboussé par un scandale judiciaire, qui le voit, désormais, détenu à la prison centrale de Kinshasa. Et même si cet ancien président de l’Assemblée nationale de la RDC n’est, pour le moment, pas inculpé, de forts soupçons pèsent sur lui, scellant son départ, par la petite porte, du cabinet présidentiel.

Des UNCs de la Présidence s’attaquent à la Justice

Par ailleurs, l’arrestation et la détention de Vital Kamerhe provoquent une grave crise au sein de la coalition Cap pour le Changement (CACH) qu’il forme avec le Chef de l’Etat congolais et d’autres personnalités de la classe politique, anciens opposants. A l’annonce de sa convocation au Parquet de Matete, qui a fini par l’écrouer, Vital Kamerhe et son parti ont haussé le ton, accusant sans le cacher, le président Tshisekedi de vouloir se débarrasser d’un allié politique en prévision des échéances électorales à venir. « C’est tout simplement regrettable. Un homme, c’est le respect de la parole. Nous comprenons que le problème, c’est l’Accord de Nairobi. Il faut déjà éliminer quelqu’un comme Vital Kamerhe, il faut le rendre inéligible en créant des dossiers autour de sa personne pour le salir », a déploré le porte-parole de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), Selé Yemba, dans une déclaration à la presse.

Déjà dimanche 5 avril, alors que Vital Kamerhe venait de recevoir sa toute première convocation au Parquet de Matete, des ministres du gouvernement et même des conseillers du président Tshisekedi, membres de l’UNC, n’ont pas hésité à signer une déclaration politique de leur parti qualifiant la procédure judiciaire contre Kamerhe d’un « acharnement », promettant de mettre « hors d’état de nuire » les présumés instigateurs.

Tshisekedi visé par ses propres Conseillers

Ces membres de l’UNC n’ont pas hésité à citer « le Président de la République », dans une menace à peine voilée, faisant savoir que son Directeur de cabinet, Vital Kamerhe, n’aurait pu se rendre coupable de malversations sans que le Chef de l’État ne soit au courant.

Le mercredi 8 avril à l’audition de Kamerhe, plusieurs conseillers du président Tshisekedi, dont son chargé de mission, Pacifique Kahasha, accompagnaient leur leader de l’UNC au Parquet. Par ailleurs, à l’arrestation et au transfert de Kamerhe vers la prison centrale de Makala, des membres de son parti, dont des membres du cabinets du président Tshisekedi, se sont lancés dans des critiques et menaces, remettant en cause l’Accord qui les lie au Chef de l’État.

Le fait est qu’à la composition de son cabinet en 2019, Félix Tshisekedi a fait l’étrange choix de nommer des proches de Vital Kamerhe dans sa ceinture rapprochée. Outre Pacifique Kahasha, qui est un bras droit de Vital Kamerhe, mais qui se retrouve chef de mission de Félix Tshisekedi, plusieurs autres sont dans cette position. La directrice en Communication du président Félix Tshisekedi, Lydie Omanga, est une très proche à Vital Kamerhe. Selé Yemba, qui n’a pas hésité à fustiger la procédure judicaire, n’est autre que conseiller du président Félix Tshisekedi. Au cabinet du Président, toute une partie de son personnel est donc à l’arrêt, partagée devant le scandale judiciaire de leur leader politique, sans même hésiter à choisir leur camp.

Face à une telle réalité, Félix Tshisekedi est appelé à opérer rapidement une refonte totale de son cabinet. « Il n’est pas possible d’avoir des conseillers du Président de la République qui prennent position contre la Justice et même contre le Chef de l’Etat. C’est inadmissible », fait savoir un député élu de Kinshasa.

Si du côté de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), parti de Félix Tshisekedi, on garde le calme, préférant « laisser la justice faire son travail », la position des cadres de l’UNC est scrupuleusement suivie. « Nous allons apporter notre réponse au moment opportun. Il y a des choses qui se font et qui violent même le principe de fonctionnement d’un État. Mais, nous préférons attendre que la procédure judiciaire aille jusqu’au bout, avant de répondre », estime un haut cadre de l’UDPS.

Un cabinet déjà décrié

Lee dossier judiciaire continue. Jeudi à Kinshasa, des conseillers du président Tshisekedi ont été auditionnés par le Parquet de Matete. D’autres le seront bientôt. Une situation qui renforce encore la nécessité, pour le président de la République, de remanier son cabinet. Il s’agit, par ailleurs, d’un cabinet longtemps décrié à cause de ses guerres internes. En 2019, des problèmes de fonctionnement ont même atterri au niveau des médias. Plusieurs conseillers proches du Président ont contesté les pratiques du chef du cabinet, Vital Kamerhe, obligeant le président Tshisekedi à intervenir plusieurs fois. Par ailleurs, dans une séance de mise au point musclée, le Chef de l’État n’a pas hésité à dénoncer son cabinet et ses conseillers qui seraient « plus concentrés au business qu’à la politique ».

Restructurer le Cabinet commencerait déjà à trouver un nouveau directeur de cabinet. Vital Kamerhe en prison, même s’il s’en tirait blanchi, ne devrait plus revenir à son poste. Alors que son remplacement ne fait plus débat, des proches de Vital Kamerhe ont fait savoir que celui-ci était toujours au poste, malgré son emprisonnement. Une position qui écarte, de ce fait, toute démission du président de l’UNC. Un jusqu’auboutisme qui gène.

Litsani Choukran, éditorialiste et fondateur de POLITICO.CD n’a pas hésité à fustiger cette position de Vital Kamerhe et ses proches : « Si quelqu’un aimait tant soit peu ce pays, il devrait conseiller au directeur de cabinet du Chef de l’État de démissionner. C’est la moindre des choses. Il n’y a même pas débat. Se faire limoger sera une honte et une tache indélébile. L’honneur et l’éthique l’imposent !”.

Le président Félix Tshisekedi s’est isolé dans l’est de Kinshasa, à la résidence de la N’sele depuis le début de la semaine. Il n’a pris encore décision quant au remplacement de son directeur de cabinet. Dans son entourage, on affirme que cette initiative ne saurait trainer. Le nom de François Beya, l’actuel conseiller spécial en matière de sécurité, était évoqué. Mais, les faits l’en éloignent depuis, ne faisant pas unanimité. « Le Président a besoin d’un homme qui soit à la fois dévoué efficace, en plus de ne pas être un conçurent politique, tout en évitant toute polémique de tribalisme », explique un proche.

Tshisekedi se lance donc discrètement à la chasse de son prochain Direcab. À suivre au prochain numéro.

- Publicité -

23 Commentaires

  1. Que le président Félix prenne même comme son nouveau directeur du cabinet , monsieur Noël Tshianyi.il lui rendra un bon travail car se trouvant lui aussi dans la vision du président peu importe ce qu on peut accuser du tribalisme ,le problème c’est la qualité pour faire avancer la République.

  2. Cet appareil judiciaire a été mis en place dans toute crédibilité et nous sommes entrain tous d’observer de plus prêt. Fatshi est un grand homme d’État et de haute facture et laissons lui mettre sa politique en marche. Merci.

  3. Je voudrai émmetre mon avis en réaction à l’avant dernier paragraphe de cet article.
    Si le choix d’un nouveau Directeur de Cabinet devra tenir compte d’une éventuelle polémique tribalistique cela constituerait déjà une entorse audit choix dans mesure où une personnalité valable, compétente et travailleuse risquerait d’être écartée pour plaire à la rue et ce, au détriment de la Nation toute entière. Je souhaiterai que le Chef de l’Etat ne tienne compte que de la méritocratie, de présence, quelqu’un qui maîtrise les Finances Publiques.

  4. C’est vraiment, profondément décevant. Tout change… Même les cons finissent par se perfectionner dans la connerie… Il y a un adage qui dit: on peux tromper mille personnes à la fois, mais on ne peut pas tromper une personne mille fois…. Kamerhe et compagnie devraient savoir que le peuple Congolais évolue et change progressivement…

  5. Que le président félix tshisekedi pense même sur le remplaçant de son cabinet soit n’homme irreprochable en matière politique et finance, qu’il soit comme le riche Moïse katumbi.

  6. Cet article est fort équilibré et c’est très appréciable dans un environnement où les gens ne se déterminent pas en fonction des valeurs et des principes. Puissiez vous continuer à nous informer objectivement.

  7. Je présente mon idée par rapport au choix d’un nouveau dircab, il est impérieux de commencer d’abord à refondre ce cabinet là, de n’est plus porter le choix sur des gens tendancieux, que son Excellence se focalise de porter le choix du dircab d’une personne qui ne sort d’aucune tendance, peut être les tendances pourraient intervenir au niveau de la composition du cabinet enttier à part le dircab. Merci.

  8. Il sied de relever que Fatshi a fait confiance à VK à tout point de vue oubliant qu’au sein de son parti existaient des cadres à même de mener à bon port la conduite du cabinet présidentiel. Et voilà qu’est jetée sur la place publique la gestion des 100 jours de Fatshi, que des faiblesses relevées, que des détournements de l’argent du contribuable et à la fin c’est la déception car le peuple attendait prendre gout à l’erre Fatshi malheureusement c’est pas le cas.

  9. Le président ne doit pas s’entourer de voleurs comme caméléon . Qu’il réfléchisse longtemps. Vous parlez de tribalisme, la kabilie n’a travaillé qu’avec l’est, qui avait parlé?

  10. Mes chers frères congolais je me pose souvent cette question. Nous les congolais nous sommes de quels types des personnes. Hier ont réclamés que la justice congolaise est télécommandée par la majorité présidentielle, Aujourd’hui la même justice commence à se mettre au bon rail nous commençons à se chamailler. Nous devons respecter notre justice. Quand un affaire est sous la main de la justice. Laissons la justice fait son travail. Pendant la campagne électorale 2018 à Bukavu lui même Kamerhe et son allie Félix avaient promis devant les milliers de personnes que , quand ils seront à la présidence, la justice congolaise sera indépendante.

  11. Ce que les gens oublient dans leurs commentaires et qui est très important, est que nous ignorons tous que le Dirab V.Kamerhe n’était qu’un simple exécutant dont le pouvoir lui était conféré par son excellence Monsieur le Président de la République, de notre avis si le Dirab est vraiment coupable comme le dit la justice, monsieur le Président est un complice, sinon, comme garant il serait accusé de négligence, ce qui est coupable

  12. En à croire certains proches de Kamerhe, on doit accuser et condamner un mari dont la femme est trouvée en flagrant délit d’adultère. Mes frères même si on était le diable en personne, Felix Tshisekedi a ordonné à Kemerhe de voler 10 millions de dollars et les donner à la sœur d’Amida? Si nous savons que 10.000.000 millions ont atterri dans le compte privé de Soraya Mpiana-Kamerhe, ce qui est sur, Kamerhe ne rendra pas 1$ à la République, même à titre symbolique.

  13. N’oubliez pas que nous de l’est nous comprendrons une chose, hier c’était Kabila de l’est et aujourd’hui cet un kasaien d’où le jeux de géopolitique qui souffle a là présidence

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...