jeudi, octobre 28, 2021
DRC
57,470
Personnes infectées
Updated on 28 October 2021 à 17:32 17 h 32 min
DRC
5,449
Personnes en soins
Updated on 28 October 2021 à 17:32 17 h 32 min
DRC
50,930
Personnes guéries
Updated on 28 October 2021 à 17:32 17 h 32 min
DRC
1,091
Personnes mortes
Updated on 28 October 2021 à 17:32 17 h 32 min

l'info en continu

RDC: Au Parquet de Matete, le ton monte face à Kamerhe

- Publicité-

Le Parquet général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Matete était au cœur de toutes les attentions en République démocratique du Congo, le lundi 06 avril 2020. En l’espace de 48 heures, Vital Kamerhe l’a fait monter à la une de l’actualité, y détrônant même la crise du Coronavirus. Dans un document atypique largement relayé sur les réseaux sociaux, le directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi est convié pour une audition dans le cadre des enquêtes du programme de 100 jours. Le document laisse perplexe cependant. Il invite Kamerhe à se présenter au passé. Le 06 mars 2020. Une erreur « matérielle », dit-on.

Dimanche 5 avril, les proches de Kamerhe haussent le ton. Ils sont d’ailleurs à la confirmation de cette invitation longtemps restée « douteuse » sur les réseaux sociaux. Réunis au siège de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) à Kinshasa, ils publient une déclaration coupe-gorge. L’UNC fait bloc derrière son leader. Jamais, il ne sera question de laisser Vital Kamerhe, victime d’un acharnement. Aux « instigateurs », ils promettent alors de les mettre « hors d’état de nuire ».

L’UNC montre les biceps

- Publicité-

Mais, la déclaration politique musclée, qui va jusqu’à citer la fonction du Président de la République, rappelant à Félix Tshisekedi l’accord de Nairobi sur lequel son pouvoir est assis en coalition avec Kamerhe, l’UNC n’a toujours pas résolu une question cruciale : son leader va-t-il ou non se présenter ? Une nouvelle réunion a lieu, cette fois autour de Kamerhe, absent à la première. Débat interne. Contradictions. Les uns veulent voir le Leader défier le Parquet avec une foule des manifestants. « Très dangereux », pensent d’autres. Les rassemblements sont interdits suite au Coronavirus. Soudain, un compromis se dégage. Kamerhe n’ira pas. L’argumentaire est multiple. L’invitation ne fixe pas de date. Le Parquet ne serait pas habilité à le convoquer. Bref, peut-être que les avocats s’y rendront, seuls.

Pendant ce temps, une conversation a lieu entre Kamerhe et Tshisekedi. Les sources se contredisent quant à savoir qui a appelé l’autre. Toujours est-il que Kamerhe doit une explication à Tshisekedi. « C’est une déclaration de militants », lance le Directeur de cabinet au Président. « Ok, ce sont les militants; je comprends », retorque sèchement le Chef de l’État, qui restera décidément loin de cette saga judiciaire qui commence.

Vint lundi, 6 avril. À Matete, ou plutôt à Limete où se trouve le Parquet, Sylvain Muana, l’Avocat Général, attend son invité. La police aussi. Elle a eu échos d’une vague des UNCs à venir. Les forces de l’ordre se déploient donc aux alentours du Parquet. Mais, Muana et son Parquet attendront longtemps.

De l’autre côté de la ville, dans la commune de la Gombe qui lutte pour son confinement difficile contre le Covid-19, Vital Kamerhe quitte son Palais des avenues Uvira pour la cité de l’Union Africaine. Une « rencontre » est prévue avec le Chef de l’État. Il est accompagné de son épouse, Hamida Kamerhe. Matete peut l’oublier.

Le Parquet sort l’artillerie

À 17 h00, alors que le soleil a sommeil, Matete s’active, énervé. Si Muana était à la manœuvre jusque-là, c’est le Procureur général Adler Kisula, en personne, qui se saisit de l’affaire. Une nouvelle « invitation » est vite rédigée. Kamerhe doit se présenter au Parquet le mercredi 8 avril. “Il est prié de se présenter à l’Avocat Général le mercredi 8 avril 2020″, affirme notre source. Il s’agit dès lors d’une deuxième convocation, pouvant entraîner une troisième, en cas d’un nouveau refus de se présenter et, finalement, d’une interpellation. “S’il continue de s’entêter, il pourrait y avoir prise de corps [interpellation]“, ajoute le juge.

Les Kamerhistes ont attendu jusqu’au lendemain pour voir le document être officiellement déposé à la Présidence de manière expéditive. Autour de l’UNC, il n’est plus question de tergiverser. Le Leader doit et va se présenter cette fois. Sur son instruction, la Direction politique de l’UNC se lance tout à coup dans l’apaisement, invitant tous les cadres et militants du parti « au calme et à la sérénité en ce moment où le pays fait face à plusieurs graves défis, dont celui lié à la propagation du Covid-19. »

Mais, au Parquet, où on attend cette fois de pied ferme l’intéressé, le refus de se présenter laisse des traces. « L’audition va être un véritable baptême de feu », dit-on. Instruction, procès et accusations sont attendus dans cette affaire qui prend des allures inattendues. Vivement mercredi.

- Publicité -

3 Commentaires

  1. Le monsieur doit répondre à ses œuvres. Qu’on nous puisse pas nous faire de jeux, car nos yeux sont fixés pour cette justice. Nous voulons voir l’Etat de droit autant chanté

  2. Monsieur Vital Kamerhe sait ce qu’il a fait . Il est vrai qu’il a détourné une partie des fonds ; il doit tout avouer . Aussi il faut qu’il soit aussi auditionné sur les 15 millions de dollars américains dont on ne parle plus aujourd’hui. Dans cette affaire , je conseille le président Tshisekedi de rester loin de ce dossier si , réellement il veut lutter contre la corruption et le détournement des fonds en RDC .
    Monsieur Kamerhe a abusé de la confiance de la République.

  3. Malgré la longueur de la journée,la nuit finit toujours par tomber. Quand le changement s’annonce,il finit toujours par atterrir. C’est seul Dieu qui a le sort de ce pays dans ses mains. Nous vaincrons.

Comments are closed.

EN CONTINU

%d blogueurs aiment cette page :