Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider

samedi, juin 6, 2020
DRC
3,764
Personnes infectées
Updated on 6 June 2020 à 9:33 9 h 33 min
DRC
3,171
Personnes en soins
Updated on 6 June 2020 à 9:33 9 h 33 min
DRC
512
Personnes guéries
Updated on 6 June 2020 à 9:33 9 h 33 min
DRC
81
Personnes mortes
Updated on 6 June 2020 à 9:33 9 h 33 min

En RDC, la Chloroquine de la discorde le Coronavirus

L’ex-première dame de la République démocratique du Congo, Olive Lembe Kabila, se trouve au cœur d’une vive polémique de faux médicament de chloroquine, alors que la RDC fait face au Coronavirus. Dans cette enquête de POLITICO.CD, découvrez ce qui s’est réellement passé.

Le lundi 6 avril, la République démocratique du Congo voit une vive polémique autour d’un médicament de Chloroquine prendre des allures insoupçonnées. Un document d’analyse autour du médicament « CHLOROQUINE PHOSPHATE TABLETS 250mg » auprès du Laboratoire national de contrôle de qualité (LAPHAKI) est publié sur les réseaux sociaux.

D’après une conclusion rendue par les pharmaciens Sébastien Nzengo et Michel Twambwe, et consultée par POLITICO.CD, ce médicament est « non conforme ». « Le principe actif (Chloroquine phosphate) est inexistant dans les comprimés analysés », affirme ce rapport. Contacté par POLITICO.CD, Sébastien Nzengo, ancien vice-président de l’Ordre des pharmaciens de la République Démocratique du Congo, confirme l’authenticité du document et de son analyse. « Ce médicament a été testé non conforme comme nous l’avions fait savoir dans le document. Il n’y a pas de doute », dit-il au téléphone.

Deux médicaments qui se ressemblent

Le médicament épinglé ressemble extrêmement avec celui que la Cellule de Riposte anti-Coronavirus de la RDC a reçu en don de la part de l’association de l’ex-première dame Olive Lembe. Le 30 mars 2020, l’épouse du président honoraire Joseph Kabila a fait un don de 400 cures de chloroquine pour le traitement du Coronavirus et une enveloppe dont le contenu n’a pas été dévoilé.

Cependant, ces médicaments ont été remis en cause dans une vive polémique. Les médicaments offerts par Mme Kabila sont semblables à ceux qui ont été analysés par les experts congolais. Sur leurs emballages respectifs, il est indiqué textuellement que tous les deux sont fabriqués par la société « Brown & Burk Pharmaceutical », qui serait basée en « Belgique, Brusel ». Les deux médicaments ont le même grammage et le même nom, en plus du même emballage.

Toutefois, selon Sébastien Nzengo, le médicament analysé par son laboratoire n’a pas été fourni par le service de Riposte anti-Covid19, mais par un ambassadeur d’Haïti à Kinshasa, comme également mentionné dans le document n’analyse à lire ci-dessous. Jean-François DAVID est l’ambassadeur en question. Il est en réalité ambassadeur Itinérant en Afrique. Il réside à Kinshasa.

Contacté par POLITICO.CD, il affirme que les médicaments qu’il a fait analyser ne proviennent pas du lot offert par Mme Kabila. « J’ ai acheté une boite ici et ai reçu 500mg de chloroquine de Chine. J’ai donc amené les 2 pour contrôle. Celui acheté sur place est faux tandis que celui de Chine est bon », explique-t-il dans un message à POLITICO.CD. « Ce serait aussi criminel de notre part de ne pas dire à la population de faire attention d’autant que ces boites, tout au moins certaines de ces boites, se vendent à des prix exorbitants et ne soignent rien du tout », ajoute-t-il.

La Riposte dans l’embarra

POLITICO.CD n’a pas pu confirmer si les médicaments analysés et ceux reçus en don par la riposte sont les mêmes. Le Docteur Muyembe, qui dirige la cellule de Riposte, est resté injoignable. Dans une interview exclusive à POLITICO.CD le 31 mars 2020, il avait annoncé que les médicaments fournis par Mme Kabila seront analysés avant leur utilisation. « Nous n’allons pas faire la polémique. C’est un don que nous avons reçu. S’il y a des réclamations, nous avons des experts à la faculté de la pharmacie ou bien à l’OCC pour tester ces produits là », avait-il indiqué.



Pendant ce temps, Brown and Burk, affiché comme fabricant des deux médicaments, n’a jamais exercé en Belgique. Le groupe est d’origine indienne et a une succursale au Royaume-Uni. Sur le site internet de la succursale du Royaume-Uni, le groupe pharmaceutique fait savoir qu’il ne fabrique ni ne distribue de la « Chloroquine Phosphate ».

La fondation d’Olive Lemba Kabila qui annonçait une conférence de presse ce mardi 7 avril 2020 à Kinshasa pour éclairer l’opinion, a annulé l’événement. Des proches de l’ex-première dame de la RDC interrogés par POLITICO.CD affirment que les médicaments remis à la Cellule de Riposte n’ont jamais été achetés par Mme Kabila. « C’est le Docteur Muyembe qui a procédé à l’achat des médicaments avec les fonds donnés par la fondation. L’initiative est venue de lui. La fondation n’a fait que disponibiliser l’argent », explique un proche d’Olive Lembe à POLITICO.CD.  POLITICO.CD n’a pas pu joindre le Docteur Muyembo pour confirmer les faits, malgré plusieurs appels téléphoniques.

Des rumeurs vont bon train depuis ce matin du côté de la riposte où une communication est attendue autour de ces médicaments. On ignore si le Docteur Muyembe a procédé aux tests comme promis. Selon .

- Publicité -

1 COMMENTAIRE

  1. Veiller, avec vos enquêtes très appréciées, éclairer l’opinion par rapport à ce chloroquine phosphate, din Olive Kabila, et la position de Dr Muyembe qui serait lui même impliqué à l’achat.

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...