Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider

samedi, juin 6, 2020
DRC
3,764
Personnes infectées
Updated on 6 June 2020 à 9:33 9 h 33 min
DRC
3,171
Personnes en soins
Updated on 6 June 2020 à 9:33 9 h 33 min
DRC
512
Personnes guéries
Updated on 6 June 2020 à 9:33 9 h 33 min
DRC
81
Personnes mortes
Updated on 6 June 2020 à 9:33 9 h 33 min

Tout savoir sur l’épidémie du Coronavirus en RDC

Ancien ministre congolais de la Santé, le Docteur Félix Kabange explique la situation de la lutte contre le Coronavirus en République démocratique du Congo. Pour ce médecin qui a vaincu une épidémie de la maladie à virus Ebola durant son passage au gouvernement, il est temps de se mobiliser, de prendre la menace au sérieux et de l'affronter.

La République démocratique du Congo est confrontée à son tour au Coronavirus qui ravage le monde entier. Le pays a enregistré depuis jeudi 19 mars la nuit, quatre nouveaux cas. Ce qui porte à 18, le nombre des personnes touchées par cette pandémie.

Par ailleurs, la RDC compte des cas d’infection locale depuis mardi, initialement à 4, qui passent à ce jour à 7. Il faut noter également l’infection d’une ministre, celle de l’Economie, et de son Directeur de cabinet adjoint, forçant les membres du gouvernement à effectuer des tests de dépistage dont les résultats sont toujours attendus.

Pendant ce temps, les autorités ont pris des mesures pour lutter face à l’épidémie. Le président Félix Tshisekedi a annoncé plusieurs décisions à ce sujet. Dans une interview exclusive accordée à Politico.cd vendredi 20 mars 2020, le Docteur Félix Kabange Numbi, ancien ministre de la Santé publique, est revenu sur les principaux axes de la lutte contre la pandémie du Coronavirus.

Ecouter l’interview intégrale du Docteur Félix Kabange

Le Dr Félix Kabange Numbi explique que le problème de l’épidémie du Coronavirus ne tient pas compte des statistiques. Ces statistiques ont, selon lui, trompé beaucoup de pays même les plus avancés et les ont induits en erreur, notamment la Chine, la France, l’Italie et les USA.

« Nous sommes passés de 3 à 7 cas. Ne soyez pas surpris de voir des cas augmenter les jours à venir. Le plus important, ce n’est pas les statistiques mais nous devons savoir ce que nous devons faire pour lutter contre cette épidémie, » a-t-il dit.

Reconnaissant la faiblesse du système de santé de la RDC, Félix Kabange Numbi estime tout de même que « la force de la RDC réside dans la prévention ». « Tout doit être focalisé sur la sensibilisation. Le mieux pour nous est la prévention à travers la sensibilisation, » a-t-il soutenu.

S’agissant des débuts difficiles dans la communication de cette épidémie, l’ancien ministre de la Santé reconnaît que le pays n’était pas suffisamment préparé pour cette épidémie mais note que, maintenant, « il faut réfléchir sur l’application des mesures prises par le Chef de l’État ».

« Il y a eu beaucoup plus de contradictions internes. La rumeur a dominé sur l’information donnée par le ministre de la Santé. La population ne croyait même plus à l’existence de cette maladie. Cela nous a mis en retard sur la riposte et la prévention« , a-t-il déploré.

Cependant, il soutient que la communication du Chef de l’État a marqué un nouveau leadership dans cette lutte contre le Coronavirus. « Le Chef de l’État a pris des mesures importantes. Le problème crucial actuellement est de réfléchir sur la manière de mettre en pratique les grandes mesures annoncées par le Chef de l’État« , a souligné le Dr Félix Kabange.

« Toutefois, ces mesures doivent être suivies et contrôlées, » a-t-il insisté.

Ne soyez pas étonnés que d’autres cas paraissent dans les 10 jours à venir

S’agissant des informations sur la pandémie du Coronavirus dans le secteur privé, l’épidémiologiste a noté que « les premières informations n’ont pas aidé et ont fait que beaucoup de cas ont échappé dans la nature ».

D’où, il ne faut pas être étonné, selon lui, que d’autres cas apparaissent dans les jours à venir. « Nous étions à l’épidémie des voyageurs. La plupart était de l’importation.
Nous sommes sur une catégorie spécifique des personnes : ceux qui ont des moyens. Ces gens ne consultent pas, tous, dans des hôpitaux publics. Mais, beaucoup vont chez les hôpitaux privés, hormis la clinique Ngaliema, l’un des meilleurs du secteur public,
 » a-t-il indiqué.

Et de poursuivre dans le même ordre d’idée: « Premièrement, la plupart des hôpitaux privés visent le bénéfice avant le service santé. Ces hôpitaux préfèrent ne pas qu’on retrace leurs patients pour éviter de perdre des clients. En second lieu, les informations autour du premier cas ont suscité une psychose auprès des autres voyageurs. Beaucoup ont préféré rester chez eux par peur de mauvaise conditions d’accueil dans des hôpitaux. On va se retrouver avec des cas qui nous ont échappé mais qui vont apparaître dans les 10 prochains jours à venir, soit brusquement soit lorsqu’ils iront se faire consulter, » a-t-il énuméré.

Privilégier les solutions locales pour le traitement

S’agissant de la maladie proprement dite et de ses voies de propagation, Félix Kabange Numbi indique qu’environ 80% des malades ne présentent pas des signes, 20% peuvent présenter des signes parmi eux 5% présentent des signes de gravité de type respiratoire mais ces signes sont généralement banaux.

Expliquant ces signaux en se basant sur la physopathologie, Dr Félix Kabange note principalement que la voie de la transmission se fait par voies oraux-pharynges ( par bouche et le nez), par des muqueuses des yeux quand on y touche et des gouttelettes des fluves. Toutefois, ces voies peuvent évoluer puisque les chercheurs américains ont même découvert que le virus peut se transmettre par voie de l’air.

Ils ont observé que les gouttelettes, qui sont très lourdes, peuvent rester pendant 2 ou 3 heures en l’air dans certaines conditions.

S’agissant du développement de la maladie dans le corps humain, Félix Kabange explique que le virus se développe au niveau de la gorge et, à partir de là, il va s’étendre et se multiplier intensément. « Vous aurez la gorge sèche et vous pouvez également avoir des douleurs dans la moindre mesure. Dans la suite, il se dirige par les voies respiratoires à travers la trachée jusqu’à atteindre la paroi pulmonaire et va donner une défaillance au système respiratoire. Le malade va alors présenter une détresse respiratoire aiguë.
C’est pourquoi, on l’appelle syndrome respiratoire aiguë sévère à Coronavirus 19
, » a-t-il souligné.

Et de poursuivre: « Cette difficulté respiratoire constitue un grand danger et nécessite une réanimation avec assistance respiratoire.« 

Pour l’ancien ministre de la Santé, « si vous êtes malade et pour essayer de l’atténuer on vous demandera d’utiliser des solutions locales et simples; par exemple, de garder votre gorge humide. Il faut boire au minimum 2 ou 3 gobelets d’eau toutes les 15-30 minutes. « Cela va non seulement humidifier votre gorge mais permettra aussi d’entraîner le virus dans le tube digestifs où il est moins dangereux, » a-t-il indiqué.

Mais, si vous sentez des signes ou vous estimez avoir eu un contact avec une personne atteinte par la maladie, le médecin conseille de recourir rapidement à la fumigation, notamment avec des feuilles d’eucalyptus, des écorces de manguier, du thé ou du l’eau mélangée avec du gingembre, du citron, de l’ail, du miel.
Il recommande également de prendre du citron régulièrement 2 ou 3 fois qui est égale à 1000 g de vitamine C avec du zinc.

La prévention reste le meilleur moyen

Le Dr Félix Kabange soutient mordicus que le meilleur moyen de lutter contre cette pandémie est la prévention.

Pour ce, il recommande ce qui suit:

  • le lavage des mains à tout instant en faisant usage de la cendre, du savon antiseptique, du gel hydrau-alcoolique;
  • éviter de saluer par les mains (se saluer par les coudes);
  • éviter de trop toucher les histoires ( serrure, prise);
  • boire suffisamment de l’eau à température ordinaire ainsi que des boissons chaudes pour garder la gorge humide;

« Nous étions dans une phase des épidémies des voyageurs. Mais, si on a plusieurs cas locaux, le gouvernement prendra des mesures appropriées en fonction de chaque cas qui se présente. Chacun doit, toutefois, prendre au sérieux cette épidémie. Demain risque d’être trop tard, » a-t-il prévenu.

Docteur Félix Kabange rappelle que c’est la première fois qu’une mégapole comme Kinshasa soit atteinte.

D’où, la population ne doit pas céder à la peur et doit prendre au sérieux cette épidémie.

- Publicité -

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...