Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

lundi, juin 1, 2020
DRC
3,070
Personnes infectées
Updated on 1 June 2020 à 7:27 7 h 27 min
DRC
2,550
Personnes en soins
Updated on 1 June 2020 à 7:27 7 h 27 min
DRC
448
Personnes guéries
Updated on 1 June 2020 à 7:27 7 h 27 min
DRC
72
Personnes mortes
Updated on 1 June 2020 à 7:27 7 h 27 min

6 choses à savoir sur Coronavirus et comment la RDC s’est préparée à l’affronter

Alors que l’épidémie du Coronavirus, dit Covid-19, vient d’atteindre la République démocratique du Congo à travers « un sujet belge », placé depuis en quarantaine dans l’Est de Kinshasa, POLITICO.CD fait le point sur ce que l’on sait (ou pas) sur ce virus qui a fait surface en Chine et qui ravage actuellement le monde, notamment l’Europe. Et comment les autorités congolaises se sont préparées à gérer cette maladie.

Comment la RDC s’est préparé au Coronavirus ?

Depuis quelques jours, les autorités politico-sanitaires de la République démocratique du Congo annoncent des mesures préventives pour gérer l’épidémie de la maladie à Coronavirus qui sévissait déjà dans 38 pays du monde, notamment en Afrique centrale comme au Cameroun.

Au 24 e conseil des ministres du 6 mars, le président Félix Tshisekedi a instruit le gouvernement central de prendre toutes les mesures nécessaires, notamment la mise en quarantaine des personnes en provenance des pays affectés.

Pour sa part, l’épidémiologue congolais et coordonnateur du secrétariat technique du secrétariat technique du comité multisectoriel de lutte contre la maladie à virus Ebola, Jean-Jacques Muyembe Tamfum a dans une conférence tenue lundi 9 mars à Kinshasa sur la quasi-victoire de son équipe sur Ebola, indiqué que la RDC était déjà en alerte pour contenir tout éventuel en cas du Coronavirus.

Dans un passé récent, Jean-Jacques Muyembe a mis en plus un molécule qui a contribué à la lutte contre l’épidémie de la maladie à virus Ebola à l’est de la RDC. Certaines indiscrétions parle d’une amitié entre lui et le chercheur congolais vivant au Canada qui a découvert une thérapie contre le coronavirus.

Coronavirus, l’histoire d’une épidémie que l’humanité n’a pas vu venir (six choses à savoir)

1. Les origines du Virus

Les tout premiers cas de Covid-19, nom attribué à la maladie provoquée par ce nouveau coronavirus, concernent majoritairement des personnes qui se sont rendues ou qui travaillaient sur un marché de Wuhan, où étaient vendus des fruits de mer et des animaux vivants. L’hypothèse d’une zoonose, c’est-à-dire, une maladie transmise par les animaux, est donc hautement privilégiée.

Des analyses génétiques ont effectivement montré que le nouveau coronavirus est très proche d’un virus présent chez une espèce de chauve-souris. Des investigations sont toujours en cours pour tenter d’identifier l’animal qui aurait joué le rôle d’hôte intermédiaire entre la chauve-souris et l’homme.

Entre-temps, les hypothèses penchent du côté du pangolin, un animal largement braconné et très convoité pour ses écailles, auxquelles la médecine traditionnelle chinoise prête des vertus thérapeutiques. Malgré les hypothèses, aucun chercheur n’est encore parvenu à déterminer comment le virus est parvenu à passer de l’animal à l’homme.

2. Les symptômes qu’il provoque

Dans la majorité des cas identifiés, le nouveau coronavirus provoque des symptômes proches de ceux d’un syndrome grippal: de la fièvre, de la toux, des maux de gorge, des difficultés respiratoires, des douleurs musculaires et de la fatigue. «Des symptômes digestifs et oculaires (conjonctivite) ont également été observés chez certains cas confirmés», indique l’agence Santé publique France sur son site internet. Tous ces symptômes guérissent spontanément.

Les cas les plus graves peuvent développer une pneumonie sévère, un syndrome de détresse respiratoire aiguë ou encore un choc septique qui peuvent conduire au décès.

Certaines personnes sont plus à risque que d’autres: c’est le cas des personnes âgées et de celles souffrant déjà d’une maladie (hypertension, maladies cardiovasculaires, diabètes, maladies hépatiques, troubles respiratoires).

D’après une étude chinoise, les plus de 80 ans touchés ont 15% de risque de mourir. Mais il y a aussi eu des cas de personnes jeunes et en bon état de santé qui sont décédées après infection. En revanche, les enfants semblent largement épargnés par l’épidémie.

Il semble qu’un nombre important de personnes développent des formes très légères (rhumes) ou asymptomatiques de la maladie, ce qui rend très difficile (pour ne pas dire impossible) leur identification.

3. Son niveau de dangerosité

Pour connaître la dangerosité d’un virus, il faut notamment s’intéresser à sa capacité à tuer (taux de mortalité) et à provoquer des cas graves (taux de complications). Des facteurs impossibles à établir en pleine épidémie, surtout quand le virus est un parfait inconnu.

Pour connaître le taux de mortalité de la maladie, il faut disposer du nombre de personnes décédées et du nombre total de malades. Deux éléments qui évoluent d’heure en heure et qui ne pourront être déterminés avec précision qu’une fois l’épidémie terminée. Une étude du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, publiée le 12 février et basée sur l’étude de 72.000 dossiers de malades, a toutefois estimé que la mortalité moyenne se situe autour de 2,3%. Nul doute que ce chiffre est aujourd’hui obsolète, d’autant que le nombre total de personnes infectées pourrait être bien supérieur à celui affiché en raison des cas qui ne présentent aucun symptôme.

«Pour le moment, il n’y a pas suffisamment de données disponibles pour savoir avec certitude quelle est la mortalité de Covid-19, mais des données préliminaires semblent indiquer qu’il est moins fatal que le SRAS», indique le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies sur son site internet. Le taux de mortalité du SRAS, à l’origine d’une épidémie partie de Chine en 2002, a été établi à 10%.

Concernant le taux de complications, l’étude chinoise indique que 80% des malades étudiés n’ont pas eu de symptômes graves et qu’ils ont guéri spontanément. Pour le reste, 14% des cas concernaient des formes sévères (pneumonie, difficultés respiratoires) et près de 5% se sont trouvés dans un état critique, marqué par une insuffisance respiratoire ou rénale, un choc septique ou même un syndrome de défaillance multiviscérale.

4. Son mode de transmission

Contrairement à ce qui a été dit dans les jours suivants l’apparition des premiers cas, la transmission interhumaine est avérée. L’infection se transmet par des contacts étroits avec un malade, via l’inhalation de gouttelettes émises lors d’éternuements ou de toux, ou après un contact avec des surfaces venant d’être contaminées. Pour le moment, on ne sait pas combien de temps le virus peut survivre sur des surfaces. Il existe également des doutes concernant une éventuelle transmission par voie oro-fécale.

Il est possible que les personnes infectées soient contagieuses pendant leur période d’incubation, quand elles n’ont pas encore de symptômes. Or d’après les données disponibles, la période d’incubation se situe autour de 5 ou 6 jours, et dans des cas plus rares, elle serait comprise entre 1 et 14 jours.

Autre source d’inquiétude: les personnes avec des formes très légères voire asymptomatiques pourraient aussi transmettre le virus, sans que l’on ne connaisse leur niveau de contagiosité.

5. Sa contagiosité

Combien de personnes un malade peut-il contaminer? C’est ce que l’on appelle le taux de reproduction. Une dizaine d’équipes de recherche ont déjà tenté de l’estimer. L’une d’elles, publiée le 13 février, a compilé ces données et a trouvé qu’un malade infecte en moyenne 3,28 personnes. Un taux qui, s’il reflète la réalité, n’est en aucun cas définitif. Un chiffre proche de celui du SRAS, et supérieur à celui de la grippe (1,2 à 1,4).

6. Les traitements

Il n’existe pas de médicament spécifique contre ces virus, même si plusieurs antiviraux sont actuellement testés. La prise en charge repose uniquement sur le traitement des symptômes. De même, aucun vaccin n’est disponible. Plusieurs instituts de recherche (dont le laboratoire Pasteur) et laboratoires pharmaceutiques sont lancés dans la course au vaccin. Certains s’appuient sur des recherches déjà réalisées dans le cadre du développement d’un vaccin contre Ebola ou le SRAS. Les premiers essais sont attendus dans les mois prochains.

Avec AFPI et OMS.

- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...