Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

dimanche, mai 31, 2020
DRC
3,070
Personnes infectées
Updated on 31 May 2020 à 16:27 16 h 27 min
DRC
2,550
Personnes en soins
Updated on 31 May 2020 à 16:27 16 h 27 min
DRC
448
Personnes guéries
Updated on 31 May 2020 à 16:27 16 h 27 min
DRC
72
Personnes mortes
Updated on 31 May 2020 à 16:27 16 h 27 min

RDC: La Banque centrale continue de financer le déficit public du gouvernement, malgré les avertissements répétés du FMI

Le gouvernement de la République démocratique du Congo devrait immédiatement cesser d’emprunter à la Banque centrale et rembourser la dette due à l’institution, a déclaré le Fonds monétaire international dans un communiqué, cité par l’Agence Bloomberg.

Les prêts, qui surviennent dans un contexte de dépenses publiques accrues et de « performances de revenus médiocres », ont amoindrie les réserves de devises du pays, a déclaré mardi le FMI dans un communiqué. En décembre, le conseil d’administration du FMI a approuvé une injection de crédit d’environ 370 millions de dollars pour soutenir les réserves, qui, selon lui, étaient à des «niveaux extrêmement bas».

Premier producteur africain de cuivre et premier producteur mondial de cobalt, la RDC négocie son premier prêt avec le FMI depuis près de huit ans. Un précédent programme de prêts a été interrompu en 2012 en raison de préoccupations concernant la corruption dans l’industrie minière.

« Le gouvernement congolais devrait contrôler les dépenses et trouver des moyens d’augmenter les recettes, a déclaré Mauricio Villafuerte, chef d’une mission du FMI dans le pays. La banque centrale du Congo a déclaré qu’elle était d’accord avec le FMI, affirme Bloomberg.

Le financement du déficit public au début de 2020 a été un «problème d’ajustement», car les dépenses consacrées à la gratuité de l’éducation et à d’autres programmes ont continué de «dépasser sa capacité à mobiliser des financements et à augmenter les recettes», explique Jean-Louis Kayembe, directeur général de la centrale banque, à Bloomberg.

Les obligations d’État n’ont pas été suffisantes pour couvrir le déficit budgétaire, de sorte que la banque a dû émettre sa propre dette et vendre des réserves de change, a déclaré Kayembe. Cela a réduit la «marge de manœuvre» de la banque en cas de chocs économiques, a-t-il déclaré. L’inflation est restée contenue à 4,6%.

La croissance économique du Congo a ralenti à 4,4% en 2019 contre 5,8% l’année précédente, principalement en raison de la baisse de la production minière, selon le FMI.

- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...