l'info en continu

RDC: Les magistrats boudent l’appel du gouvernement et partent en grève illimitée

- Publicité-

« On ne peut pas construire un Etat de droit et ne pas penser au bon vécu de magistrats », s’exclame Bienvenu Liongi. Nous sommes dans le Haut-Katanga. Au Palais de la justice à Lubumbashi, les magistrats congolais sont en grève. « Le tribunal n’a pas fonctionné. Vous voyez, ici au parquet, je ne reçois personne. Nous sommes déjà en grève. On attend à ce que nous puissions entrer dans nos droits. On nous a ponctionné 15%« , explique ce magistrat au micro de TOP Congo FM lundi.

Le syndicat autonome des magistrats de la RDC (SYNAMAC) a en effet appelé à une grève dès ce lundi 10 février 20202 sur toute l’étendue de la République. Ces magistrats revendiquent la mise en application du barème de Lwamba qui est fixé à 2930.000 FC comme salaire du dernier magistrat en grade. Réuni en assemblée générale extraordinaire le 06 février, les magistrats réunis au sein du SYNAMAC, ont examiné la question relative à la retenue de l’impôt professionnel sur les rémunérations.

- Publicité-

Ce lundi, dans le Kongo Central, au sud-ouest de la RDC, l’appel du SYNAMAC a été largement suivi. « La grève ne prendra fin qu’après une suite farorable à nos revendications« , affirme Claude Losengelebo, Secrétaire provincial de SYNAMAC. A Matadi, les différents cours et tribunaux sont restés fermés depuis lundi. Et les magistrats promettent de continuer leur mouvement.

Dans la capitale congolaise, les magistrats ont manifesté leur colère devant le Palais de justice, rappelant leurs revendications, entre autres: la révision à la hausse des salaires et amélioration des conditions de travail. Selon eux, si rien n’est fait pour décanter la situation, leur mouvement de grève va continuer.

« Le tableau barémique, qui a été déposé au Gouvernement, (celui-ci) doit l’exécuter. Depuis 2011, on ne fait que renvoyer et nous passer des moments très difficiles. Quittez Kinshasa, allez à l’Equateur, à Mbuji-Mayi, Kananga et par-ci par-là, les magistrats dans une précarité indescriptible », a affirmé Shabani Watenda, trésorier général du Syndicat autonome des magistrats du Congo et juge au tribunal de commerce de Kinshasa/Gombe.

Le gouvernement avait appelé à une rencontre avec le syndicat à travers le ministère en charge de justice, mais cet appel a été boudé. Par ailleurs, selon TOP Congo, à Bukavu, l’appel à la grève n’a pas été suivi.

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU