RDC: Anciens prisonniers d’opinion saisissent Tshisekedi, « nos prisons sont des camps de concentration entretenus par l’état ! »

Dans une lettre adressée au président Félix Tshisekedi, des anciens prisonniers politiques et d'opinion « alertent » le Chef de l’Etat congolais sur les conditions carcérales dans les centres de détention et prisons de la République démocratique du Congo.

- Publicité-

« Nos prisons sont des camps de concentration entretenus par l’état ! » s’inquiètent ces anciens prisonniers dont l’activistes Carbone Beni, du mouvement citoyen FILIMBI. Dans cette lettre adressée au président Félix Tshisekedi, ce groupe affirme que l’image que « reflètent les prisons de la République Démocratique du Congo n’augure guère le respect des droits inhérents à la personne humaine ».

« Elles sont caractérisées par les mauvaises conditions de détentions (manque de nourriture, des soins de santé, d’eau potable…), la vétusté des infrastructures pénitentiaires, l’absence de formation des agents pénitenciers, l’absence de contrôle de la procédure disciplinaire, l’absence des infrastructures hygiéniques adéquates, la surpopulation carcérale, etc.  Bien qu’ils s’observent des particularités selon qu’on se retrouve dans tel ou tel autre coin du pays, ces problèmes sont omniprésents dans la quasi-totalité des prisons en RDC. Ils font ressembler nos maisons carcérales aux véritables mouroirs où planent le climat de jungle, d’insécurité, et tribulation permanente », estime-t-il.

Les conditions de détentions et l’état des prisons congolaises sont souvent au cœur des dénonciations des ONG. En janvier dernier, c’est l’ONG Congolaise « Fondation Bill Clinton pour la paix » qui a tiré la sonnette d’alarme. Elle dénonce les conditions de détention notamment dans la prison de Makala à Kinshasa, annonçant qu’au moins 17 prisonniers sont morts dans des conditions ignobles dans cette prison.

Dans sa lettre, le groupe d’ancien prisonniers, composé d’une trentaine de personnes, toutes ayant fait la prison pour leurs opinions durant le pouvoir de l’ancien président Joseph Kabila, que que presque la quasi-totalité de nos centres pénitentiaires accueillent désormais le quadruple de la population carcérale prévue. « Ce  qui constitue une grave entrave, réduisant les personnes humaines à l’état bestiale, par des méthodes surannées proches de l’Allemagne Nazie. À titre indicatif, la prison centrale de Kisangani a vu sa population carcérale triplé (de 350 à 1221 en 2019), entrainant une promiscuité sans précédent. On retrouve dans celle-ci plus de 80 détenus dans chaque dortoir de 30m/10, entassés comme de sardine, dormant sur la pavée, sans couverture, ni matelas, ni moustiquaire », estime le groupe.

  • Dans cette lettre, consultée par POLITICO.CD, le groupe d’anciens prisonniers lance quelque recommandations au gouvernement congolais, entre autres :
  • D’accélérer la réforme de la justice afin d’assainir l’appareil judiciaire gangrené par la corruption, la concussion, la politisation et le tribalisme qui poussent certains magistrats d’écrouer des prévenus  par quête du lucre ou par excès de pouvoir.
  • D’ordonner les états généraux de la justice afin d’établir éventuellement la libération de certains prévenus pour diminuer la population carcérale. 
  • De repenser le régime carcéral, par la  réforme  du système pénitentiaire congolais vieux de la colonisation. 
  • De viabiliser  les prisons du pays en les dotant des infrastructures hygiéniques adéquates, espace de loisirs et des équipements d’usage collectif ; et ordonner la fermeture des prisons  dont les infrastructures sont gravement délabrées et ne répondent plus  aux standards acceptables.   Renforcer les capacités des agents pénitenciers et des éléments de la police sur les droits et devoirs des prisonniers.
  • De prendre des mesures incitatives   de renforcement de l’autorité pénitentiaire à l’intérieur des maisons carcérales pour dissuader les organisations internes des détenus qui sont source du désordre et du rançonnage dans les prisons congolaises.  De valoriser la main d’œuvre carcérale pour des projets et initiatives de développement
- Publicité -

EN CONTINU

notre sélection