l'info en continu

RDC: Félix Tshisekedi va « dialoguer » avec le peuple demain au Stade des Martyrs

- Publicité-

Ça fait un an depuis que Félix Tshisekedi est arrivé au pouvoir. Le président avait prêté serment le 24 janvier 2019, succédant à Joseph Kabila, qui a dirigé le pays durant 18 ans. Alors que des idées de commémoration avaient fait polémique, c’est finalement une « rencontre » avec la population qui est prévue ce dimanche 26 janvier au Stade des Martyrs à Kinshasa.

Christopher Ngoy, coordonnateur de la société civile, est l’initiateur de la rencontre. Il confirme la présence du président congolais à travers les ondes de Top Congo. « En tant que coordonnateur général de la société civile de la RDC et coordonnateur du meeting de demain, je confirme que le Président de la République sera demain au Stade des Martyrs à partir de 10 heures. Il va s’adresser au peuple Congolais dans son ensemble, à travers le peuple kinois« , a-t-il expliqué.

- Publicité-

Il s’agit d’un « dialogue » avec la population, ajoute M. Ngoy, expliquant que le président Tshisekedi va se prêter à l’exercice de questions et réponses. « Il va parler à la population à l’occasion d’une année de gouvernance depuis son investiture. Il va écouter le peuple, il va rendre compte au peuple Congolais qui est le souverain primaire. »

Cet acteur de la société civile note qu’après un du pouvoir, le président Tshisekedi et son gouvernement, y compris son alliance avec la coalition de l’ancien président Joseph Kabila, traversent des turbulences qui inquiètent les populations congolaises.  » « J’invite les Congolais à se rendre au stade massivement, parce que lui, nous l’avons élu au suffrage universel. Il est le garant de la nation. Aujourd’hui, il y a des petits problème (…) au regard du gouvernement qu’il avait proposé au peuple. Il y a des couacs, le peuple se sent pas représenté par ces députés et autres et il voudrait parler avec le président directement« , dit-il.

En effet, les relations entre Tshisekedi et les Kabilistes, déjà tendues, pourraient encore se compliquer. Ce matin, des cadres du PPRD, dont le candidat malheureux du FCC à la Présidentielle, Emmanuel Shadary, ont été empêchés de voyager. Les services d’immigration leur reprochent d’avoir utilisé des passeports diplomatiques, alors qu’ils en avaient pas le droit.

Tout au long de la semaine qui se termine, c’est le bras de fer la présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda et le président Tshisekedi. Cette dernière est allée jusqu’à menacer le président congolais de « destitution » pour « haute trahison », répondant aux menaces du président de dissoudre l’Assemblée nationale. La situation à provoqué des vives réactions de part et d’autres.

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU