Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider

jeudi, juin 4, 2020
DRC
3,644
Personnes infectées
Updated on 4 June 2020 à 15:31 15 h 31 min
DRC
3,071
Personnes en soins
Updated on 4 June 2020 à 15:31 15 h 31 min
DRC
495
Personnes guéries
Updated on 4 June 2020 à 15:31 15 h 31 min
DRC
78
Personnes mortes
Updated on 4 June 2020 à 15:31 15 h 31 min

Lambert Mende, vers la renaissance?

C’est encore un tout-puissant porte-parole du gouvernement qui s’exprime quelques temps après l’alternance. N’hésitant pas de titiller « l’opposant » Félix Tshisekedi quand il soutient l’idée de réintégrer la candidature de Stéphane Mukumadi dans la course au gouvernorat du Sankuru pour compétir avec le visage du régime Kabila. L’habitude du statut d’ancien ministre n’est pas encore au rendez-vous.

L’homme, boycottera même la rencontre entre le nouveau Chef de l’État et les notables du Sankuru destinée à dessiner un schéma électoral qui préserve la paix dans cette province où bouillonne la larve populaire. « Si le président de la République ne me soutient pas, ma famille politique FCC me soutient », lancera-t-il. Un refuge dans la gueule du loup sans doute! Et il s’en rendra compte un peu plus tard.

Ce jour là, Lambert Mende Omalanga tombera face au jeune indépendant Stéphane Mukumadi, battu à une minorité absolue dans une assemblée provinciale où le FCC dispose pourtant de la majorité absolue. Son appel à la Conférence des présidents du FCC de tirer toutes les conséquences de l’indiscipline des députés provinciaux fera un grand écho dans une forêt silencieuse. Face à cette défaite, Mende ne cherchera pas à embraser le Sankuru  » pour une politique politicienne, petit bourgeois « .

« A la fin, il ne se rappellera pas des mots de ses ennemis, mais du silence de ses amis » comme le disait Martin Luther King. Ce qui fera plus de mal à Mende, ce n’est pas la gifle de Stéphane Mukumadi, mais le silence des siens. Ça l’a réveillé semble-t-il. Et depuis, il a changé des lunettes pour observer la scène politique congolaise autrement. Omalanga adopte un discours conciliant quand on le connaît tranchant s’il faut parler surtout du nom Tshisekedi.

La Renaissance

Depuis un temps, les sorties médiatiques de l’ancien ministre de la communication et médias Lambert Mende sont dépouillées de l’hégémonie habituelle. Se rapprochant un peu plus du duo Kabila-Tshisekedi tout en s’écartant tant soit peu du FCC-CACH. Le jour de l’annulation des sanctions prises à son égard, il remercie publiquement le président Félix Tshisekedi qui, a Bruxelles, « n’a pas eu la langue en poche » pour plaider la cause des politiciens congolais sanctionnés « injustement » auprès de l’UE.

Par ailleurs, l’homme au verbe facile se fait plus discret sur des scandales qui éclaboussent le cabinet de Félix Tshisekedi, alors que certains caciques du FCC se livrent à cœur joie en lançant des flèches enflammées au bureau du président. Le nouveau Mende, c’est un homme un peu à l’écart du FCC, avec le même respect pour Joseph Kabila, et un profil bas vis-à-vis de Félix Tshisekedi.

La nostalgie

Comme il est devenu presque coutume chaque fois qu’il se retrouve à l’étranger, le voyage de Félix Tshisekedi en Angleterre a une fois de plus suscité des débats dans l’opinion publique. Débat sur la nationalité des banyamulenge ou encore sur la dissolution du parlement.

Se souvenant sans doute des temps passés au siège du ministère de la communication et médias où les échanges se déroulaient à bâton rompu, la journaliste française Sonya Roley a sauté sur l’occasion pour tendre le micro à celui qui s’est érigé durant des années en « Cour de cassation  » du débat public en RDC. Et Mende n’a pas hésité à trancher. Suivant sa nouvelle logique « loin du FCC mais près de Joseph Kabila et Félix Tshisekedi ».

L’on découvre, que le nouveau Lambert Mende est un homme assis au-dessus de la mêlé, où il invite le président Félix Tshisekedi de demeurer sans se laisser tirer vers le bas par des duels partisans, entre FCC-CACH. Les pouvoirs exceptionnels que la constitution dote au président de la République ne font pas débat chez lui, mais chez Mabunda oui.

Le porte-parole du gouvernement Ilunkamba, Jolino Makelele, le porte-parole du président Kasongo Mwema Yamba Yamba, apprécieront ce coup de main que l’ancien porte-parole des gouvernements Lambert Mende leur a apporté, dans cette polémique où la voix de l’exécutif national a été inaudible.

- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...