27 C
Kinshasa

Le Groupe Léopards

vendredi, février 21, 2020
Publicité

RDC: Mabunda réplique à Tshisekedi et brandit la menace de la “destitution”

- Publicité-

A la menace de dissolution du parlement, Mabunda oppose à Tshisekedi la destitution. La présidente de l’Assemblée nationale Jeannine Mabunda a réagi aux propos du président de la République Félix Tshisekedi tenus à Londres, préconisant la dissolution du parlement si certaines personnes continuer à l’empêcher de réaliser son programme de gouvernance.

Cette question, Jeannine Mabunda a révélé qu’elle a été évoquée le 13 janvier à la cité de l’Union africaine, lors de la rencontre entre elle, Alexis Thambwe Mwamba et Félix Tshisekedi.

Lundi 13, nous avons eu, comme les veulent les pratiques institutionnelles en RDC, un long entretien de 2 heures 30′ avec le président de la République Félix Tshisekedi. J’étais accompagné de mon collègue du sénat, le président Alexis Thambwe Mwamba. Nous avons fait un tour d’horizon complet sur des sujets qui sont des points d’alerte, sur des sujets qui peuvent mettre le citoyen congolais mal à l’aise, sur les sujets qui peuvent diviser ou qui ne peuvent pas faciliter la cohésion nationale. Aussi bien la dissolution (du parlement) que des sujets sur les provinces…“, a-t-elle relaté.

Sur la question de la dissolution du parlement, Jeannine Mabunda a signifié à la presse qu’il a été évoqué l’article 148 de la constitution, préalable à toute dissolution du parlement.

Il ne faut pas jeter les articles de la constitution en pâture à des malentendus ou des incompréhensions. L’article 148 parle bien de la dissolution du parlement mais dans des cas précis : il faut qu’il y ait crise, persistante, entre le gouvernement et la chambre basse du parlement, ce qui pour le moment n’est pas le cas puisque le budget et le programme du gouvernement ont été votés au-delà de notre propre majorité parlementaire. Par ailleurs, le président de la République est invité dans le cas de cette crise à consulter le premier ministre, le président de l’Assemblée nationale et le président du sénat“, a expliqué Jeannine Mabunda.

Sans ces préalables, prévient la président de la chambre basse du parlement, le président de la République tombera dans une “violation des textes. Et la violation des textes est régie par l’article 165 de la constitution qui dit que toute personne qui méconnaît notre loi fondamentale peut-être exposée au cas de haute trahison pour violation intentionnelle de la constitution“, a poursuivi Jeannine Mabunda.

La prochaine étape, sera la mise en accusation du président de la République afin d’obtenir sa destitution. Comme pour minimiser une telle issue, Jeannine Mabunda a qualifié le débat sur les articles de la constitution, de débat de spécialistes.

- Publicité -

EN CONTINU

4e sommet quadripartite de Gatuna: les chefs de l’État se sont félicités de la signature du traité d’extradition entre le Rwanda et l’Ouganda

u cours du sommet quadripartite tenu ce vendredi 21 février à aux frontières entre le Rwanda et l'Ouganda à Gatuna/ Katuna, Félix...

RDC: Junior Mata a dirigé les travaux d’évaluation du programme de référence entre une délégation du FMI et celle du Ministère des finances

En séjour de travail en République démocratique du Congo pour la période du 19 au 25 février, une équipe du Fonds monétaire...

Sorties médiatiques et contradictions: Félix Tshisekedi appelle les ministres à plus de prudence

Les sorties médiatique des ministres ont fait l'objet des points inscrits à l'ordre du jour du 22e conseil des ministres tenus le...

Une “gaffe” s’est-elle glissée dans l’ordonnance présidentielle nommant les nouveaux hauts magistrats en RDC?

Une gaffe se serait glissée dans l'ordonnance présidentielle nommant les nouveaux Hauts magistrats le 07 février 2020 dernier, révèlent plusieurs internautes et...

Sauts-de-mouton: le Gouvernement prêt à “recourir aux contraintes physiques” pour que la vérité soit manifestée

Le Gouvernement congolais n'exclut pas de recourir aux contraintes physiques pour faire éclater la vérité dans la procédure judiciaire concernant les fonds...

notre sélection

Une “gaffe” s’est-elle glissée dans l’ordonnance présidentielle nommant les nouveaux hauts magistrats en RDC?

Une gaffe se serait glissée dans l'ordonnance présidentielle nommant les nouveaux Hauts magistrats le 07 février 2020 dernier, révèlent plusieurs internautes et...

Sauts-de-mouton: le Gouvernement prêt à “recourir aux contraintes physiques” pour que la vérité soit manifestée

Le Gouvernement congolais n'exclut pas de recourir aux contraintes physiques pour faire éclater la vérité dans la procédure judiciaire concernant les fonds...

Dominique Migisha fait le point sur le plan national du numérique, 6 mois après sa validation

Politico.cd: Bonjour monsieur le conseiller, après bientôt un an dans la conduite de la numérisation du Pays en tant que Conseiller Spécial...
SAVE 20%
off Individual Membership every year you're a member with us
Click here to join