l'info en continu

La communauté Banyamulenge choisi l’avocat Belge Bernard Maingain pour defendre ses intérêts

- Publicité-

La communauté Banyamulenge a choisi l’avocat Bernard Maingain pour conduire sur place une « mission de défense judiciaire » visant à s’opposer à la « destruction volontaire, violente et sauvage » de cette communauté.

La communauté Banyamulenge, composee en majorité des populations rwandophones se dit victime de violences à Minembwe, dans la province du Sud-Kivu (est de la République démocratique du Congo.

- Publicité-

L’annonce de ce mandat confié à l’avocat belge Bernard Maingain a été annoncé par l’intéressé lui-même à la RTBF Info – Afrique.

« L’objectif est de contribuer par voie légale à l’interruption des cycles de violence, à la restauration de l’Etat de droit et à la reprise d’une relation pacifiée avec toutes les communautés environnantes dans la paix, la sécurité et la justice », a-t-il indiqué dans un communiqué cosigné par un avocat du barreau de New-York, Me Jean-Paul Shaka, et obtenu depuis mardi par l’agence Belga.

« Plusieurs dizaines de mandat »

Selon l’avocat spécialisé dans les questions judiciaires en Afrique centrale, « plusieurs victimes et organisations de la société civile opérant à Minembwe lui ont donné mandat d’agir en leur nom et pour leur compte ». Il s’agit de « plusieurs dizaines de mandats ».

Me Maingain sera « assisté, soutenu et entouré par une équipe d’avocats de la communauté (Banyamulenge), basés en RDC et à l’étranger », souligne le texte.

L’avocat prévoit de se rendre sur place pour recueillir « les témoignages de victimes et préparer les plaintes » qui seront ensuite remises aux autorités judiciaires congolaises, avec copie à l’attention du procureur auprès de la Cour pénale internationale (CPI), la Gambienne Fatou Bensouda.

Me Maingain ajoute avoir pris contact avec les autorités de l’Etat congolais et les services de la Monusco (la Mission de l’ONU en RDC) « en vue de bénéficier d’une assistance et d’une protection dans l’exercice de sa mission ».

Les Banyamulenge sont des Congolais tutsi aux lointaines ascendances rwandaises vivant essentiellement dans la région des Hauts-plateaux du Sud-Kivu, situés à plus de 2000 mètres d’altitude sur les sommets des montagnes dominant le lac Tanganyika.

Depuis des mois, ils sont dans un conflit communautaire avec divers groupes armés Maï Maï issus des communautés Bembe, Bafuliro et Bashi.

Notons que Me Maingain a été accusé pour diffamation déposée par Pierre Nkurunziza avec l’écrivain burundais David Gakunzi et de la chaîne France 3 à la suite d’un reportage sur le Burundi diffusé en 2016.

Finalement, la plainte de Pierre Nkuruziza a été finalement rejetée par le tribunal correctionnel de Paris le 5 avril 2019.

Thierry Mfundu

- Publicité -

1 COMMENTAIRE

  1. Monsieur Mfundu,
    Il est impérieux d’utiliser les qualificatifs et termes qu’il faut à la place qu’il faut. Il n’y a pas de communauté banyamulenge en RDC, mais quelques rwandophones en RDC. Parler de banyamulenge c’est conférer à cette communauté rwandophone des attributions qu’elle n’a pas. On ne parle pas de communautés pour un peuple qui vit chez lui. Ainsi, on ne parle jamais d’une quelconque communauté française en France ou sudaf en RSA, anglaise en Angola etc. Mais lorsqu’on n’est pas issu de ces contrées, alors là on pourrait parler d’une telle communauté dans tel lieu. Communauté luba à Kinshasa ou en Ituri, communauté yanzi à Haut Katanga ou à Kwilu etc. Ne donnons pas des armes aux envahisseurs étrangers !

Comments are closed.

PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU

%d blogueurs aiment cette page :