Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider

jeudi, juin 4, 2020
DRC
3,644
Personnes infectées
Updated on 4 June 2020 à 15:31 15 h 31 min
DRC
3,071
Personnes en soins
Updated on 4 June 2020 à 15:31 15 h 31 min
DRC
495
Personnes guéries
Updated on 4 June 2020 à 15:31 15 h 31 min
DRC
78
Personnes mortes
Updated on 4 June 2020 à 15:31 15 h 31 min

Tshisekedi et Lourenço ont discuté de l’affaire Sindika Dokolo

La décision du tribunal provincial de Luanda de geler, de manière préventive, des comptes bancaires personnels et les avoirs de la femme d'affaires Isabel dos Santos et de son mari, l'homme d'affaires et activiste congolais Sindika Dokolo, a été l'un des affaires sur la table lors d'une rencontre entre les présidents de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi Tshilombo et de l'Angola, João Lourenço, et ce dimanche à Benguela.

Durant leur réunion, explique un communiqué de la maison civile du président, les deux Chefs d’Etat « ont également saisi l’occasion pour examiner les conséquences de la décision du tribunal provincial de Luanda du 30 décembre 2019« .

Il fait allusion à la décision de la justice angolaise de geler les avoirs de Sindika Dokolo et principalement ceux de son épouse Isabel Dos Santos. Si le communiqué n’apporte pas de détails précis autour de ce qu’ont discuté les deux présidents à ce propos, il souligne néanmoins que « s’agissant de la lutte contre la corruption et l’impunité, les chefs d’État ont estimé qu’il y avait une grande magnanimité de la part de l’État angolais à établir un délai de grâce de six mois en vertu de la loi n ° 9/18 du 26 juin. sur le rapatriement des ressources financières, opportunité non saisie en temps voulu.« 

« (…) après la fin de cette période de grâce, l’État angolais, pour la défense des intérêts des blessés, les Angolais, a toute la légitimité pour mettre en place les moyens juridiques, judiciaires, diplomatiques et autres qu’il juge nécessaires, pour: afin d’assurer le rapatriement effectif des capitaux placés illicitement hors du pays et de prévoir le recouvrement de ces avoirs sur le territoire national, en vertu de la loi n ° 15/18 du 26 décembre sur la perte prolongée de marchandises et le rapatriement coercitif de capitaux« , explique-t-on.
 

« L’exécutif ne s’ingère pas dans l’action de la justice« 

La justice angolaise a annoncé la saisie préventive des comptes bancaires et le gel des actifs des entreprises d’Isabel dos Santos, la fille de l’ancien président angolais Edouardo Dos Santos. Activiste congolais des droits de l’homme et farouche opposant à Kabila, Sindika Dokolo est également visé par cette décision du tribunal de Luanda sur demande du service national de recouvrement des avoirs. L’Etat angolais accuse M. Dokolo et son épouse, ainsi qu’un autre sujet angolais, d’avoir détourné plus d’un milliard de dollars.

De son côté, Sindika Dokolo, cité par Le Monde, parle d’une « cabale » et tente une contre-attaque face à Sodiam, à qui il reproche de lui avoir fait perdre 120 millions de dollars par son attitude « politique ». Il vient de déposer un recours auprès de la Cour d’arbitrage international de Londres.

Mais à l’issue de la réunion, João Lourenço a appelé à une coopération internationale pour soutenir l’effort de lutte contre la corruption et l’impunité en Angola, soulignant que « la meilleure façon pour les personnes ciblées sera la collaboration maximale avec les autorités compétentes de l’État et de la justice. Angolais « .

Le chef de l’Etat angolais a également déclaré, selon le même document, que « l’exécutif ne s’ingère pas dans l’action de la justice« , respectant ainsi le « principe du respect de la séparation des pouvoirs« .

- Publicité -

2 Commentaires

  1. Sindika Dokolo est fils d’un riche homme d’affaires zairois , ne fait pas la politique active et n’évolue pas dans l’illégalité dans ses affaires avec sa femme. Joao Lorenzo doit savoir dissocier la gestion politique de Isabelle avec le lien matrimonial avec Sindika.

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...