l'info en continu

Bahati Lukwebo redoute sa « disparition politique programmée » derrière le dédoublement de l’AFDC-A

- Publicité-

Modeste Bahati Lukwebo a commencé l’année 2020 par la lutte de récupération de son parti et regroupement politique, l’Alliance des Forces Démocratiques du Congo et Alliés, AFDC-A, disputés entre lui et ses anciens compagnons Néné Nkulu et Steve Mbikayi restés au FCC.

À la tête des chefs de partis politiques et députés composant l’AFDC-A, Modeste Bahati Lukwebo et ses compagnons ont rencontré le Cardinal de l’église catholique Fridolin Ambongo jeudi 2 janvier à Kinshasa pour solliciter son implication dans ce dossier dont ni la justice encore moins le ministère de l’intérieur ne lui ont apporté satisfaction jusqu’ici.

- Publicité-

« Nous sommes venus avec les dirigeants des partis politiques membres de l’AFDC-A, nos députés nationaux, nos sénateurs et nos cadres. Nous sommes venus voir le Cardinal Fridolin Ambongo pour lui faire part de notre souffrance à cause des gens qui ne veulent pas respecter les lois du pays. Ils ont décidé de nous écarter des responsabilités que ça soit au gouvernement ou dans les commissions permanentes du Parlement. Tout ça, parce que nous avons pris notre liberté qui nous est reconnue par la charte du FCC, par les lois et la Constitution, notre liberté de se présenter comme candidat président du Sénat« , a déclaré Modeste Bahati Lukwebo à l’issue de l’entretien.

Le sénateur Modeste Bahati qui est tombé devant le candidat FCC Alexis Thambwe Mwamba à l’élection du président du sénat est convaincu que le FCC a programmé sa mort politique. Il en appelle au pouvoir public de se pencher sur ce dossier afin que son regroupement politique recouvre sa liberté et ses droits lui garantis par les lois du pays.

« Comme ils étaient pas contents, c’est pourquoi vous voyez qu’ils font tout pour nous éliminer sur le plan politique. Ils nous ont confisqué nos droits. C’est comme ça nous disons qu’étant donné que nous sommes dans un État de droit, nous sommes venus pleurer auprès du Cardinal pour qu’il puisse transmettre nos préoccupations à ceux qui sont au pouvoir pour que nous recouvrons notre liberté et tous nos droits comme il se doit parce que nous avions beaucoup souffert pour avoir 145 élus directs et indirects« , a martelé Modeste Bahati.

A ce jour, les plaintes déposées contre Néné Nkulu et Steve Mbikayi qu’il appelle  » usurpateurs » et contre le coordonateur du FCC Néhémie Mwilanya n’ont jamais fait objet d’un procès. En outre, malgré la lettre du secrétaire général du ministère de l’intérieur précisant que l’AFDC-A appartient à Modeste Bahati Lukwebo, c’est l’aile Néné Nkulu et Steve Mbikayi qui est reconnue au gouvernement, à l’Assemblée nationale, sénat et autres institutions. Le CNSA a récemment promis son implication pour que Modeste Lukwebo retrouve l’exclusivité de l’AFDC-A.

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU