Meurtre des experts de l’ONU: c’est Joseph Kabila qui avait interdit l’arrestation de Clément Kanku

Lire à la une

14 nouveaux cas d’Ebola confirmés dans l’Est de la RDC

Selon le dernier bulletin épidémiologique daté du jeudi 16 janvier, les cas confirmés ont été signalés dans...

RDC : Félix Tshisekedi: “Le Go Pass n’est pas foncièrement mauvais. Mais le but est de savoir ce que l’on en fait”

Le Chef de l'Etat congolais, Félix Tshisekedi, lors d'une interview accordée à la Radio Vatican, a promis...

La RDC et le Saint-siège ratifient l’accord-cadre sur des questions d’intérêt commun

Ce vendredi 17 janvier 2020, le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Vatican, et le Président congolais...
- Publicité-

Ce lundi lors de la reprise de l’audience, le colonel Mambweni, comparaissant en tant que renseignant, ancien chargé des opérations civilo-militaires au sein de Forces Armées de la RDC a été longuement entendu par la justice militaire Congolaise en vue d’élucider les circonstances de sa rencontre avec les deux experts de l’ONU quelques jours avant leur meurtre.

Comparaissant dans ce dossier après les révélations de RFI et d’autres médias internationaux exhumant des fichiers confidentiels de l’ONU sur les enquêtes au Kasaï, le colonel Mambweni est mis en lien dans ce dossier suite à un enregistrement sonore dans lequel on l’entend affirmer qu’une décision avait été prise d’arrêter le député Clément Kanku pour ses liens avec la milice. Il affirme également que c’est le président Kabila qui a demandé qu’il ne soit pas arrêté.

Devant les juges, le colonel Mambweni a de nouveau insisté que la décision excluant l’arrestation du député Clément Kanku était un ordre donné par le président Joseph Kabila par souci “d’apaisement” fait-il remarquer.

Tués en mars 2017, cela fera deux ans maintenant que les auteurs de l’assassinat de ces deux experts de l’ONU, qui enquêtaient sur les graves crimes commis au Kasaï à la suite de la tuerie par l’armée Congolaise du chef traditionnel Kamwena Nsapu restent inconnus.

Le procès sur ce meurtre, qui avait été suspendu a été réouvert, mais le verdict traîne à tomber alors que les observateurs indépendants dénoncent l’indépendance de la justice militaire Congolaise à mener ce procès car certains membres du gouvernement de la RDC sont cités parmi les responsables ayant interférer dans l’exécution de ces deux chercheurs de l’organisation de Nations unies.

- Publicité -
- Publicité-

Les + récents

Félix Tshisekedi apporte de nouveau son soutien son “allié” Vital Kamerhe: “il ne faut pas nous diviser”

Devant la diaspora congolaise de Londres ce dimanche, le président Félix Tshisekedi a apporté une nouvelle fois...

Félix Tshisekedi menace ses alliés du FCC de dissoudre l’Assemblée nationale “s’ils multiplient des crises”

Arrivée au Royaume-Uni ce dimanche pour prendre notamment part au Sommet de Londres sur les investissements en Afrique, le président Félix Tshisekedi...

Kwilu: Deux morts enregistrés à la prison centrale de Bandundu Ville

Deux morts ont été enregistrés en seulement trois jours dans la prison centrale du cinquantenaire à Bandundu dans la province du Kwilu,...

Ministère du CMPMEA: Les entreprises à capitaux étrangers dans le secteur minier appelées à réserver la sous traitance aux nationaux

Le ministre des Classes moyennes, petites et moyennes entreprises et artisanat (CMPMEA), Justin Kalumba Mwana Ngongo a décidé que désormais toutes...

Afrique du Sud: La communauté congolaise dit non à la nouvelle mesure interdisant les réfugiés d’exercer une activité politique

Depuis le 01 janvier 2020, l'Afrique du Sud a promulgué une nouvelle loi qui interdit aux réfugiés et demandeurs d'asile vivant sur le sol sud africain à parler et à exercer toute activité politique sur le sol sud africain.

Dans l'actualtié

SAVE 20%
off Individual Membership every year you're a member with us
Click here to join