Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

dimanche, mai 31, 2020
DRC
2,966
Personnes infectées
Updated on 31 May 2020 à 4:26 4 h 26 min
DRC
2,469
Personnes en soins
Updated on 31 May 2020 à 4:26 4 h 26 min
DRC
428
Personnes guéries
Updated on 31 May 2020 à 4:26 4 h 26 min
DRC
69
Personnes mortes
Updated on 31 May 2020 à 4:26 4 h 26 min

Néhémie Mwilanya : « l’opposition ne peut pas gagner des élections dans ce pays »

 

Le directeur de cabinet du président Joseph Kabila et coordonnateur du Front commun pour le Congo a été invité au journal Afrique de la Radio française, RFI, interrogé sur les cours et issue du processus électoral en RDC. Selon lui, l’opposition ne gagnera pas la présidentielle du 23 décembre 2018 et si cela arrivait par miracle, Joseph Kabila s’inclinera devant les résultats des urnes.

Il s’en est d’abord pris au candidat de la coalition Lamuka, Martin Fayulu Madidi qui, affirme-t-il, « n’a aucune autonomie. Il a été fabriqué dans les laboratoires de Genève et toutes les contradictions lui ont été générées par le processus de Genève « .

Le directeur de cabinet de Joseph Kabila s’est en outre appuyé sur la division de l’opposition et son « impréparation », pour justifier l' »inévitable victoire » de la coalition qu’il coordonne, le FCC, aux élections jumelées du 23 décembre 2018.  » Nous nous sommes préparés depuis l’enrôlement jusqu’aujourd’hui. L’opposition a appelé ses militants à se faire enrôler à une semaine de la fin de l’enrôlement ; elle est entré dans la campagne électorale 10 jours après son lancement », a-t-il argumenté.

Mais aussi, les mobilisations « massives » de l’opposition sont aux yeux de Néhémie Mwilanya, des spectacles dans des grandes ville. Le FCC par contre, va plus loin et mobilise jusqu’au fin fond du Congo. Par conséquent, « cette opposition ne peut pas gagner les élections dans ce pays pour des raisons tout à fait objectives. Elle n’a pas mobilisé l’électorat au moment où il le fallait et elle n’a pas de discours. Son seul discours était : Kabila doit partir. Kabila a respecté la constitution, l’alternance est en vue, mais elle ne sera pas au profit de cette opposition parce qu’elle ne s’est pas préparé », a prédit Néhémie Mwilanya.

Et,  » si par miracle », l’opposition venait à gagner les élections du 23 décembre 2018, le président Joseph Kabila, a laissé entendre Néhémie Mwilanya, est celui qui a relancé la démocratie en RDC,  » après près de cinquante ans ». « Si c’est par miracle c’était l’opposition qui gagnerait les élections, Joseph Kabila acceptera les résultats », a-t-il conclut.

- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...