Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

mardi, juin 2, 2020
DRC
3,326
Personnes infectées
Updated on 2 June 2020 à 12:28 12 h 28 min
DRC
2,772
Personnes en soins
Updated on 2 June 2020 à 12:28 12 h 28 min
DRC
482
Personnes guéries
Updated on 2 June 2020 à 12:28 12 h 28 min
DRC
72
Personnes mortes
Updated on 2 June 2020 à 12:28 12 h 28 min

Martin Fayulu: le plus dur commence

Les élections auront bel et bien lieu le 23 décembre en République démocratique du Congo, confirme la Commission électorale. Son président Corneille Nangaa a procédé, comme prévu, au lancement hier de la campagne électorale. Pour la CENI, le sujet de la machine à voter. Une rencontre avec les acteurs en lice a eu lieu le mercredi à Kinshasa sans qu’elle n’aboutisse à une nouveauté.

Pendant ce temps, Martin Fayulu, candidat de la coalition LAMUKA qui a regagné triomphalement la capitale congolaise mercredi, continue de rejeter ces machines à voter. Moïse Katumbi, qui est un des quatre ténors de l’opposition à soutenir Martin Fayulu, a réitéré ce sujet dans une interview mardi à la chaîne française TV5 Monde.

Dans son refus, la coalition LAMUKA affirme qu’elle s’attend à un vote avec des bulletins papiers.  Léger changement, Martin Fayulu a soutenu l’idée d’un vote à bulletin pour la Présidentielle, mais également un report pour les autres élections. « A la limite on pourrait tenir l’élection présidentielle le 23 décembre et les autres (législatives, provinciales) un peu plus tard… Toutes les élections doivent se faire avec des bulletins papier. C’est la loi. Point final. »

A un mois du scrutin, le candidat de Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi, Adolphe Muzito et Freddy Matungulu pense qu’il est encore temps pour mettre cela en oeuvre.  « En 2011 aussi les bulletins sont arrivés en dernière minute… Si on associe la logistique de la Monusco et l’aide de pays amis, il y aurait moyen d’y arriver ». 

L’Église catholique soutient en effet l’idée d’une Présidentielle avec papiers. Le nouvel archevêque de Kinshasa, Mgr Fridolin Ambongo, estime que le plus important est la tenue des élections, proposant que la Présidentielle ait lieu avec bulletins papier et les autres élections avec la machine.

- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...