PUBLICITÉ

RDC: Du monde commence à affluer sur le Boulevard Triomphal à Kinshasa

Autorisée par le gouverneur de la ville de Kinshasa, la grande mobilisation de l’opposition près du Stade des martyrs ce samedi n’a pour autant pas la vie facile. Hier, la compagnie de transport public a étrangement fait savoir que ses bus ne seront pas en service ce matin, un problème logistique est alors annoncé. En outre, les stations service rationne le carburant au même moment.

- Publicité-

Cependant, ces mesures ne découragent pas des dizaines des partisans de l’opposition qui s’amassent déjà sur le Boulevard Triomphal, lieu du rendez-vous fatidique. « Il y a un léger retard, mais là n’est pas le problème, nous sommes déterminés à en finir avec Kabila aujourd’hui« , lance un militant du Mouvement de Libération du Congo (MLC), déjà arrivé sur place.  Leur leaders, Jean-Pierre Bemba qui est à l’étranger, ne sera toutefois pas du rendez-vous, mais il a appelé ses militants à prendre d’assaut ce grand terrain de la célèbre avenue de l’Enseignement.

 

« En finir avec Kabila »

Tout comme Vital Kamerhe, dont les troupes, munis de leurs symboles rouges et blancs, envahissent également le lieu. Ceux de Martin Fayulu, ou Fredy Matungulu, un peu plus discrets, sont là, aux côtés des grands drapeaux et panneaux des partisans du célèbre Moïse Katumbi. Lui, comme Jean-Pierre Bemba, n’est pas de la partie.

D’autres viennent avec un cercueil, celui du fichier électoral. « Nous allons l’enterré« , lance Justin, « combattant » de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS). Comme lui, des centaines des partisans de ce principal parti de l’opposition au pays, sont les plus virulents à affluer ici. Ils étaient déjà dans les rues hier pour sensibiliser. Leur leader, Félix Tshisekedi, candidat en core en lice à la prochaine Présidentielle, est l’une des têtes d’affiche de cette manifestation.

Sept ténors de l’opposition avaient en effet appelé à une grande mobilisation pour dénoncer les entraves du camp du président Kabila au processus actuel. Outre le manque de transparence dans ce processus sensé aboutir à des élections le 23 décembre, il y a également l’épineuse question des machines à voter que la Commission électorale veut utiliser.

Aux côtés des politiques, il y a également des actives des mouvements citoyens comme la Lutte pour le Changement (LUCHA) ou encore les Congolais débout de Sindika Dokolo.  Si les leaders ne sont pas encore là, l’ambiance est au rendez-vous, dans l’attente du début officiel. Personne ne connaît vraiment le programme du jour, mais tous montrent une détermination farouche à afficher leur soutien à leurs leaders.

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

spot_img

EN CONTINU