Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider

samedi, juin 6, 2020
DRC
3,878
Personnes infectées
Updated on 6 June 2020 à 20:34 20 h 34 min
DRC
3,259
Personnes en soins
Updated on 6 June 2020 à 20:34 20 h 34 min
DRC
537
Personnes guéries
Updated on 6 June 2020 à 20:34 20 h 34 min
DRC
82
Personnes mortes
Updated on 6 June 2020 à 20:34 20 h 34 min

Papy Pungu: »Il est temps que l’Union Européenne lève ses sanctions contre les personnalités Congolaises »

Les conditions dans lesquelles les sanctions contre les personnalités format le cercle proche autour du chef de l’Etat étaient prises sous pressions de la communauté internationale sous prétexte d’un troisième mandat ou de la non-organisation des élections a affirmé le président de la jeunesse du parti présidentiel.

« En toute honnêteté, la communauté internationale doit lever ses sanctions contre Emmanuel Ramazani Shadary et d’autres personnalités car ces sanctions n’ont plus de raisons d’être » a dit à POLITICO.CD Papy Pungu.

Par la nomination de Ramazani Shadary en tant que candidat du Front Commun pour le Congo, FCC, le président de la République Démocratique du Congo a mis fin aux prétentions qui lui été prêtées par les puissances occidentales et qui sont à la base de sanctions imposées aux personnalités de son entourage estime Papy Pungu; président de la ligue de jeunes du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie.

« Le choix de l’autorité morale du FCC, le président Joseph Kabila sur le camarade Emmanuel Ramazani Shadary aura le soutien de la jeunesse du parti, vu qu’il a porté la continuité de sa vision sur le secrétaire du parti » a-t-il déclaré au téléphone de POLITICO.CD.

« Emmanuel Ramazani Shadary est la personnalité qui a rempli le maximum de critères qui étaient établis lors de consultations. Il y avait autant de choix dans l’entourage du chef de l’Etat qui a jeté son dévolu sur l’ancien ministre de l’intérieur » pense-t-il.

Fiston Mahamba
- Publicité -

1 COMMENTAIRE

  1. Nous appelons la communauté internationale à maintenir voire accentuer les sanctions, car l’accord de Saint sylvestre n’est même pas appliquée à 51%
    Que les sanctions demeurent jusqu’au 1er janvier 2019, car rien à ce niveau, malgré la désignation du « dauphin » ne prouve que les élections seront crédibles et que les violations des droits telque les manifestations seront respectés, car ils les sont jamais. Tirez la léçon de la semaine du 03 août 2018 à Lubumbashi et à Kasumbalesa!

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...