Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider

samedi, juin 6, 2020
DRC
3,878
Personnes infectées
Updated on 6 June 2020 à 22:34 22 h 34 min
DRC
3,259
Personnes en soins
Updated on 6 June 2020 à 22:34 22 h 34 min
DRC
537
Personnes guéries
Updated on 6 June 2020 à 22:34 22 h 34 min
DRC
82
Personnes mortes
Updated on 6 June 2020 à 22:34 22 h 34 min

RDC: Joseph Kabila ne sera pas candidat à sa propre succession!

Selon des informations de POLITICO.CD, le Président congolais, qui avait promis de respecter la Constitution, a désigné un haut cadre du parti au pouvoir pour le succéder. Jusqu’au bout, une aile dure du pouvoir aura tenté de persuader le président Joseph Kabila de briguer un nouveau mandat, malgré l’interdiction Constitutionnelle.

En mai 2018, un parti de la majorité,  le Mouvement des indépendants réformateurs (MIR), annonçait même sa décision de déposer la candidature du président sortant à la cette présidentielle du 23 décembre. »La Constitution interdit le renouvellement du mandat,  mais elle n’interdit pas que la même personne rempile plus de trois mandats« , argumentait le président du MIR, l’avocat Stanley Mbayo, affirmant qu’il va bientôt « aller voir la CENI » pour le dépôt de cette candidature.

Washington a dit non!

Le 19 juillet, devant la nation, Joseph Kabila affirme qu’il respectera la Constitution, sans toutefois dire clairement s’il compte ou pas se représenter. Si le président reste flou, c’est en effet parce qu’au même moment, des émissaires sont des envoyés auprès des pays de la Communauté internationale pour « vendre l’idée » de son maintien au pouvoir. A Washington, des Kabilistes ont pris le pouls de l’administration Trump, tentant, jusqu’à la dernière minute, d’obtenir gain de cause.

Cependant, les espoirs d’un nouveau de Kabila seront définitivement enterrés.  L’ambassadeur américain adjoint à l’ONU, Jonathan Cohen, s’emporte lors d’une réunion du Conseil de sécurité : « Nous attendons du président Kabila qu’il respecte la Constitution, il n’est pas éligible pour un troisième mandat selon la loi congolaise », lance-t-il devant l’assemblée.

Pour aller plus loin, le diplomate américain enfonce: « Les Etats-Unis regrettent que le président Kabila n’ait pas saisi l’opportunité de son discours du 19 juillet pour clarifier ses intentions. La population congolaise attend depuis presque deux ans, le président Kabila a promis de respecter la Constitution et l’accord de la Saint-Sylvestre. On est à cinq mois des élections. Le temps de la gesticulation est terminé ».

Dans les coulisses, le Congrès se prépare à nouvelle des « sanctions massives » congolais des officiels congolais dans le cas d’une candidature du Président sortant. A Kinshasa, Kabila finalement par décider de prendre ses responsabilités face aux différentes factions de sa famille politique, mettant en place le plan de « dauphinat » minutieusement préparé depuis plusieurs mois.

- Publicité -

1 COMMENTAIRE

  1. la culture de périnité au pouvoir que prône la plupart des Présidents Africains démontre ,sans mot dire ,pouquoi l`Afrique démeure un continent en voie de developpement alors qu`elle regorge beaucoup de richesses. Les politiciens africains ont comme seul objectif s´enrichir au détriment du peuple qu´ils n´ont jamais servi. Il briguent des mandats sans projet ni programme réaliste et souvent ils sont á court d´idée mais s´accroche au pouvoir pour continuer á piller et se mettre á l´abri d´une condamnation imminente pour mauvaise gestion , crime économique et pourquoi pas politique.
    L´Afrique a tout ce qu´il lui faut pour être un Continent florissant. Cette génération pourrie des années 40 a 60 passerá sans doute. La nouvelle génération de politicien doit s´impregner de la gene d´alternance au pouvoir et de la competitivité dans la bonne gouvernance. Débout , la jeunesse africaine. Comme un seul homme va á la rescousse de cette Afrique degringolante.

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...