Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

mardi, juin 2, 2020
DRC
3,326
Personnes infectées
Updated on 2 June 2020 à 22:29 22 h 29 min
DRC
2,772
Personnes en soins
Updated on 2 June 2020 à 22:29 22 h 29 min
DRC
482
Personnes guéries
Updated on 2 June 2020 à 22:29 22 h 29 min
DRC
72
Personnes mortes
Updated on 2 June 2020 à 22:29 22 h 29 min

La « vente » de plusieurs espèces protégées de la RDC à la Chine provoque un tollé 

L’affaire débute en mars dernier. Dans une correspondance aux autorités congolaises, Liu Min Heng, directeur exécutif de Tianjin Junheng International Trade Corporation, fait une demande d’importer des animaux, principalement des espèces protégées, dans le cadre de l’accord bilatéral entre l’ICCN (Institutions congolaises pour la conservation de la nature) et les zoos chinois. En réponse, le ministre congolais l’Environnement, de la conservation de la nature et du développement durable Amy Ambatobe Nyongolo annonce, dans un courrier dont la copie est parvenue à POLTIICO.CD, l’arrivée en Chine d’une équipe de congolais experts avec la mission « d’assurer une bonne réception et la meilleure conservation de ces différentes espèces dans ces zoos. »

Problème, l’ICCN semble ne pas être d’accord. Dans un autre courrier également parvenu à POLITICO.CD et adressé au ministre  Amy Ambatobe, son directeur général, le Docteur Cosma WILUNGULA, étale un bon nombre de réticences à ce sujet, arguant notamment que la procédure n’a pas été respectée.

« Etant données la vulnérabilité et la sensibilité des spécimens sollicités dont certains en danger critique d’extinction (Gorilla beringei beringei, Pan paniscus, Pan troglodites, Trichechus senegalensis), sont inscrits à l’Annexe de la Convention CITES, à l’exception de Okapia johnstoni qui n’est pas inscrit aux Annexes de la CITES mais qui est intégralement protégé en RDC). Nous sommes appelés à respecter les dispositions de la Convention CITES et des lois congolaises y afférentes, disposant que l’exportation ne peut pas se faire à des fins commerciales. Les Autorités Scientifiques de la RDC et de la Chine devront émettre l’Avis de commerce non préjudiciable et l’Organe de gestion CITES/RDC devra émettre l’Avis d’acquisition légale conformément aux lois congolaises avant de signer les permis d’exportation« , explique-t-il dans cette lettre datée du juin 2018. 

Cela signifie que les autorités scientifiques de la RDC et de la Chine ainsi que le négociant chinois devront obtenir l’autorisation de la CITES pour obtenir un permis d’importation et d’exportation. Ainsi, la Convention CITES est un accord international entre gouvernements qui vise à garantir que le commerce international de spécimens d’animaux et de plantes sauvages ne menace pas leur survie.

En outre, des organisations de la société civile voient d’un mauvais oeil cet échange. SAVE VIRUNGA est allée même jusqu’à lancer une pétition sur internet pour s’opposer au transfert de ces animaux congolais vers la Chine. « Même si le processus est censé être légal et planifié, personne ne sait ce que le gouvernement de la RDC a obtenu en échange du commerce de ces précieux animaux et du patrimoine national« , explique l’organisation sur son site internet.

« Les relations bilatérales entre la Chine et la RDC semblent être une voie à sens unique, dictée par la Chine, qui obtient ainsi la part du lion. Aucune espèce endémique chinoise n’est présente en RDC et aucun expert chinois ne participe à la conservation en RDC. Pourtant, ils peuvent faire des demandes pour tout ce qu’ils veulent de notre faune et de notre flore« , ajoute-t-il.

- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...