Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider

vendredi, juin 5, 2020
DRC
3,764
Personnes infectées
Updated on 5 June 2020 à 11:32 11 h 32 min
DRC
3,171
Personnes en soins
Updated on 5 June 2020 à 11:32 11 h 32 min
DRC
512
Personnes guéries
Updated on 5 June 2020 à 11:32 11 h 32 min
DRC
81
Personnes mortes
Updated on 5 June 2020 à 11:32 11 h 32 min

Manifestations publiques: une ONG dénonce « la politique de deux poids et deux mesures »

Après le meeting autorisé de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) à la place Sainte Thérèse dans la commune de N’djili  à Kinshasa, l’Asadho déplore que les manifestations pacifiques de la Lucha aient été réprimées et plusieurs militants de ce mouvement citoyen arrêtés à Goma.

« Après le meeting de l’UDPS, il est important que nous puissions nous poser des questions au sujet de manifestations pacifiques. Comment le régime actuel peut-il laisser UDPS organiser son meeting et refuser ce même droit aux autres partis politiques de l’opposition ou réprimer les manifestations des mouvements citoyens ?« , se demande Me Katende.

Pour lui, tant que le meeting de l’UDPS n’est pas un signal qui permet à tous les congolais de jouir de la liberté de manifester pacifiquement sur l’ensemble du territoire national, nous devons dénoncer cette jouissance sélective des droits constitutionnels et demander au régime du Président Joseph KABILA de lever l’interdiction de manifester pacifiquement pour tout le monde.

Face à cette situation, le président de l’asadho invite les responsables de l’UDPS de se poser des questions sur les intentions du régime qui les a laissés organiser leur meeting.

Limete est appelé à dire au Président Joseph KABILA à respecter la Constitution en ce qui concerne les manifestations pacifiques et dénoncer l’attitude anti démocratique du régime vis-à-vis des autres congolais.

« La liberté d’organiser les meetings reconnue à l’UDPS n’a pas de sens si les autres partis politiques de l’opposition et les organisations de la société civile ne peuvent pas jouir de la même liberté. Le combat de l’UDPS pour la démocratie ne connaitra son couronnement que quand tous les congolais qu’ils soient au pouvoir ou pas, qu’ils soient riches ou pauvres, puissent jouir de mêmes droits constitutionnels« , martèle le président de l’asadho.

Kerima

- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...