Kabila appelle au respect de la Constitution au sujet la double nationalité

Lire à la une

14 nouveaux cas d’Ebola confirmés dans l’Est de la RDC

Selon le dernier bulletin épidémiologique daté du jeudi 16 janvier, les cas confirmés ont été signalés dans...

RDC : Félix Tshisekedi: “Le Go Pass n’est pas foncièrement mauvais. Mais le but est de savoir ce que l’on en fait”

Le Chef de l'Etat congolais, Félix Tshisekedi, lors d'une interview accordée à la Radio Vatican, a promis...

La RDC et le Saint-siège ratifient l’accord-cadre sur des questions d’intérêt commun

Ce vendredi 17 janvier 2020, le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Vatican, et le Président congolais...
- Publicité-

C’est devant des députés de la Majorité Présidentielle ce lundi à Kinshasa que le président Joseph Kabila s’est pour la première fois prononcé sur la question de la double nationalité après des révélations de la presse qui ont dévoilé que l’opposant Moïse Katumbi a bel et bien possédé une nationalité italienne.

Pour le président Kabila, cette question est déjà fixée par la Constitution, donnant par la même occasion raison à la loi fondamentale. Le Chef de l’Etat dit respecter les lois, appelant ceux qui détiennent une double nationalité de s’y conformer.

En République démocratique du Congo, le droit ne reconnaît pas la double nationalité.  Selon la loi, la perte de la nationalité congolaise résulte de la déchéance ou de l’acquisition d’une nationalité étrangère. Avoir une autre nationalité entraîne la perte “automatique” de la nationalité congolaise. Et on ne redevient pas Congolais automatiquement après avoir abandonné cette dernière. Il faut suivre une procédure.

En février 2007, le sujet avait fait l’objet d’un débat à l’Assemblée nationale. A l’époque, un moratoire de trois mois avait été adopté pour laisser le temps aux différentes personnalités de trancher : respecter la loi et abandonner leur nationalité étrangère ou la garder et perdre leurs postes de députés ou autres. Au final, le moratoire s’est écoulé sans que ce débat ne soit tranché.

La ville de San Vito dei Normanni, dans le sud de l’Italie, a confirmé dans un courriel à Reuters la semaine dernière que l’opposant Moïse Katumbi a détenu la citoyenneté italienne depuis plus de 16 ans. Le statut de citoyen en Italie est généralement enregistré par les mairies locales. L’information de Reuters a confirmé celle de Jeune Afrique publiée le 23 mars et confirmant que Moïse Katumbi a détenu cette nationalité italienne, alors qu’il occupait des fonctions officielles en République démocratique du Congo.

Dans la foulée, le Procureur général Floribert Kabange a déclaré qu’il avait ouvert une information judiciaire sur ces allégations.  Selon la constitution congolaise, les ressortissants de la RDC ne peuvent pas détenir la double nationalité et doivent faire une demande auprès du gouvernement pour récupérer leur citoyenneté s’ils prennent une nationalité étrangère.

- Publicité -
- Publicité-

Les + récents

Félix Tshisekedi apporte de nouveau son soutien son “allié” Vital Kamerhe: “il ne faut pas nous diviser”

Devant la diaspora congolaise de Londres ce dimanche, le président Félix Tshisekedi a apporté une nouvelle fois...

Félix Tshisekedi menace ses alliés du FCC de dissoudre l’Assemblée nationale “s’ils multiplient des crises”

Arrivée au Royaume-Uni ce dimanche pour prendre notamment part au Sommet de Londres sur les investissements en Afrique, le président Félix Tshisekedi...

Kwilu: Deux morts enregistrés à la prison centrale de Bandundu Ville

Deux morts ont été enregistrés en seulement trois jours dans la prison centrale du cinquantenaire à Bandundu dans la province du Kwilu,...

Ministère du CMPMEA: Les entreprises à capitaux étrangers dans le secteur minier appelées à réserver la sous traitance aux nationaux

Le ministre des Classes moyennes, petites et moyennes entreprises et artisanat (CMPMEA), Justin Kalumba Mwana Ngongo a décidé que désormais toutes...

Afrique du Sud: La communauté congolaise dit non à la nouvelle mesure interdisant les réfugiés d’exercer une activité politique

Depuis le 01 janvier 2020, l'Afrique du Sud a promulgué une nouvelle loi qui interdit aux réfugiés et demandeurs d'asile vivant sur le sol sud africain à parler et à exercer toute activité politique sur le sol sud africain.

Dans l'actualtié

SAVE 20%
off Individual Membership every year you're a member with us
Click here to join