Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

dimanche, mai 31, 2020
DRC
2,966
Personnes infectées
Updated on 31 May 2020 à 5:26 5 h 26 min
DRC
2,469
Personnes en soins
Updated on 31 May 2020 à 5:26 5 h 26 min
DRC
428
Personnes guéries
Updated on 31 May 2020 à 5:26 5 h 26 min
DRC
69
Personnes mortes
Updated on 31 May 2020 à 5:26 5 h 26 min

Sassou veut jouer le facilitateur entre l’Eglise catholique et Kabila

Une délégation de l’épiscopat du Congo-Kinshasa a été reçue par le président du Congo-Brazzaville Denis Sassou Nguesso mardi,  par souci d’éviter « le pire » après des violences à Kinshasa qui ont tendu les relations entre les catholiques et le pouvoir, annoncent des sources concordantes.

Les évêques se sont rendus à Brazzaville pour « rencontrer le président Denis Sassou Nguesso », « chargé du suivi du mécanisme paix et sécurité en République démocratique du Congo et dans la région des Grands Lacs », a déclaré à la presse leur porte-parole, l’abbé Donatien Nsholé.

« La marche du 31 décembre dernier à Kinshasa a été évoquée », a-t-il déclaré. « Si l’on n’y fait pas trop attention, si on prend à la légère la situation, on risque de vivre le pire ».

L’interdiction et la dispersion de cette marche des catholiques le 31 décembre à Kinshasa a fait « au moins cinq morts », selon l’ONU et la nonciature apostolique, aucun d’après le gouvernement de Kinshasa.

L’archevêque de Kinshasa, Laurent Monsengwo, a dénoncé la « barbarie » des autorités et souhaité « que les médiocres dégagent ».

Très proche du président Sassou Nguesso, le cardinal Monsengwo n’était pas dans la délégation.

« Les élections (à la fin de l’année) sont tenables », a ajouté l’abbé Nsholé en référence aux élections présidentielle, législatives et provinciales prévues le 23 décembre 2018.

Ces élections doivent organiser la succession du président Kabila, dont le deuxième et dernier mandat a pris fin le 20 décembre 2016 aux termes de la Constitution, qui permet au président de rester en place jusqu’à l’installation d’un successeur élu.

Les organisateurs de la marche du 31 décembre à Kinshasa voulaient que le président Kabila s’engage vraiment à quitter le pouvoir.

Avec AFP

- Publicité -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...