Les télécoms congolais paient le prix fort d’un réveillon manqué en RDC

0
711

La situation politique en RDC reste tendue et affecte l’économie du pays. Si, dans l’ensemble, la Banque Centrale du Congo (BCC) a dressé un bilan plutôt stable et rassurant pour l’avenir, un secteur souffre en particulier de cette donne politique: la téléphonie mobile.

Airtel, Vodacom, Orange ou encore Africell qui se partagent à parts inégales le marché de la téléphonie mobile en République démocratique du Congo ont la gueule de bois au lendemain d’un réveillon mouvementé.

Alors que l’année a été jalonnée par des mesures de restrictions sur l’usage de la connexion internet, principale source génératrice de recettes de ces opérateurs —  avec un secteur qui supplante de plus en plus la consommation de la téléphonie en voice (appels téléphoniques) —les périodes de fêtes ne devraient pas être profitables aux télécoms congolais, renseignent plusieurs sources.

« Ça va être terrible« , lance un haut dirigeant à POLITICO.CD. « Nous avons non seulement eu une année très compliquée, mais nous avons également loupé le réveillon qui génère de recettes conséquentes, suite à cette coupure« , ajoute-t-il.

Le 31 décembre soir, la connexion internet et les SMS ont été unilatéralement coupés, à la décision de l’autorité de régulation du marché des télécoms en République démocratique du Congo. Ils n’ont été établi que le 1er janvier tard dans la soirée. Une situation qui n’a pas permis à des millions d’abonnés d’envoyer des messages de voeux.

« Ailleurs, la nuit du réveillon, un opérateur peut faire jusqu’à 12% de son chiffre mensuel. Je n’ai malheureusement pas l’autorisation de vous confier les chiffres chez nous, mais les pertes sont énormes« , fait savoir notre interlocuteur sous le seau de l’anonymat.

D’après nos informations, les opérateurs congolais doivent négocier, dans les prochains jours, des mesures d’assoupissement avec les autorités pour compenser ce manque à gagner. Néanmoins, la situation du secteur est loin d’attirer des géants mondiaux, alors que la RDC continue de représenter un marché d’avenir, avec moins de 30% de pénétration.

Selon le dernier rapport officiel de l’ARPTC qui est le fruit de la déclaration des différents opérateurs, la RDC comptait 28.8 millions d’abonnés au 31/12/2016 avec Vodacom comme leader (33% ) suivi d’Orange (30%), Airtel (23%) et Africell (13%).