15 novembre, ultime tentative pour le soulèvement en RDC?

0
688

La Dynamique de l’opposition, une des composantes du Rassemblement, a appelé samedi ses militants à descendre dans la rue le 15 novembre pour réclamer une transition sans le président Joseph Kabila.

« La Dynamique appelle le peuple congolais à participer massivement à toutes les actions projetées par le Rassemblement et à celles annoncées par les mouvements citoyens, notamment celle du 15 novembre prochain initiées par la LUCHA, FILIMBI, Les Congolais Debout et d’autres associations et mouvements des jeunes (…). Seule une TRANSITION SANS KABILA demeure la solution la plus viable pour assainir la situation politique, sociale et sécuritaire nécessaire à la préparation des élections crédibles et apaisées dans notre pays », affirme le communiqué publié par ce mouvement de l’opposition.

En effet, l’appel de cette coalition de l’opposition rejoint celui des mouvements Filimbi, Lucha ou encore les Congolais debout qui ont tous rejeté le calendrier publié le 5 novembre par la CENI.  Durant une conférence de presse lundi à Kinshasa, le mouvement citoyen, qui a rejeté le calendrier publié par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), a appelé à une grande mobilisation à travers le pays pour obtenir le départ du président Joseph Kabila.

« Le 15 novembre 2017, explique le mouvement citoyen dans sa déclaration lue à la presse,  journée de manifestations sur toute l’étendue du pays: il est demandé aux congolais de manifester pacifiquement dans leurs quartiers en fermant les routes et les avenues, en observant une journée sans école ni université ni marché, et en exigeant aux bureaux de l’administration de fermer leurs portes »

« Cette journée est destinée à démontrer la capacité de mobilisation et de préparation du peuple avant l’assaut final le mercredi 28 novembre« , explique-t-on.

Du côté du mouvement citoyen FILIMBI, on affirme que Corneille Nangaa  « au service de M. Joseph Kabila », a publié un calendrier électoral « plein de contradictions, en violation de la Constitution, de la loi électorale en vigueur ainsi que de l’Accord signé le 31 décembre 2016 sous la modération des évêques de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO). »

« Cette publication marque le déclenchement officiel de l’application de l’article 64 de la Constitution qui aboutira à la neutralisation pacifique de M. Joseph Kabila et de TOUS ses complices au plus tard le 31 décembre 2017, conformément aux dispositions contenues dans le Manifeste du Citoyen Congolais« , dit ce communiqué signé notamment par Floribert Anzuluni, Coordonnateur de ce mouvement congolais.

Alors que la communauté internationale a apporté son soutien au calendrier de la CENI, les appels à manifester de l’opposition constituent un véritable test au moment où plus aucune manifestation de grande ampleur n’a eu lieu dans les rues de la RDC depuis avril dernier. Toutes les tentatives ont été réduites à néant par la répression policière, parfois dans le sang.

Un échec des opposants à mobiliser ce 15 novembre sonnera peut-être la fin de toute motivation à protester contre ce calendrier qui fixe les élections en décembre 2018.