Près de 750 millions USD manquent à la Gécamines

0
832

Les redevances, les primes de signature et les ventes d’actifs dues à Gécamines dans plus de 20 contrats de cuivre avec des partenaires entre 2011 et 2014 ne peuvent être tracés de manière fiable sur les comptes de la société minière de l’Etat congolais, a déclaré ce groupe de recherche. Cela représente près des deux tiers des 1,1 milliard de dollars de revenus de partenariat que Gécamines aurait dû recevoir, selon l’analyse fondée sur un examen des contrats, des documents de l’entreprise, des déclarations publiques et plus de 200 entrevues, citée par Bloomberg.

Une partie de l’argent manquant dans les comptes de l’entreprise a été attribuée à des «destinations spécifiques, y compris les remboursements de dettes, les acquisitions d’actifs et les investissements modestes dans l’infrastructure» tandis que «la majeure partie des revenus manquants n’a pu être retracée».

Le président de la Gécamines, Albert Yuma, et le directeur général, Jacques Kamenga, n’ont pas répondu aux demandes de commentaires de Bloomberg. Valery Mukasa, chef de cabinet du ministre congolais des mines, a déclaré qu’il n’avait pas encore vu le rapport et a refusé de commenter.

La République démocratique du Congo est le plus grand producteur de cuivre d’Afrique et la plus grande source de cobalt au monde. Une loi minière soutenue par la Banque mondiale en 2002 a attiré des milliards de dollars d’investissements dans des projets de cuivre et de cobalt de sociétés minières, notamment Glencore Plc, Freeport-McMoran Inc. et China Molybdenum Co. Alors que l’économie croît, les avantages économiques  de la production n’a pas été palpable au sein de la population, dont les deux tiers vivent avec moins de 2 dollars par jour.