jeudi, octobre 28, 2021
DRC
57,470
Personnes infectées
Updated on 28 October 2021 à 11:31 11 h 31 min
DRC
5,449
Personnes en soins
Updated on 28 October 2021 à 11:31 11 h 31 min
DRC
50,930
Personnes guéries
Updated on 28 October 2021 à 11:31 11 h 31 min
DRC
1,091
Personnes mortes
Updated on 28 October 2021 à 11:31 11 h 31 min

l'info en continu

Révélations sur la CPI: le parti de Jean-Pierre Bemba monte au créneau

- Publicité-

Selon des révélations de la presse internationale, l’Argentin Luis Moreno Ocampo, procureur de la Cour pénale internationale (CPI) de 2003 à 2012, détenait plusieurs sociétés offshore alors qu’il était en place à La Haye, révèle Le Soir avec ses partenaires du réseau European Investigative Collaborations (EIC). Selon site français Mediapart, la Cour pénale internationale (CPI) aurait orchestré l’arrestation et la détention de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo.

« Il y avait toujours anguille sous roche »

L’ancien vice-président Jean-Pierre Bemba

En République démocratique du Congo (RDC), le parti de l’ancien vice-Président Jean-Pierre Bemba, condamné par la CPI suite à des poursuites initiées par M. Ocampo, se dit « pas surpris » par ces révélations. « Les révélations par rapport aux activités occultes de Monsieur Moreno Ocampo ne nous surprennent pas. Parce qu’il y avait toujours anguille sous roche par rapport à son comportement dans la manière dont il avait diligenté les poursuites contre le sénateur Jean-Pierre Bemba« , affirme Eve Bazaïba, secrétaire générale du Mouvement de Libération du Congo (MLC), dans une interview exclusive accordée ce vendredi à POLITICO.CD.

- Publicité-

Pour Mme Bazaïba, ces révélations sont logiquement vraies et prouvent que le procès et la condmnation du président de son parti, Jean-Pierre Bemba, ont des motivations politiques. « Au sujet du procès, poursuit Mme Bazaïba, ce n’est pas par rapport aux rélévations. Depuis tout ce temps, nous avons toujours plaidé non coupable. Et nous avons toujours dénoncé une approche discriminatoire et sélective des poursuites contre le sénateur Jean-Pierre Bemba« , ajoute-t-elle.

L’ancien vice-président  Jean-Pierre Bemba  a été condamné en mars dernier par la CPI à un an d’emprisonnement et 300 000 euros d’amende pour subornation de témoins. Cette peine s’est ajoutée à celle reçue en juin – dix-huit ans de réclusion – pour « crimes de guerre » et « crimes contre l’humanité » commis entre octobre 2002 et mars 2003 en République centrafricaine (RCA) par le Mouvement pour la libération du Congo (MLC), groupe armé qu’il dirigeait à l’époque et avait envoyé en RCA pour soutenir le président Ange-Félix Patassé contre les « rebelles » de François Bozizé.

La CPI sur la sellette

Dans une enquête sous-titrée “les preuves d’un montage”, Mediapart révèle ainsi que Luis Moreno Ocampo – alors procureur de la CPI (2003-2012) a demandé le 11 avril 2011 aux forces pro-Ouattara de garder prisonnier Laurent Gbagbo avant qu’un pays africain ne demande son transfert devant la CPI. Problème, à cette époque, le procureur ne disposait d’aucun mandat d’arrêt ni de saisine de la CPI. Pour Médiapart, tout laisse à penser que l’arrestation de Laurent Gbagbo a été orchestrée avant même que la Cour ne soit saisie.

En début de semaine, Mediapart a annoncé la publication d’un énorme dossier sur les tribulations de la CPI sous l‘ère du procureur Luis Moreno Ocampo. Le premier épisode de la série jetait une lumière crue sur les ramifications entre l’ancien procureur et un acteur controversé de la crise en Libye.

Dans sa longue interview, à écouter ce soir, Eve Bazaïba accuse le pouvoir de Kinshasa d’avoir organisé l’arrestation et l’emprisonnement de M. Bemba à la Haye. Pour elle, les révélations contre le procureur Ocampo devraient interpeller la Communauté internationale et appeler à revisiter le procès du leader politique congolais.

De son côté, la CPI a déclaré dans un communiqué publié ce jeudi qu’elle suit avec attention les développements de l’affaire. L’actuelle procureure Fatou Bensouda a dit prendre “très au sérieux” les allégations concernant son prédécesseur. Toutefois, elle a tenu à préciser que son Bureau a toujours travaillé “en toute indépendance, impartialité et objectivité, dans le strict respect des dispositions du Statut de Rome.”

 

Ecoutez un extrait de cette interview de Mme Bazaïba, au téléphone avec Litsani Choukran. 

 

- Publicité -

12 Commentaires

  1. BAZAIBA ne voit que le pouvoir de Kinshasa partout sans apporter une preuve dans ce dossier. Si elle n’a plus rien à dire, il serait bon de rentrer au village cultiver les champs pour nourrir les gens au lieu de nous bourrer les oreilles avec des propos qui ne tiennent pas débout svp.

    • Mon frère Albert Ilunga, personnellement je ne suis pas fan de Ève Bazaiba, je suis de l’UDPS, mais cela ne m’oblige pas à avoir les yeux fermés sur les réalités de chez nous! Dès que quelqu’un fait peur à Kabila, outre mesure, Kabila s’arrange pour le mettre hors d’état de nuire! Si Jean-Pierre Bemba était au Congo, Kabila ne dormirait même pas 30 minutes de sommeil, car il sait qu’il peut maîtriser les villes mortes et les manifestations pacifiques, mais il ne peut pas maîtriser Bemba. Il y a beaucoup de criminels de RCD qui ont tué du monde dans l’Est du pays, comment expliquer qu’ils sont au pouvoir alors que Bemba est à la CPI? Je suis un vrai Tshisekediste, mais mon frère, rassure toi que Bemba fait peur à Kabila plus que n’importe qui autre! Et c’est dommage qu’il est maîtrisé. Si l’ultimatum de 31 décembre 2017 donné à Kabila, venait de Bemba, Kabila aurait fait pipi dans ses culottes!

      • Bertino;
        Mbemba a t’il tuer aussi les Congolais?
        Mbemba avait il comme parrain l’Ouganda? donc àa Kisangani Mbemba sait quelque chose?
        Mbemba son armée était constituer des anciens des Faz donc ceux qui ont trahit le peuple, voler, violer, assassiner, ou sont les morts du Mobutisme? quel était le but de Mbemba la continuité du Mobutisme? ces militaires ont refusé de se battre pour défendre le pays nous parlons de plus de 8 millions des morts mais ils étaient prêt à se battre pour reconquérir le pouvoir et tuer en RCA pour avoir un soutien et une base arrière?
        voilas ce que tu défend Bertino; quel est ta logique? que les assassin d’hier ne soient pas poursuivis pour leurs crimes?
        va dire cela aux enfants des membres de l’UDPS que tu prétend être si tu l’était réellement tu aurais sut le nombre des disparus des membres de l’UDPS, les massacres dans le Kasaï passé inaperçu comme les morts du Shaba; de quoi tu parle? tu falsifie l’histoire tu devrais avoir honte.

  2. Nous avons toujours dit que la CPI (tout comme la MONUSCO sous le Nigerien Maman Sidikou) etaient des institutions corrompues qu’utilisent de dictateurs sanguinaires – inclu l’assassin au sommet de la RDC – pour se debarasser de leurs emules dont JP Bemba.
    Alors que les pretendues transgressions de Bemba n’arrivent pas a la hauteur des crimes de Kabila.

    Tenez: La jouffue procureuse Gambienne de la CPI est epouse d’un « businessman » Israelien proche copain de Dan Gertler. Alors suivez mon regard…

    Il y a 2 semaines, cette dame jouffue etait a New York aller voir l’assassin de Kingakati a son hotel. Ce alors que des centaines de fosses communes pleines de cadavres victimes des Bana Mura de cet assassin et de son boureau Kalev Mutond au Kasai et a travers la RDC sont le dernier souci de cette dame jouffue.

    Bref, la CPI roule au rythme des « enveloppes »…!

  3. Ne serait-il pas ironique si Luis Ocampo se retrouvait lui-même prisonnier à la CPI pour avoir servi d’accessoire aux criminels? Bon, Je me permet de rêver…

  4. Ocampo était si puissant qu’il a conduit à la condamnation de Bemba ? Je n’y crois pas une seule minute. Cette CPI est sous l’influence des états forts qui contribuent à l’alimenter. S’attaquer à Ocampo c’est se laisser entraîner dans la diversion. Avant d’occuper ce genre de fonction, on fait l’objet d’un important screening. Donc ceux qui l’ont fait roi savaient pourquoi ils le mettaient là. Et Bensouda qui a pris la suite d’Ocampo et qui a conduit l’accusation jusqu’à obtenir la condamnation de Bemba à 18 ans de prison est elle aussi pourrie ? J’ai toujours été contre la manière avec laquelle les choses ont été montées dans ce procès mais quand même mettre tout sur la tête d’Ocampo. La CPI dépend pour son fonctionnement et de l’efficacité de ses actions de la volonté des états.

    • Ah bon ! si Bemba était au pays Kabila ne dormirait même pas 30 minutes? je me demande où était ce monsieur en 2006. Peut-être il n’était pas encore né.
      Kabila avait donné une gifle inoubliable à Bemba,qu’il avait fini par trouver refuge à l’Ambassade de l’Afrique du Sud avant de se rendre à l’Aéroport de Ndjili dans une blindé de l’ONU.

    • Je crains que vous vous trompiez, cher ami : Ocampo était tout puissant comme l’est aujourd’hui Bensouda ! Il était prévisible que même de principe indépendante, la CPI n’en reste pas pour autant à l’abri des grandes puissances, mais sa pratique a démontré qu’elle était dès ses débuts alors complètement sous influence politique de celles-ci surtout dans les grandes affaires qui les intéressaient ! Gbagbo , Bemba intéressaient directement la France qui a toujours assuré son diktat discret ! Un intermédiaire était indispensable : c’est le rôle qu’a joué Ocampo, carriériste et manœuvrier pour son compte et pour valider la nécessité de cette Cour inédite dont on la CI avait besoin… Un autre Procureur plus indépendant et plus correct surtout à ses débuts aurait pu changer l’image de cette Cour aux bons objectifs mais complètement pervertie par ses hauts fonctionnaires ambigus.
      La CPI n’a pas dit que le droit dans l’affaire Bemba, elle a fait beaucoup de politique, elle fait de même avec Gbagbo, avec l’aide et au bénéfice du camp ‘JK’ dans le premier cas pour se laver de ses ingérences coupables en Centrafrique via les voisins et avec l’aide et au bénéfice de Ouattarra, ami de la France libérale, dans le second cas…
      Personnellement je n’ai jamais manqué de souligner cette face : le plus fâcheux est que Bensouda suit les traces de Ocampo dont elle était l’adjointe, elle, ancienne Ministre de la Justice d’un tyran mais si jamais Ocampo est lâché et finit par être poursuivi, on nous donnera enfin raison et la CPI sera démasquée et aura besoin de profondes réformes de fonctionnement…!
      Ocampo a joué au mafieux en col blanc comme il y’en a des centaines dans les institutions internationales et ailleurs, méfiez-vous…
      Ni Bemba ni Gbagbo ne sont pas exempts de torts mais ils ne sont pas jugés de façon tout à fait correcte, tel que ça commence il est bien possible qu’un jour tout cela soit mis au jour…
      Attendons la suite…

  5. Moi au delà de tout je crois que Bemba tout comme kabila, Nyamwisi, Ondekane, Ruberwa, kamitatu, Endundu, Mende etc..le conglomérat d’aventuriers de l’Afdl, Rcd, Rcd-kml, Mlc mérite tous la prison pour leurs crimes odieux dans les territoires qu’ils ont controlés. Mais ce qui me fait mal ce que jusqu’aujourd’hui la majorité de l’élite RDCongolaise considère que tout ce qui viens de l’occident est parfait, modèle et meilleur. En réalité les Organismes (Onu, Hcr, Cpi, Banque mondiale, Fmi, Ong d’appuis machins etc…) occidentaux sont des instruments de contrôle. Bemba paie son implication dans le conflit en RCA qui est un pré carré français, Pierre Pean et d’autres journalistes français d’investigation l’ont dit.

Comments are closed.

EN CONTINU

%d blogueurs aiment cette page :