De Catalogne au Congo: la rue ne tue pas!

4
819

Les Congolais les plus « connectés » ont suivi le « vaillant peuple » Catalan faire face à une police aussi sur les dents qu’énervée. Aux images chocs de blessés, des commentaires aussi récupérateurs et dénués de tout tact et disculpe. Ainsi, la violence policière ne serait pas que « congolaise », au point de féliciter Kanyama. Kinshasa n’est pas en réalité la seule ville à bafouer le droit des manifestants.

La polémique, sans hauteur, monte. Au bout, de l’autre côté des images qui ont fait le tour du monde, on oublie presque l’essentiel: un peuple, malgré tout, DEBOUT. Oui! Alors que les rues de Barcelone et plusieurs villes catalanes manifestaient et tombaient dans le sang, de l’autre côté, à Madrid, comme un symbole, une mobilisation spontanée a lieu. Elle soutient alors les manifestants pour l’indépendance. Elle, Madrid, une ville royale, opposée à toute scission du pays.

https://twitter.com/TBMJ2_/status/914573025789562880

Le symbole est donc là. On le regarde de près, avec ses préceptes. A l’heure où tout un pays, au cœur de l’Afrique, se perd, à la recherche des héros providentiels, on pourrait presque se demander: mais pourquoi donc personne n’ose se lever dans ce Congo? Les raisons, comme à chaque fois que l’on chercherait excuses, sont multiples. Ils sont armés, en face. On ne doit pas appeler à l’insurrection. La démocratie c’est ne pas la rue… d’autres diront, avec raison, qu’il y en a, ceux qui osent se lever.

Barnabé Kikaya, un Conseiller du président Kabila, s’est amusé un jour à compter les manifestants dans les rues de Kinshasa. L’homme, dans ce qui peut être vu comme une maladresse, a logiquement affirmé que pour une ville de plus de 10 millions d’habitants, il n’y avait pas plus de 200 manifestants dans les rues au 19 décembre 2016.  Sans entrer dans la polémique, ayant tous suivi des cours de mathématiques, nous conviendrons que l’échelle est là, posée, avec sa réalité. La mobilisation n’est pas une réalité au Congo. Pour autant, ce pays a connu des audacieux. Des dates, comme celles du 04 janvier, ou encore toute une génération d’étudiants sacrifiée en 1971 par Mobutu, nous rappellent nos faits d’armes.

Certes, certains diront que ceci est un appel à l’insurrection! En réalité, il aurait pu l’être si et seulement si, l’Etat dans lequel nous vivons était légitime. Et pourtant, non. Terminaisons, accords, verbes toute sémantique lui trouvera de noms, mais il restera-là, illégitime: il rassemble à celui de l’Espagne, s’opposant aux libertés individuelles, et empêchant un peuple à disposer de sa liberté, de sa destinée.

« La mobilisation n’est pas la guerre. Dans les circonstances présentes, elle apparaît, au contraire, comme le meilleur moyen d’assurer la paix dans l’honneur », disait l’homme politique français René Viviani. En réalité, le fait est que la rue ne tue pas, aucun gouvernement légitime et populaire ne craint de manifestations. Manifester ne tue pas !

Aux Congolais, à nous tous, il faudra désormais arrêter de pointer du doigt aux dirigeants politiques que l’on pourrait persifler pour leur ralliement futur au pouvoir. Il faut arrêter de chercher le héros providentiel, Tshisekedi n’est plus là. Lumumba non plus. La mobilisation. C’est ce qui manque à ce pays : se mobiliser, revendiquer, se battre, se lever, se mettre debout, dire non. Manifester, agir. Et c’est encore possible.

Litsani Choukran,
Le Fondé.

4 Commentaires

  1. C’est possible, je suis toujours étonné de constater les réactions de la MP face aux dates désignées par l’opposition pour manifester, le pays se transforme subitement en champs des guerres, comme si les manifestant étaient des ennemis.
    Ces personnes de la MP sont dans la logique que tout va bien; l’inflation de la monnaie pas des problèmes, pas des élections pas des problèmes, Donc ce qui doit être revendiqué , ne doit pas l’être parce qu’on aime notre président même s’il ne fait pas des discours le jour de l’indépendance.

    Face à cette situation, les manifestations qui doivent être pacifiques deviendront chaotiques , le peuple encaisse sa frustration et un jour, ça va explosée et nous serons présent.

  2. Il est beau de nous faire réfléchir ainsi je suis fier de votre pertinente analyse, L’Histoire nous rappelle que les Dictateurs africains n’écoutent pas la rue, ils s’en moquent même car tu venais d’illustrer le conseiller spécial du Président illégitime de la RDC  » B. Kikaya ».
    Ces Dictateurs africains N’ÉCOUTENT QUE LES CRÉPITEMENT DES BALLES, les SONS DES CANONS et les BRUITS DES BOTTES. Le Kongo Central est la seule voie ouverte pour chasser ce régime par les armes, en moins de 48 heures, ils vont déposer eux – même les armes car le peuple sera derrière cette initiative afin d’éviter les bains de sang et les pertes en vis humaines.

    Il est temps, j’ai fais beaucoup de marches, des tracts et autres, mais j’ai tjrs compris que « celui qui prends le Pouvoir par les armes, le quitte par les armes » comme la Bible nous a tjrs enseigné que « QUI TUE PAR L’ÉPÉE, PÉRIRA PAR L’ÉPÉE. »

  3. L´analyse est peut etre pertinente mais la comparaison entre le peuple espagnole et congolais ne l´est peut etre pas. je m´explique:
    1. Malgré la repression de cette manif en Espagne on a denombrer aucun mort.
    2. L´armée et la police intervienent non pour faire peur à la population mais plutot afin de ne pas laisser la situation s´envenimer.
    3. Cette pilice et cette armée sont à 100 pour 100 Espagnole contrairement à la police et l´armée cogolaise qui elles sont infiltrées par des elements rwando-ougando-burundais et ca tout le monde le sait.
    En ce qui concerne le nombres des gens dans la rue chose que Kinshasa ville de 10.000.000 d´habitants ne le fait pas, ici aussi la comparaison est eronnée car :

    1. La population espagnole est democratiquement formée et instruite que lcelle de la rdc
    2. Le peuple espagnole connait ses droits par rapport au peuple congolais
    3. En Espagne les eglises de reveille ne pillulent pas comme en rdc afin de´endormir la population par de s evangiles non aboutissants.
    4. Aucun musicien Espagnole a le peuple espagnole dans sa poche qu´on voit en rdc ou les gens peuvent mourir a force de discuter dans la rue pour un musicien.
    5. Les etudiants espagnols sont bien formés et suivent les infos à temps réels par des media de tout bord.
    6. l´opposition Catalane est pas accompagnatrice et corrompue comme celle qu´on trouve en rdc
    Voilà ce que monsieur Kikaya Bin Karubi doit savoir. Si j´etais à sa place j´allais me taire et avoir honte entant qu´unpseudo intellectuel qui ne parvient pas a donner le minimum vital à son peuple

Comments are closed.