La CENCO dit non à un troisième dialogue

3
840

Les prêtres en appelle à l’Union européenne pour conditionner tout soutien au respect des prescrits de l’Accord du 31 décembre 2016. Le président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), Monseigneur Marcel Utembi, a déclaré que son institution n’est pas prête à piloter un éventuel 3ème dialogue, car l’Accord de la Saint-Sylvestre souffre de mise en œuvre.

La déclaration a été faite au siège du Réseau européen pour l’Afrique centrale (EURAC), à Bruxelles. « Nous sommes logiques et cohérents envers nous-mêmes. L’Accord du 31 décembre 2016 souffre de sa mise en œuvre à 90%. Nous ne pouvons pas piloter un 3e dialogue, alors que le précédent n’est pas appliqué », a déclaré le président de la CENCO, Mgr Marcel Utembi.

Les évêques membres de la CENCO sont d’avis qu’il est possible de désamorcer la crise politique en République démocratique du Congo sans un autre dialogue. Raison pour laquelle les évêques de la CENCO continuent de plaider pour l’application intégrale de cet accord, étant entendu que cet accord constituait « la seule feuille de route » pouvant sortir le pays de la crise institutionnelle.

Négocié sous les auspices de l’Eglise catholique, l’Accord du 31 décembre 2016 est au coeur d’une polémique, alors qu’une partie de l’opposition avoir le pouvoir de l’avoir « tortpillé ».

Néanmoins, des cadres de laMajorité Présidentielle ne fait plus mystère de leur volonté d’organiser un troisième dialogue qui « serait plus inclusif ». Le secrétaire général adjoint de la MP, Joseph Kokonyangi, a eu publiquement à dénoncer l’accord en ces termes : « la MP n’est pas totalement concernée par le compromis politique signé sous réserve par elle le 31 décembre sous les auspices de la Cénco ».

A. K.

3 Commentaires

  1. Chers Évêques, tout le monde, y compris vos alliés et parrains Occidentaux savent que vous soutenez à bras le corps le fils de Tshisekedi contre J. Kabila comme vous l’avez fait pour son feu père contre Mobutu. Ainsi, comme le RASSOP-LIMETE propose une transition de 6 mois mais sans Kabila et que la MP est d’accord pour que les élections soient organisées au premier semestre 2018, il serait sage pour vous de concilier ces deux point de vue pour trouver une solution à la sortie de la soit disant crise créée pour positionnements politiques illégitimes au lieu de parler d’un troisième dialogue dont le demandeur n’est pas connu ni de vous ni du peuple congolais.

  2. vous avez raison a 100%100 cher les eveques dela cenco cet homme kabila n’est respcte pas les accords, donc il doit etre chasse est arrete ,cet un criminel voleur avec sa famille, vive le congo de kimbangu, le congo au congolais de souche ingeta pas de dialogue avec un abruti qui veut perenisse au pouvoir, finie esili debout congolais

    • Les évêques devraient se montrer plus honnêtes en présentant la situation réelle. L’accord a été signé,mais les mêmes évêques ont été incapables de concilier la classe politique pour qu’elle signe l’arrangement particulier qui devrait mettre en application l’accord. Conscients de leur incapacité, ils ont dû s’en remettre au Président de la République. Le Président de la République a consulté la classe politique pour dénouer la crise, mais le Rassemblement aile Limete a estimé bon de jouer à la chaise vide. Fallait-il croiser les bras pour attendre les caprices de Félix et ses paires? Soyez honnêtes lorsque vous présentez la situation.

Comments are closed.