PUBLICITÉ

Le Comité des droits de l’homme l’ONU demande le retour de Katumbi en RDC

Dans une lettre adressée à Mt Dupond Moretti, l’avocat de Moïse Katumbi, le Comité des droits de l’homme de l’ONU affirme prendre en compte la plainte déposée par ce dernier contre l’Etat congolais, tout en promettant l’étude de celle-ci.

Dans l’entre-temps, l’organe de l’ONU annonce qu’il a été demandé au gouvernement congolais de prendre « toutes les mesures nécessaires de manière à prévenir tout risque de préjudices irremplaçables en lien avec l’exercice par l’auteur des droits garantis par le Pacte »

- Publicité-

« L’Etat partie [en l’occurrence la RDC] est notamment tenu de prendre toutes les mesures nécessaires en vue d’assurer que l’auteur [Moïse Katumbi] puisse rentrer en République démocratique du Congo et puisse participer librement et en toute sécurité, en tant que candidat, aux élections prévues pour la fin 2017« , annonce cette lettre.

L’opposant congolais a porté plainte le 03 juin  contre la RDC devant le Comité des Droits de l’homme de l’ONU. Selon le communiqué diffusé par l’équipe de Moïse Katumbi, il s’agit d’une plainte « suite à l’acharnement continu du pouvoir congolais contre sa personne et ses proches. » M. Katumbi a été condamné à trois ans de prison dans une affaire de spoliation de biens privés, mais depuis dénoncée par l’opposition, ainsi que plusieurs organisations internationales.

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

8 Commentaires

  1. Maintenant que le ministre de justice Thambwe est en vacances longue durée en Belgique,l’ONU a bien fait de préparer le retour de KATOUMBI et la dépouille mortelle d’Étienne Tshisekedi calmement.. Katumbi Président intérimaire du Congo pour organiser les élections de 2017. DOKOLO , premier ministre intérimaire.

  2. Personne ne l’a interdit de rentrer au pays. toutefois il a affaire avec la justice congolaise quelque soit la demande de l’organe des droits de l’homme de l’ONU.

Comments are closed.

EN CONTINU