La Police libère le siège de l’UDPS après menace de mobilisation

3
630

Le porte-parole de l’UDPS, Augustin Kabuya qui les qualifie de « policiers politiques » annonce que l’UDPS ne pourra reprendre ses activités au sein de son siège qu’après une enquête de la police « scientifique » de la MONUSCO.

« Malgré le départ de la police politique de l’occupation de la permanence ce matin, UDPS attend l’arrivée de la police scientifique de la Monusco, pour une enquête sur le lieu avant la reprise des activités« , déclare
Augustin Kabuya à Politico.cd.

La police a décidé mardi dernier de sceller le siège du parti d’Étienne Tshisekedi après l’incendie à son commissariat situé en face. Les autorités ont ainsi accusé les militants de l’UDPS d’en être responsables. Les dirigeants du parti, y compris le Secrétaire national, Jean-Marc Kabund, qui dénonçaient une occupation « illégale » et « injustifiée » ont été séquestrés pendant plus de 24 heures avant d’être libérés.

Le Président du Rassemblement Félix Tshisekedi a signé un communiqué appelant les militants des différents partis politiques de sa plateforme à se mobiliser ce 17 mai, date de la célébration de la libération du Congo des mains du dictateur, Joseph Désiré Mobutu, par AFDL, pour réclamer la libération du siège du parti de feu Étienne Tshisekedi, de l’occupation des éléments de la police.

L’évacuation du siège est intervenue avant même l’acte de sa réclamation.

 

3 Commentaires

Comments are closed.