Valentin Mubake, symbole d’une Union en crise

15
931
Valentin Mubake, an adviser to Democratic Republic of Congo's main opposition leader Etienne Tshisekedi, signs the accord between the opposition and the government of President Joseph Kabila at the Conference episcopale nationale du Congo (CENCO) headquarters in Gombe Municipality, in the Congolese capital Kinshasa, December 31, 2016. Picture taken December 31, 2016. REUTERS/Robert Carrubba - RTX2X47G

« Le président Tshisekedi m’a invité et il m’a dit que j’étais son choix pour la Primature, c’est ce que j’ai dit aux évêques », cette déclaration est de Valentin Mubake, prononcée le 20 mars dernier, à l’issue d’une rencontre avec les évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo à Kinshasa.

35 après sa création, ce parti qui symbolise à lui seul la lutte pour la démocratie en République du Congo traverse ouvertement une crise sans précédent. Amputée de son leader charismatique et historique, disparu le 1er février dernier, en plein bras de fer avec le Pouvoir, l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) doit à présent faire face à ses démons de la division. Les mêmes qui l’habite depuis la nuit même du 15 février 1982  où  Étienne Tshisekedi, Marcel Lihau et d’autres ont décidé de s’unir pour défier le tout-puissant Maréchal Mobutu.

Porté à la tête de son Bureau politique et présenté sa candidature comme Premier ministre, conformément à l’accord signé le 31 décembre, Félix Tshisekedi ne rencontre pas l’approbation de plusieurs cadres de cette large coalition de l’opposition et même celles des cadres de son parti, l’UDPS.

Si la fronde a principalement touché le Rassemblement, avec la création d’une aile dissidente rangée derrière l’opposant Joseph Olenghankoy, c’est à  l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) que la fronde allait le plus être dévastatrice.  En effet, bien avant même la mort du Sphinx, des voix commençaient à s’élever pour contester l’ascension un peu trop rapide de Félix Tshisekedi, fils du leader charismatique de ce mouvement. Nommé Secrétaire général adjoint en octobre 2017, un poste qui fait de lui le numéro 3 du parti, dans une deuxième vague de nominations en espace de quelques mois seulement, Félix Tshisekedi avait précipité le départ de Bruno Mavungu, qui n’a pas hésité à fustigé le fils du Lider-Maximo.  « On m’a écarté pour placer Félix [Tshisekedi] à la tête de l’UDPS« , déclarait Bruno Mavungu dans une interview, le 17 août dernier sur Politico.cd

« Félix Tshisekedi et ses amis profitent de l’Udps pour remplir leurs poches, tout en tuant le parti à petit feu. Je me suis opposé à la vente de notre parti à Moïse Katumbi et voilà on me met dehors« , accusait l’ancien Secrétaire général de l’UDPS.

Plus tshisekediste que Tshisekedi lui-même

Ce désarroi, c’est finalement Bruno Tshibala, jusqu’à lors secrétaire général adjoint de l’UDPS, qui le laisse éclaté à la mort d’Etienne Tshisekedi, rejoignant l’aile Joseph Olenghankoy, tout en contestant la désignation de Felix Tshisekedi comme candidat à la Primtature. Une désignation qui se serait faite à travers une lettre aussi contestée que surprenante. Il se verra « auto-exclu » du parti.

Comme souvent au sein de l’UDPS, les départs sont ainsi perçus comme des « trahisons », des gens « acheter par le Pouvoir ».  Justin Bomboko, Marcel Lihau, Rémy Massamba Ma Kiese, Francois-Xavier Beltchika-Kalubye, François Muamba, Eve Bazaiba, Francois tshipamba Mpuila, Marc Kapend, Samy Badibanga, Jacquemain Shabani, Bruno Mavungu, Roger Lumbala… tant d’hommes ont tous connu le même rengaine.

Alors que Valentin Mubake, qualifié de « plus tshisekediste que Tshisekedi lui-même ou encore plus royaliste que le roi », affichait ouvertement son opposition à Félix Tshisekedi,  ce dernier aura mis longtemps pour le sanctionner. « Valentin est un homme de conviction, c’est très difficile de faire croire aux gens que c’est un traître », confie un haut cadre de l’UDPS.

Toutefois, ce dernier a poussé, semble-t-il, le bouchon trop loin, en débarquant au Palais de la Nation mardi pour finir par y rencontrer le Président de la République. Cette rencontre qu’il présente ici comme « intuitu personae », aura suffit pour que la ne sanction tombe.  « La Présidence du Parti relève que le comportement de Monsieur Valentin MUBAKENOMBI constitue un manquement grave aux Statuts et Règlement Intérieur de l’UDPS en ce qu’il s’est rendu coupable du non-respect de la hiérarchie et des instructions du Parti, du Vagabondage politique. A dater de ce jour, la Présidence du Parti constate et prend acte de l’auto-exclusion de Monsieur Valentin MUBAKENOMBI, l’interdit d’utiliser la dénomination du Parti, ses insignes, logos et de parler en son nom, conformément à l’article 7 du Règlement Intérieur du Parti« , explique le communiqué signé par Jean-Marc Kabund à cet effet.

Néanmoins, les sanctions ne règlent pas les divergences d’opinion de plus en plus grandissante au sein du parti d’Étienne Tshisekedi, désormais menacé d’extinction. A l’heure actuelle, deux des trois dignes successeurs du Sphinx viennent de quitter le navire.  Félix Tshisekedi est donc le seul maître à bord. Cependant, si son père a longtemps maintenu le mythe, faisant face aux départs répétés, le fils devra néanmoins batailler ferme, au vu de sa stature et expérience, pour garder ce parti à son niveau datant. Mubake ou Tshibala sont peut-être des traîtres, mais cette partition ne pourra pas être jouée à longueur, au point de remettre en cause l’avenir même de ce grand parti.

Litsani Choukran,
Le Fondé

15 Commentaires

  1. Mubake est in grand jurists et il n’avait jamais conteste une auto exclusion d’un autre member du temps vivant de tshisekedi-pere.je me demande si ca devrait etre possible a mubake d’aller rencontrer kabila si tshisekedi pere etait en vie et avait interdit de rencontrer kabila.En politic ce n’est toujours pas question d’anciente ou d’experience Mai’s de fois aussi de »Question de ligne de conduite et de respect de leadership ».Quand un travailleur ne respect pas la hierarchie ou le nouveau leadership de l’entreprise pourlaquelle I’ll travail,I’ll devient in problem pr cette enterprise et il merite le plutot vite possible d’être renvoye de cette enterprise.il est alle en dehors du contract qui le liait a cette enterprise.la decision d’exclure mubake a pris du temps,depuis le jour de sa rencontre avec la cenco se faisant passer pour le choisi de tshisekedi pour la premature,I’ll fallait que l’udps le suspense or le chasse.ca s’appele management des ambitions dans un groupe.le depart de lihau,kibassa et autres etait durs moments mais parce que mubake lui meme le dit »ludps c’est une idee,un etat d’esprit qu’une persons.ludps est fort que tshisekedi,est fort que Felix,est fort que mubake…et ca Sera tres honteux de mubake d’accepter un poste donne charitablement par kabila.devant le dessert,le sage tait son egoisme..lui,le legaliste,quitait le cadre de legalite qui est la cenco et rencontrer kabila…et esperer que lui peut changer la facon de voir de kabila,mubake devrait eviter led dernieres imbecilities politiques des apprentis mendiant politiciens.ok de quel cote mubake Sera fort?mubake D’s ludps avec ludps,or mubake en dehors de ludps avec le kabilistes?led mauvaises pensees corrompent les Bonne’s moeurs.c’est triste!nos politiciens n’ont pas de notion de resister jusqu’au « Finish ».que gagne mubake en recusant d’accepter le leadership de Felix?je crois que l’associatio G7et Ludps,est une association quoi que no parfaite mais politiquement Mure and politiquement Forte pour resister a kabila.C’est question de limportant et du necessaire.I’ll est necessaire de trouver un allie important qui fait peur a Notre adveraire community pour realiser l’IMPORTANT qui est de chasser Notre adversaire politique qui me respecte pas le Lois de la democratie.prquoi kabila a peur de Pierre numbi si lui kabila parle de gouvernement de reconciliation ou d’unite nationale?quand on parole D’unite nationale,on doit savoir respecter le choix des autres.quel est le problems de kabila so le rassemblement choisit Pierre pour lcomite de suivie de la transition?..?qui dit que seul le choix de kabila serait consensual que celui du rassemblement??et pour mubake,qu’est ce qu’il perd si Felix dirige le rassemblement pour ce moment??qu’est CE qu’il perd si Moise katumbi ze fait Allie de ludps juste pour neutraliser kabila??Rien que l’attitude egoiste vous amene a rencontrer celui qui est decider de ne jamais respecter in accord politique.mubake sil te plait,la legalite ce kabila ordonner a ses membres de son parti price d’accepter Felix et numbi et de les renvoyer a la cenco pour la signature de l’accord!mubake,tu n’as vu le danger venir par egoisme alors que tu connais comment Ludps fonctionne.ne desaprouve pas la hierarchie de ton parti par ton estime personnel.le jeunes meme sans experience peuvent changer led chooses.si kabila t’a recu pendant le jour,c’est parcel qu’il n’a pas peur de toi.les gens dont I’l a peur I’l prefere led rencontrer la nuit que pendant le jour pour essayer de les corrompre d’abord.les gens que kabila n’aime pas rencontrer officiellement,ce sont les gens qui parent du peuple et des principles de la democratize et du respect des accords…en CE moment par cette rencontre,ludps a besoin d’un Allie comme katumbi que too mubake.tu as permis aux immatures du pprd de penser que les opposants pendent a leur centre qu’au peuple…c’est triste de t’auto exclude…

  2. Mes frères la page est déjà tournée pour Mubake, désormais il n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan.
    Regardons vers l’avant et pensons aux échéances avenir de notre combat pour l’alternance cette année.

    • l’océan ne s’est pas rempli avec cent million de goute d’eau mais avec un a un. oyebi udps te, regarde qui sont restés? mutu ya kala aza tse. wait and see

  3. Pourquoi fait-on des commentaires sur l’exclusion ou l’auto-exclusion de ceux qui ne respectent pas les consignes de leur parti l’UDPS? Qu’est-ce qui était arrivé à ceux qui avaient osé contredire la pensée, ou mieux la position, de la majorité présidentielle? N’ont-ils pas été aussi exclus de cette plate-forme pour se retrouver dans l’opposition et créer leur propre plate-forme appelée aujourd’hui G7? Chers compatriotes, nous devons éviter d’encourager l’indiscipline. Si nos politiciens exigent le respect de la constitution, ils doivent commencer par respecter les textes qui régissent leurs partis politiques. Tshibala dit que c’est à lui que Feu E. TSHISEKEDI avait promis la primatue, MUBAKE dit que c’est à lui. Finalement, à qui croire? Tous les deux sont des traitres et assoiffés de pouvoir.

      • you are right my freind. you know, some peoples will recognise the managerial capacity of mubake the days udps will separated.

        • Marc Kapend, l’actuel Représentant de l’UDPS au Canada, ne devrait pas être cité parmi des auto-exclus. Il n’ a jamais été exclu du parti malgré des prises des positions politiques libres et parfois critiques. En pensant à cet exemple, on peut parler de l’effectivité de l’expression démocratique au sein de l’UDPS. Tant que vous respectez la ligne du parti, la liberté d’expression est permise. Marc Kapend et Gilbert Kankonde sont à compter parmi les plus anciens compagnons d’Etienne Tshisekedi encore actifs au parti.

  4. Mubake et Tshibala peuvent beau crier mais ils ne sont plus de l’UDPS…Tout le monde ou est le siège de ce parti et qui est censé parler en son nom…Débauchés comme des médiocres…

Comments are closed.