mercredi, septembre 30, 2020
DRC
10,659
Personnes infectées
Updated on 30 September 2020 à 18:03 18 h 03 min
DRC
248
Personnes en soins
Updated on 30 September 2020 à 18:03 18 h 03 min
DRC
10,139
Personnes guéries
Updated on 30 September 2020 à 18:03 18 h 03 min
DRC
272
Personnes mortes
Updated on 30 September 2020 à 18:03 18 h 03 min

Matata Ponyo pour remplacer Deogratias Mutombo à la BCC?

- Publicité-

Augustin Matata Ponyo qui a démissionné de son poste du Premier ministre le 14 novembre dernier au bénéfice de l’opposant Samy Badibanga, dans le cadre des accords du Dialogue de la Cité de l’Union Africaine, pourrait prendre la direction de la Banque Centrale du Congo (BCC) à la place de Deogratias Mutombo sur le départ depuis plusieurs mois.

« Il y a des fortes chance que le Gouverneur [Deogratias Mutombo] ne termine pas son mandat actuel à la tête de la BCC« , confie une source proche de la Banque centrale à Politico.cd. Selon ce haut cadre qui a requis l’anonymat, les performances en dent de scie de M. Mutombo seraient à la base de ce changement.

Le gouverneur Mutombo qui dirige cette institution depuis sa nomination en 2013 est sur la sellette notamment à cause de son « incapacité à maîtriser l’inflation« , le dollar américain poursuit sa frénétique hausse face au Franc congolais, se monnayant à ce jour à plus de 1250Fc contre 900 francs sous le règne de Matata Ponyo à la Primature.

Par ailleurs, M. Mutombo est largement décrié pour sa gestion de la crise qui frappe les banques commerciales en RDC et dont la Banque centrale, sous sa direction, n’est pas innocente. Les interventions de la BCC  à la Banque Internationale pour l’Afrique au Congo (BIAC), la BGFIBANK ou même à la Mutuelle d’épargne et crédit du Congo (MECRECO) n’ont fait qu’empirer la situation.

« Augustin Matata Ponyo représente à ce jour une valeur sûre dans le domaine économique en RDC, et le voir à la tête de la BBC serait une bonne chose, dans le contexte de crise actuelle où le gouverneur Déogratias Mutombo a amplement montré ses limites », ajoute-t-il.

Déja en novembre dernier, un projet de loi portant organisation et fonctionnement de la BCC a été adopté. Il préconise des réformes profondes dans l’organisation et le fonctionnement de la BCC, affaiblissant considérablement le pouvoir du Gouverneur de cette institution, lui imposant une « gestion collégiale ».

«Il y a des innovations. Maintenant la gestion est collégiale. Il y aura un gouverneur et deux vice-gouverneurs. On a augmenté le nombre des membres du conseil à treize. En même temps, le gouverneur aura deux mandats non renouvelables», a indiqué Mabi Mulumba le président de la Commission économique et financière du Sénat sur Radio Okapi.

En outre, la nomination du gouverneur de la BCC n’est plus du pouvoir discrétionnaire du chef de l’Etat seul. «Le président de la République va nommer sur proposition du gouvernement. Cette proposition est délibérée en conseil des ministres. C’est déjà une avancée significative pour éviter que le clientélisme prenne le pas sur les réelles compétences», s’est-il réjoui  le sénateur Florentin Mokonda Bonza.

Guerre ouverte contre les banquiers privés

mutomboDepuis ce 19 octobre dernier, Deogratias Mutombo s’est mis à dos l’ensemble des banquiers du pays. En cause, sa sortie qui a annoncé que « le taux de coefficient des réserves obligatoires est passé de 9 à 12% pour les comptes à vue, de 10 à 13% pour les dépôts à terme ». Selon M. Mutombo, « par cette ponction d’une partie de la liquidité excédentaire (…) l’objectif est d’ amener les banques à ne pas transformer à tout moment des dépôts en francs congolais en devises étrangères« .

- Advertisement -

« On se fout de nous« , s’étrangle au bout du fil le patron d’une banque congolaise interrogé par la Libre. « On ponctionne à peu près 90 millions d’euros à l’ensemble des banques. Ces montants sont officiellement chez nous mais on ne peut rien en faire. C’est un manque à gagner dans une période déjà particulièrement difficile« , déclare-t-il. « A quoi va servir cet argent?, fait mine de s’interroger un autre banquier kinois, qui a une idée très précise », s’interroge un autre. »Officiellement, les réserves obligatoires facilitent un peu la régulation du marché monétaire et sont surtout une garantie pour les clients des banques. Le souci, c’est que, dans la réalité, personne ne contrôle ce que la BCC fait de ces montants. Personne ne peut dire si cet argent est encore réellement dans ses caisses. il n’y a pas d’audit sérieux sur le fonctionnement ou les avoirs de la BCC. Je pense que si un changement de régime survient, il va y avoir de grandes surprises quand on va ouvrir les coffres« , explique un autre banquier congolais sur le site internet du média basé en Belgique.

Fantôme chinois

Et les quatre banquiers interrogés de pointer du doigt les mouvements actuels autour de deux banques : la Fibank et la Biac. « Deux enseignes qui vont changer de mains et il serait intéressant de se pencher sur les vrais actionnaires du groupe Alliance qui va racheter la Fibank et sur ceux de la toute nouvelle banque China Taihe Bank of Congo qui s’intéresse à la Biac »

En effet, devant la commission Economie et Finances de l’Assemblée nationale la semaine dernière,  le gouverneur Mutombo a promis une reprise incessante de la Banque internationale du Congo (BIAC) par des opérateurs chinois, une promesse qu’il fait depuis l’année dernière et qui peine à se concrétiser. « La China Taihe Bank,  dont le capital est évalué à plus de 24 milliards de dollars américains, va reprendre la BIAC grâce à une filiale congolaise China Taihe Bank of Congo« , a anoncé M. Mutombo.

Pour autant, aucune banque pesant plus de 24 milliards et dénommée  » China Taihe Bank » n’existe en Chine. D’après nos fouilles de Politico.cd, il n’existe qu’une seule référence dont le nom s’y rapproche sans être le cas. Il s’agit de la branche de l’Agricultural Development Bank of China (ADBC) à Taihe Xian, un district administratif de la province de l’Anhui en Chine populaire.

Joint au téléphone par Politico.cd, les responsables de cette banque ne reconnaissent « aucune opération en République démocratique du Congo« .

« Ils vont couler tout le secteur s’ils continuent. Nos correspondants étrangers se posent de plus en plus de questions. Ce n’est pas sain. Comme ce n’est pas sain d’octroyer une licence bancaire à un groupe chinos sorti d’on ne sait où, comme est en train de le faire la BCC avec la China Taihe Bank of Congo. Ce n’est pas une banque. L’adresse de son siège social ? Un bureau partagé. Et la BCC – sous certaines réserves – leur accorderait une licence, ce serait criminel« , s’est éxclamé un banquier sur La Libre.

9 Commentaires

  1. Nous avons besoins rien que le francs congolais monnaie nationale soit stable, également l’application de cette loi portant fonctionnement de cette institution en gestion collégiale.

  2. Voilà un gars dont le bilan à la primature est plus que douteux entraînant par ce fait une détérioration de la monnaie nationale qui croit apporter des solutions qu’il n’a pas été capable de faire au niveau nationale. La seule chose qu’il cherche à faire si l’information est vraie est d’effacer toutes les bévues financières et comptables du régime qui l’a fait roi. Déjà que dans toutes les régies financières trônent ces amis.

  3. Un grand crime économique qu’ils pensent récupérer à leur actif.malheureusement,ils n’y ont pas associé assez de cerveau des banquiers pro pour leur assurer la faisabilité du ce « hold-up ».d’où les conséquences seront fâcheuses pour tous et même pour eux-même puisque cet argent ? gardé ou écarter du capital de la banque sera connu de tous!!! Plus facile de piller les minéraux que la banque centrale congolaise.

  4. Une récompense bien méritée pour ce fils du pays dont le bilan est exempt de toute reproche.
    Grâce à lui notre beau congo est sorti du classement des pays des non alignés.Le lait et le miel y coulent à flot, la famine n’est qu’une histoire ancienne.Il a doté notre pays du bâtiment le plus intelligent au monde qui sait tout faire même le café!

  5. Quand un politicien Kongolais de souche pur sang refuse catégoriquement d’aller à Canossa (Kigali/Rwanda) en refusant de s’aplatir devant Paul Kagame le boss de l’imposteur Rwandais Kanambe alias Joseph Kabila c’est-à-dire refuser publiquement sans fioritures la pérennisation du pouvoir honni sanguinaire d’occupation Tutsi Power incarné par l’imposteur usurpateur faux président illégal illégitime Commandant Hippolyte Kanambe alias Joséph KABILA, les sbires et caciques du système maffieux de la pieuvre HIMA TUTSI POWER déploient toutes leurs tentacules pour l’étouffer…

    Malgré un déni des partisans fanatiques aveugles de la classe politique Kongolaise médiocre, pourrie, incompétente, inconsciente congénitale, il y a véritablement une réelle occupation sociologique, juridique et spirituelle étrangère Tutsi Power au Kongo depuis 2001 avec l’accession accidentelle au Pouvoir Suprême du Dracula Kanambe alias Joseph Kabila le cheval de Troie du Rwanda au Kongo…

    Monsieur Franck Diongo Bantou Kongolais de souche a écopé de cinq ans de prison ferme puisqu’il a dit non au faux dialogue inclusif pour vendre illicitement aux Tutsi Power la terre de nos aïeux Bantous. Messieurs Étienne Tshisekedi et Félix Tshilombo Bantous Kongolais de souche entre guillemets ne seront jamais arrêtés même s’ils disaient non à ces tractations amicales du Centre Inrerdiocesain puisqu’ils sont des collabos, il en est de même pour des fanfarons faux Kongolais Vital Kamerhe infiltré sujet Burundais de souche, Moses Misimo Soriano alias Moïse Katumbi infiltré d’origine Zambienne, époux d’une Tutsi Rwandaise… Des Kongolais de souche collabos époux d’une femme Tutsi tel que Messieurs José Makila, Lambert Mende Omalanga, She Okutundu qui a vendu son âme au dieu Tutsi Power et des faux Kongolais de carte d’électeur tel que les infiltrés Ntambwe Muamba à ascendance Burundaise, le faux Kongolais infiltrés Matata Ponyo et Bitakwira des Rwandophones, Corneille Nangaa à ascendance Ougandaise ne seront jamais poursuivis devant une Cour Suprême pour flagrance s’ils disaient non à ce dialogue inclusif Bantou-Tutsi des curés traîtres en soutane de la Cenco… Cherchez l’erreur…

    En RDC (République Democrature du Congo), la démocratie dictatoriale montre ses crocs, dans ce même registre, il y a plusieurs opposants Kongolais de souche Bantous anonymes et quelques figures de proue connues telle que Gloria Longha de Filimbi libérée contre toute attente avec plusieurs jeunes de Lucha, Norbert Luyeye, Jean-Claude Muyambo, Eugène Diomi Ndongala toujours emprisonnés injustement qui combattent dans la Vérité comme l’a très bien compris même tardivement d’une façon lucide Franck Diongo en refusant catégoriquement le deuxième dialogue des malades mentaux politichiens Kongolais et des barbares sanguinaires Tutsi pour ne pas vendre sa terre natale au plus offrant, tous ses vrais Kongolais de souche purs sang disions-nous combattent sans armes pour la libération totale du Kongo, pour l’émergence de l’État de Droit dans la victoire certaine de la Vérité, de l’excellence pour conserver nos terres Bantoues en bannissant le Mensonge, la manipulation, le double jeu, la duplicité, la corruption, la médiocrité et la vente illicite des terres Kongolaises…

    Seul le Peuple Kongo Souverain Primaire est l’unique allié de la Résistance Kongolaise, le seul puissant dépositaire propriétaire du livret parcellaire du lopin de terre Kongo dia MPA, Kongo dia Ntontila la terre sacrée de nos aïeux Bantous avec les pygmées autochtones…

    VIVE LE SOULÈVEMENT POPULAIRE EBOULEMENT FINAL IMPRÉVISIBLE, COURT ET EFFICACE. VIVE LA RÉVOLUTION ADN KONGOLAIS POUR LE CHANGEMENT RADICAL DE MENTALITÉ. LE FANATISME AVEUGLE EST UNE FORME D’ESCLAVAGISME MENTAL. INGETA

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...