jeudi, octobre 1, 2020
DRC
10,685
Personnes infectées
Updated on 1 October 2020 à 14:04 14 h 04 min
DRC
248
Personnes en soins
Updated on 1 October 2020 à 14:04 14 h 04 min
DRC
10,165
Personnes guéries
Updated on 1 October 2020 à 14:04 14 h 04 min
DRC
272
Personnes mortes
Updated on 1 October 2020 à 14:04 14 h 04 min

L’alarmante et dure déclaration de l’Ambassadeur Royaume-Uni à l’ONU envers Kabila

- Publicité-

« L’orloge tourne pour  la République démocratique du Congo et le monde regarde », tel est le titre de l’alarmante déclaration de l’Ambassadeur Matthew Rycroft au Conseil de sécurité des Nations-Unies consernant la situation en RDC, à quelques jours de la fin du mandat du président Joseph Kabila. 

L’Ambassadeur britannique a eu des mots durs à l’endroit du président congoalis, lui demandant de quitter le pouvoir le  19 décembre 2016.

 » Il ne reste que deux semaines avant la fin du second mandat du Président Kabila. Deux semaines pour prévenir encore plus de violence, encore plus de décès, encore plus de conflits, dans un pays qui a déjà trop souffert. Donc, ici, dans cette séance ouverte, nous avons l’occasion d’adresser un message sans équivoque au Président Kabila: Faites le bon choix. Respectez la constitution, respecter le peuple de la RDC, respectez votre limite de deux mandats. Engagez-vous à ne pas vous représenter. A tenir des élections dès que possible », a-t-il dit. 

L’Ambassadeur Matthew Rycroft, a eu également des mots durs à l’endroit des Nations-unies, à qui il demande une réaction, avant qu’il ne soit trop tard.

Soutenant la médiation de la CENCO, le diplomatique britannique demande un accord politique « avant le 19 décembre », et fait remarquer que la Monusco, qui est en mission de protection de civils en RDC, devrait intervenir au besoin.

La déclaration en entièreté, traduite de l’anglais par Politico.cd

« L’horloge tourne pour la République démocratique du Congo et le monde regarde. »

Déclaration de l’Ambassadeur Matthew Rycroft, Représentant permanent du Royaume-Uni auprès de l’Organisation des Nations Unies, lors de la séance d’information du Conseil de sécurité de l’ONU sur la République démocratique du Congo

Il ne reste que deux semaines avant la fin du second mandat du Président Kabila. Deux semaines pour prévenir encore plus de violence, encore plus de décès, encore plus de conflits, dans un pays qui a déjà trop souffert.

Donc, ici, dans cette séance ouverte, nous avons l’occasion d’adresser un message sans équivoque au Président Kabila: Faites le bon choix. Respectez la constitution, respecter le peuple de la RDC, respectez votre limite de deux mandats. Engagez-vous à ne pas vous représenter. A tenir des élections dès que possible.

En vérité, il n’y a pas d’autre option. Nous savons tous ce qui vient ensuite s’il prend la mauvaise décision. Nous l’avons vu dans les rues ensanglantées de Kinshasa en septembre. Nous ne pouvons pas permettre une répétition de cette barbarie dans quinze jours.

- Advertisement -

Nous savons donc ce qui doit arriver. La constitution est claire: le mandat du président Kabila prend fin le 19 décembre. La limitation aux deux mandats ne peut pas être changée, et certainement pas seulement pour convenir à l’agenda politique d’un homme.

Le gouvernement doit donc parvenir à un accord politique consensuel, qui soit conforme à la Constitution, avant cette date. Le Président Kabila a entendu ce message fort et clairement durant la visite du Conseil  le mois dernier. C’est un message que le ministre britannique du Développement international, James Wharton, a répété il ya seulement deux semaines.

Il est maintenant temps pour Kabila, et son gouvernement, d’entreprendre des mesures de confiance pour que les efforts de médiation aient des chances de succès. Cela signifie qu’il faut abandonner les fausses accusations contre les membres de l’opposition, libérer les prisonniers politiques et lever l’interdiction des médias. Et cela signifie que toutes les parties rejettent la violence et s’engagent dans un dialogue pacifique.

Dans le cadre de ces efforts, nous soutenons pleinement le CENCO et ses discussions médiatisées entre le gouvernement et les groupes d’opposition.Nous exhortons toutes les parties à continuer à engager un dialogue pour parvenir à un compromis pacifique avant le 19 décembre.

Mais ce n’est que la moitié du message que nous devons envoyer aujourd’hui. Si le président Kabila ne tient pas compte de ce Conseil, il faut être clair qu’il y aura des conséquences. Il ne sera pas dans les affaires comme d’habitude si rien n’a changé dans deux semaines.

Le gouvernement doit respecter les droits de l’homme et les libertés fondamentales indispensables au débat politique et à des élections crédibles – liberté d’expression, d’assemblée, accès aux médias et responsabilité pour les violations des droits de l’homme. Le non respect de ces normes fondamentales accroît les tensions et augmente le risque de violence.

- Publlicité-

En octobre, l’Union européenne a menacé d’imposer des sanctions aux membres des forces de sécurité de la RDC responsables de la répression de ces libertés fondamentales et de l’abus des droits de l’homme. Le Conseil doit être prêt à réagir de la même manière si la situation se détériore.

En parallèle, nous devons également nous préparer à aider si le pire se produit. La MONUSCO doit mettre en place une planification d’urgence pour réagir efficacement si nécessaire. La plus grande mission de maintien de la paix dans le monde avec un mandat clair pour protéger les civils de façon robuste ne peut pas rester en place si les civils sont menacés.

Monsieur le Président, comme je l’ai dit au début, le monde regarde. Mais il nous regarde dans ce Conseil tout autant qu’il regarde le président Kabila.

Nous avons vu d’innombrables fois comment il est difficile d’apporter la paix et la stabilité à un pays ou une région après que le conflit ait commencé. Nous discutons ici d’une situation où la violence n’a pas encore éclaté. Nous avons l’occasion d’arrêter un conflit avant qu’il ne commence.

Nous devons donc au peuple de la RDC et à la crédibilité du Conseil de sécurité en matière de prévention des conflits, de veiller à ce que le Président Kabila écoute.

Je vous remercie.

48 Commentaires

  1. Kabila un obstacle pour la paix en RDC. Il est temps que la communauté Internationale prenne une décision responsable avant le 19 pour éviter le bain de sang en RDC. Le respect de la constitution ne se négocie pas le droit de peuple congolais d’aller aux élections ne doit pas être bloqué par une seule personne qui est KABILA.

  2. Voilà, le propos d’un homme et nous encourageons (Congolais) ces genres de propos, aidez-nous, le conseils de sécurité à DÉMOCRATISER L’AFRIQUE CENTRALE en commençant par la RDC, le cœur du système des dictateurs.

    • Vous ne concluez pas et cela est sympomatique chez nous congolais.
      Kabila ne devrait pas être notre président. Nous le laissons traîner au pouvoir 15 ans déjà. C’est sur les étrangers que nous comptons, en même temps, nous les insultons…
      Responsabilisons nos parlementaires ou démettons-les.

  3. Cher notre president, svp quelle autre langue comprenez-vous bien pour que l’on parle? je crois que meme Dieu a compris que vous rendez mauvais service au people congolais qui vous a choisi comme president.

    • Aujourd’hui nous lui disons bravo.
      Demain, serons-nous les premiers à crier au colonialiste ?
      Sasisons de telles occasions pour engager des amitiés utiles pour nos nations respectives.
      Nous invitons depuis 1999 à un travail de fond pour construire un état moderne chez nous au congo. Où sont les engagements ? Nos idolatries nous vallent la malédiction.

  4. Si c’est ces propos s’avèrent vrais, je vois mal que Kabila continue à faire la tête dure s’il n’a personne, parmis les décideurs du monde, qui continue à lui nourrire d’espoir de lui protéger.

    • Pauvres de nous, toujours naïfs. Incapables de nous défendre et de défendre notre riche territoire. Kagame a raison, nous ne méritons pas un territoire aussi riche, trop préoccupés par des sujets futiles. Si chacun de une seule fois se levait, nul besoin d’attendre des autres pour faire partir le dictateur!
      Pour une fois, prenons-nous en charge !

      • Des congolais??? les kels?? ceux ki sont arméees ,ki utulisent les moyens de l’etats pour tuer ceux kil sont censer proteger??? mon Fr. Patrick,souvenez-vous de Mobutu,chaque choz a un commencement et une fin,ke tn ami Kabila comprenne juste pour lui,la fin est inéluctable!!!!!

      • Ce site donne des bonnes informations mais devrait au moins respecter les regles grammaticales de la langue francaise. Please double check your posting which includes many tyope

      • l’histoire du Congo doit être écrite par les Congolais, mais les incompétents et leaders imposteurs comme Kabila doivent dégager à la fin de leurs mandats en respectant la Constitution. Le Congo n’est pas la propriété d’un individu , kabila soit il !

        • Arrêté finalement ils viendront nous dire qui choisir epourtant nous un pays indépendant, quand la Angela Merkel veut brigue la mandat est ce que nous avons pris de sanction contre ses ministre. Réfléchissons ces gens de l’occident nous a amené de choses horrible de mariage homosexuel,réchauffement climatique, en ceux concerne notre président nous lui demande de partir à notre manière pas le chasse Mr je regrette.

          • Le problème en Afrique, c’est que les Présidents sont de véritables monarchies qui se collent au fauteuil présidentiel. Quand ils meurent,leur fils est là appuyé par l’armée. C’est un coup d’État permanent qui retarde le développement des pays africains. Parce que ces gens pillent les richesses du pays qu’ils entassent en dehors de leur pays. C’est suffisant. Il faut les sortir de force, tous ces présidents-rois qui se collent à leur fauteuil présidentiels en Afrique.

          • Bravo!!! vous avez fais votre part Mr L’ambassadeur . Vous meritez etre l’ambassadeur des africains au pres de nations unie.
            Que Dieu te benisse Mr l’ambassadeur Mattew. Les congolais te soutiennent comme tu les soutient.
            On sera protege par l’ ONU le 20dec.

        • Voilà encore, une fois de plus, une façon de mettre le feu aux poudres à une situation qui est déjà difficile. Devons-nous rappeler à ces gens que ce sont eux qui ont tué Lumumba et la première démocratie en RDC? Le dialogue a déjà tout réglé. Fichez-nous la paix.

      • Ceux qui pretendent vouloir nous aider ont un CV trop rouge à travers le monde. Ne tombons pas dans ce piege. Nous vivons l’histoire et demain en dira plus. Kabila et Matata ont écrit la préface et la table des matières de l’histoire de la RDC annoncée bien avant par Lumumba. Nos enfants liront ce que nous avons refuse de voir.

  5. des toutes façons ceux qui cherchent la perte de ce pays auront Dieu derrière leurs dos , surtout ceux qui sont dans le sillage gouvernemental qui défendent les mensonges et qui pense interpréter la constitution mieux que nous autres . nous leur disons d’arrêter avant que leurs excuses ne soient sans objet.

  6. L’histoire se répète, pour la décision sur Mze desiré kabila l’a été prise en secret pour Kanambe alias Joseph kabila en plein jour,allez-y comprendre. Fini pour kanambe ,qu’il demande kadafi,gbagbo,saddam hissein,etccccc Manger avec le diable,un jour il finira par te manger .l’occident c’est un diable en chaire humain

  7. Voilà un homme digne, il faut que la Communauté Internationale prenne ses responsabilités avant le 19 car il incombe de ses responsabilités selon la charte du Conseil de Nations Unies ratifiée par la RD Congo. Le Peuple Conglais en a Marre, nous devons faire respecter notre Constitution, C’est obligatoire !

  8. Voilà encore, une fous de plus, une façon de mettre le feu aux poudres à une situation qui est déjà difficile. Devons-nous rappeler à ces gens que ce sont eux qui ont tué Lumumba et la première démocratie en RDC? Le dialogue a déjà tout réglé. Fichez-nous la paix.

  9. Je suis de même avis que son excellence Mathieu Reycroft, kanambe n’est pas sourd toutes les mesures pour le faire partir doivent être executer Le 19.12.2016 à 22.59’59 » trop c’est trop le gouverner et le gouvernant est faible il doit partir. Le pays souffre

  10. KABILA,TU N’ AS PAS UN CHOIX,TU AS CETTE OBLIGATION DE QUITTER VITE LE POUVOIR EN RDC,UN POINT ET TRAIT.TU ES UN GRAND OBSTACLE EN RDC.DEPUIS 2001 QUE TU ES DANS LE REGNE,LE PEUPLE CONGOLAIS NE T’ AVAIS JAMAIS AIMER ET ACCEPTER COMME PRESIDENT DE LA RDC.ENCORE UNE FOIS IL NE FAUT VOUS ENTETE.

  11. Kabila doit comprendre que toutes les s voient qui se levent dans entier contre toi t’amadouent.La constance verbale est un facteur non le moindre voire indeniable pour la determination du type d’homme dEtat ou homme tout court.Cela etant,tu dois te souvenir du sort des dictateurs a travers le monde.Tu as deja acquis assez d’argent et arrete-toi la au lieu de tout perdre.Tu commis des crimes politiques,economiques,crime de guerre,bref crimes tout court.Tu connais deja ton sort.Arrete donc d’enerver davantagele monde par ton entetement depourvu de contenu.

  12. Nous sommes determiner à faire echec à Mr kabila s’il veut rester après le 19/12/2016.. c’est maintenant ou jamais, l’avenir du Congo vas changer.. l’histoire du Congo seras ecrit par le congolais!!! Ingeta

  13. Nous sommes tous d’accord au transition hormis Kabila et son gouvernement incapable d’organiser durant 5ans, je voulais dire n’a pas la bonne volonté de sortir à la grande porte, on ne peut bloquer tout un pays que pour un simple parvenu , fin mandat est le 19 décembre est sans condition pour le gouvernement génocidaire

  14. Kabila les menaces ne lui disent rien sinon il aurait déjà changé pcq il sait les blancs ne quitteront pas leurs pays pour aller combattre à la place des congolais eux même

  15. Merci pour la solidarité internationale et la compassion des uns et des autres pour sauvegarder la paix dans notre pays. quitte à notre n° 1 de ne pas suivre la voie de sa « majorité », mais, aimant son congo, revirer les choses

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...