samedi, octobre 10, 2020
DRC
10,835
Personnes infectées
Updated on 9 October 2020 à 23:36 23 h 36 min
DRC
317
Personnes en soins
Updated on 9 October 2020 à 23:36 23 h 36 min
DRC
10,242
Personnes guéries
Updated on 9 October 2020 à 23:36 23 h 36 min
DRC
276
Personnes mortes
Updated on 9 October 2020 à 23:36 23 h 36 min

Eve Bazaiba: « Le Rassemblement n’aura plus le soutien du MLC en cas de régime spécial »

- Publicité-

Dans une interview exclusive à Politico.cd, le Mouvement de libération du Congo (MLC) de Jean Pierre Bemba, par la bouche de sa Secrétaire général Ève Bazaiba annonce que le regroupement politique que dirige Étienne Tshisekedi ne bénéficiera « plus du soutien de son parti politique s’il s’écartait du respect intégral de la constitution » dans la crise actuelle que traverse la RDC.

« Nous osons croire que seule la tenue des élections dans le délai decrisperait la tension » a-t-elle martelé.

Le 06 octobre dernier, l’Association Africaine des Droits de l’Homme (ADASHO) a également rejeté la proposition du Rassemblement qui demande un « régime spécial dès le 20 décembre 2016 », date à laquelle expire le deuxième et dernier mandat du président Joseph Kabila, selon la Constitution.

Pour cette association, membre de la Société civile en République démocratique du Congo, si le Président Joseph Kabila ne doit pas violer la Constitution, l’opposition congolais non plus de doit le faire.

« Si nous n’acceptons pas que la Majorité Présidentielle viole la Constitution de la République, nous n’allons pas accepter les actes de l’opposition qui violeraient cette constitution« , a déclaré Jean-Claude Katende, le président l’ASADHO, joint au téléphone par Politico.cd.

A l’issue du deuxième conclave de la coalition des opposants du Rassemblement dirigée par Etienne Tshisekedi, il a été proposé un « régime spécial » pour « conduire à l’organisation des élections le plus tôt possible« . Les opposants congolais qui soutiennent également Moïse Katumbi refusent que le président Kabila ne reste au pouvoir au delà de son mandat, telle que le stipule la Constitution du pays, alors que, de l’autre côté, aucune disposition constitutionnelle ne fait état de ce « régime spécial« .

Cette proposition a été également décriée par la Majorité Présidentielle, qui  accuse l’opposition  « de préparer le chaos en lieu et place de soutenir le dialogue politique national en cours« .

 

- Advertisement -
- Advertisement -

8 Commentaires

  1. vous, adasho et mlc, vous etes des cons. La constitution dont vous parler du respect à été violé depuis. Comme vous voulez vous faire des saints, venez nous donner votre solution miracle qui sortira le pays dans cette crise politique provoquée par la majorité presidentielle de kabila.

  2. La solution du MLC/Eva Bazayiba est un secret de polichinelle : son deal avec Kengo qu’elle soutient dans son chimérique rêve de diriger une hypothétique transition après son long glissement lui octroyé généreusement par le sortant Joseph Kabila.

  3. LU POUR VOUS : « ENTRE LE DROIT DE LA FORCE OU LA FORCE DU DROIT, SAVOIR CHOISIR »

    Quand ceux et celles qui donnent la mort sont encensés et/ou imités, il serait important de question la société sur son état mental et psychologique. La défense acharnée des intérêts immédiats dans les pays convoités ou chez autrui, l’idolâtrie du pouvoir et de l’avoir peuvent relever des cas cliniques (ou cyniques) de délire mégalomaniaque, de perversité narcissique, de socio ou de psychopathie. En marge d’une résistance organisée dans les cas de légitime défense, l’imitation des ensauvagés ou des thanatophobes serait une question sociétale à analyser en profondeur.

    “Batapa webeja, tshipatwila mwele mu nsapu, wamanya” Babanya K.

    Plus de cinq siècles d’esclavage et de colonisation ont conduit un nombre important d’Africain(e)s et de Congolais(es) à croire que le droit de la force est l’unique principe sur lequel les relations internationales sont fondées.

    LA MANIPULATION DES PRINCIPES DU DROIT

    Certains principes de la charte de l’ONU tels que l’égalité souveraine, la réciprocité et la non-ingérence dans les affaires internes d’un Etat tiers peinent à pouvoir être pris en compte dans la lecture que ces compatriotes africains et congolais font des relations internationales. Ils ont peut-être raison. Ils se rendent compte au quotidien que la violation des principes contenus dans la charte de l’ONU est courante. Pour défendre »leurs intérêts » dans les pays qu’ils convoitent, »les grandes puissances » y recourent. Les récentes guerres menées en Irak, en Afghanistan, en Yougoslavie, en Libye, en Syrie, au Congo-Kinshasa, etc. en témoignent.

    Cette approche de l’histoire oublie souvent que “les grandes puissances” manipulent les principes du droit de l’ONU ou y recourent quand bon leur semble. Elles mènent des guerres perpétuelles contre d’autres peuples en étant fondés sur la racisme, le mépris, la cupidité et la banalisation du mal.

    Souvent, l’agenda de la défense de leurs intérêts n’intègre pas les principes édictés par la charte de l’ONU. Curieusement, les dominés de cinq siècles d’esclavage, de colonisation et de néocolonisation continuent à compter “ces grandes puissances” parmi “les pays démocratiques”.

    “Les grandes puissances” manipulent les principes du droit de l’ONU ou y recourent quand bon leur semble. Elles mènent des guerres perpétuelles contre d’autres peuples en étant fondés sur la racisme, le mépris, la cupidité et la banalisation du mal.

    Ils peinent, imaginairement, à les classifier parmi »les ploutocraties » ou »les oligarchies d’argent ».
    Cette approche biaisée des “grandes puissances” de la mort conduit ces dominés et à l’ensauvagement, à la mégalomanie et à la thanatophilie, à l’amour obsessionnel de la mort.

    UNE ACCEPTATION CONSCIENTE OU INCONSCIENTE DES PARADIGMES DE NÉANTISATION

    Cinq siècles d’esclavage, de colonisation et de néocolonisation ont fini par les convaincre que les thanatophiles sont des modèles. D’où l’admiration qu’ils ont pour »la machine de guerre américaine » et pour leurs sous-fifres. (Il est stupéfiant de lire des commentaires de certains compatriotes congolais s’extasier à l’idée de savoir que les marines américains pourraient attaquer le Congo-Kinshasa d’un jour à l’autre pour chasser le Cheval de Troie de Kigali et instaurer la démocratie. L’ignorance, l’amnésie et le larbinisme aidant, ces compatriotes ne nous diront jamais pourquoi les mêmes qui ont créé leurs proxys en Ouganda, au Rwanda et au Congo-Kinshasa depuis les années 1990 ont attendu plus de deux décennies pour instaurer la démocratie au pays de Lumumba.)

    Il y a, dans le chef de plusieurs d’entre nous, comme une acceptation consciente ou inconsciente des paradigmes de néantisation et de l’indignité imposés par ces cinq siècles d’esclavage, de colonisation et de néocolonisation. Ils auraient effacé en plusieurs d’entre nous le sens du »Bomoto », de »Bumuntu » pour y inscrire la soumission, l’ensauvagement et la thanatophilie.

    Il est stupéfiant de lire des commentaires de certains compatriotes congolais s’extasier à l’idée de savoir que les marines américains pourraient attaquer le Congo-Kinshasa d’un jour à l’autre pour chasser le Cheval de Troie de Kigali et instaurer la démocratie.

    En marge des cas d’une résistance organisée et liée au principe de la légitime défense, un amour obsessionnel de la mort à donner et/ou à recevoir relève des cas pathologiques de délire mégalomaniaque, de perversité narcissique, de socio ou de psychopathie. Que des malades, agents de “nouveaux cercles de pouvoir” et gouvernants des “grandes puissances” (et leurs sous-fifres) deviennent des références pour plusieurs d’entre nous, cela pose problème.

    POUR UNE THÉRAPIE DE DÉSENVOÛTEMENT POUR LIBÉRER « LE BOMOTO »

    Cela pose le problème de la force du droit. “Les nouveaux cercles de pouvoir” d’argent l’ont anéantie ou presque. Il y a encore des coins du monde où, les multinationales ( “nouveaux cercles de pouvoir”) ,traînées en justice ont pu répondre de leurs forfaits. Ces cas sont rarissimes. Ils ont l’avantage d’exister. Certains “humiliés d’hier”, bien qu’ étant des »grandes puissances » et ayant des “multinationales”, refusent de donner la mort (consciemment), par respect de la force du droit international. La Chine et la Russie peuvent être cités comme exemples. Elles sont, de l’une ou de l’autre façon, fondée, l’une sur le confucianisme, et l’autre sur la slavophilie. Elles ont intégré, tant soit peu, la dimension culturelle dans leur développement matérielle.

    L’ensauvagement et la thanatophilie révèlent, au cœur de l’Afrique et dans plusieurs pays africains, le travail de déformatage opéré, au niveau de l’imaginaire, par les paradigmes négatifs susmentionnés. Le reformatage s’impose comme thérapie de désenvoûtement des cœurs et des esprits. L’admiration des ensauvagés et des thanatophobes, à l’heure actuelle, nous semble être un mauvais signal de décivilisation. Les intellectuels organiques et structurants devraient y être attentifs afin qu’ils participent, activement, au niveau des collectifs citoyens, et à l’organisation de la résistance dans le cadre de la légitime défense, et son organisation comme thérapie de désenvoûtement pour libérer “le Bomoto”, “le Bumumtu” dans les cœurs et les esprits des admirateurs des pervers narcissiques, des socio et des psychopathes. Cette thérapie devrait inculquer, dans les cœurs et dans les esprits, le sens de la dignité humaine à défendre et la force du droit garantissant une gestion raisonnable et rationnelle des conflits, au travers des structures et institutions promotrices du bonheur collectif à partager.

    Redonner sa place à la force du droit sans tomber dans le juridisme exigera du Congo-Kinshasa qu’il réussisse, à court, moyen et long terme, avec plusieurs autres pays africains, une intégration politique, économique, sociale et sécuritaire pouvant “co-rompre” les espaces d’ insécurisation créés par “les grandes puissances de la mort”.

    Mbelu Babanya Kabudi (INGETA.com)

    VIVE LE SOULÈVEMENT POPULAIRE… VIVE LA RÉVOLUTION…. INGETA

  4. L’instauration d’un  »régime spécial » occasionnera les violences qui permettront au régime actuel d’être justifié de prolonger à volonté le mandat présidentiel, et de briguer un troisième mandat. Dans une république, ce n’est ni un rassemblement des partis politiques, ni une majorité au pouvoir, qui instaurent un régime, mais le propriétaire du pouvoir qu’est le peuple, par referendum, souvent combiné avec l’assemblée constituante. Donc, il n’y a pas de régime spécial sans référendum dans une république. Il doit s’agir, non pas du plébiscite, mais du référendum. Par ailleurs, quel sera ce  »régime spécial » ? Est-ce le régime parlementaire, présidentiel, mixte ou un autre qui n’a jamais été constitutionnalisé dans le monde ? Le meilleur régime à constitutionnaliser une fois pour toute en République Démocratique du Congo est celui dont les souches sont africaines, en référence à la Palabre africaine. Il s’agit du régime arbitral, qui, en toute logique scientifique pour la paix et le développement, ne peut être constitutionnalisé et appliqué qu’après les fonctions de l’actuel Président de la république. Il en faut donc les élections présidentielles dans le délai constitutionnel. C’est encore possible.

    • Les partis politiques d’opposition en RDC se comportent autant en partis dictatoriaux que le parti au pouvoir. Donc nous sommes dans un contexte de ôtes toi de là et que je me mettes.

      C’est un danger pour la nation quand on croit que l’état de droit doit être respecté seulement par ceux qui sont au pouvoir.

  5. On se trompe. Le regime spécial peut être dirigé par le président du CENA en ne violant pas la constitution car la président sortant aura laissé le pouvoir. C’est un cas de force majeur.

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...