dimanche, octobre 4, 2020
DRC
10,752
Personnes infectées
Updated on 4 October 2020 à 7:09 7 h 09 min
DRC
266
Personnes en soins
Updated on 4 October 2020 à 7:09 7 h 09 min
DRC
10,212
Personnes guéries
Updated on 4 October 2020 à 7:09 7 h 09 min
DRC
274
Personnes mortes
Updated on 4 October 2020 à 7:09 7 h 09 min

Moïse Katumbi: «Je suis congolais, je vais rentrer dans mon pays et je vais participer aux élections»

- Publicité-

Dans le prolongement de ses activités ‘Semaine de l’Afrique » ce groupe politique du  Parlement Européen a  donné la priorité à la société civile africaine « en émergence« , pour « faire un tour d’horizon » de la situation politique de l’Afrique, à travers la voix des opposants politiques qui opèrent dans certains contextes nationaux et qui représentent, de manière plus concrète, les possibilités d’alternance au pouvoir dans leur pays.

C’est dans ce cadre que Moïse  Katumbi Chapwe, ancien gouverneur du Katanga et opposant  politique en exile a pris la parole pour expliquer la situation de crise que traverse actuellement la République démocratique  du Congo.

Pour lui, le Dialogue convoqué par le président Joseph Kabila, et qui se tient en se moment même à la Cité de l’Union Africaine à Kinshasa est un « monologue ».

« Comment peut-on tenir un dialogue sans Étienne Tshisekedi, le premier opposant congolais« , s’est interrogé le candidat à la présidentielle  censée avoir lieu ce 19 septembre.

Moïse Katumbi et l’Opposant historique Étienne Tshisekedi forment une alliance contre le président Joseph Kabila qu’ils soupçonnent  de vouloir se maintenir au pouvoir, alors que son mandat devrait se terminer à  la fin de cette année.

Au sein du Rassemblement qui regroupe plusieurs partis d’Opposition, ils refusent  de participer au Dialogue si leurs préalables ne sont pas respectés.

Moïse  Katumbi qui est en « exile » depuis mai dernier, a  été condamné à 3 ans de prison ferme dans une affaire de spoliation  de biens immobiliers,  laquelle est dénoncée par l’opposant et ses proches.

« Je suis congolais, je vais rentrer dans mon pays et je vais participer aux élections », a déclaré M. Katumbi.

Par ailleurs, le candidat du G7 à la présidence fustige la Commission Electorale  Nationale Indépendante qui stipule qu’elle ne pourrait pas être prête à organiser l’élection  qu’après 18 mois.

- Advertisement -

Pour Moïse Katumbi, la CENI doit « convoquer la présidentielle le 19 Décembre 2016, il n’y a pas de négociation sur ça et le président Kabila doit quitter le pouvoir 19 Décembre 2016. »

11 Commentaires

  1. Monsieur Moïse Katumbi a promis de présenter les résultats du laboratoire concernant son empoisonnement suite à une piqüre… je ne sais pas si l’assistance, ou quelqu’un par la voie de l’internet, lui aurait posé une question relative à son prétendu empoisonnement, et les évidences y comprises.

  2. Dans un État digne de son nom les choses se préparent bien avant pour les élections sachant elles devraient se tenir, il était nécessaire de récolte les fonds et préparer et actualiser les fichiers au jour le jour, c’était le rôle assigné de la CENI. Alors les prolongateurs s’en prendront à la population et chers compatriotes montrons qu’aux yeux du monde qu’on peut respecter la Constitution.

  3. Malheureusement MCK et la future première dame ( Cecile Kyenge, car les congolais ne voudront pas d’une première dame rwandaise) ne sont pas repris sur la liste de collabos de kabila.

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...