lundi, septembre 14, 2020
DRC
10,390
Personnes infectées
Updated on 14 September 2020 à 10:59 10 h 59 min
DRC
370
Personnes en soins
Updated on 14 September 2020 à 10:59 10 h 59 min
DRC
9,756
Personnes guéries
Updated on 14 September 2020 à 10:59 10 h 59 min
DRC
264
Personnes mortes
Updated on 14 September 2020 à 10:59 10 h 59 min

Le gouvernement au coeur d’une controverse

- Publicité-

Le gouvernement de la République démocratique du Congo est au coeur d’une controverse après l’expulsion de la représentante de Human Rights  Watch, Ida Sawyer.

Les autorités congolaises ont refusé mardi de renouveler le visa de la chercheuse de l’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch (HRW), Ida Sawyer. Pour le porte-parole du gouvernement, le ministre Lambert Mende, la Direction générale des migrations (DGM)  » n’a pas souhaité renouveler le visa de Ida Sawyer. »

Les raisons de ce refus n’ont pas été précisées et la concernée doit quitter la République démocratique du Congo mardi soir.

Plusieurs personnalités sont montées au créneau pour dénoncer cette décision.

« C’est un mensonge de la part du gouvernement. Il s’agit une expulsion non fondée. Le gouvernement a voulu seulement sanctionner l’engagement de Ida Sawyer contre plusieurs cas de violation des droits de l’homme dans ce pays », indique Georges Kampiamba, président de l’Association congolaise pour l’accès à la justice dans une interview à VOA Afrique.

 

Mme Ida Sawyer, chercheuse senior sur la RD Congo à Human Rights Watch à gauche du président Joseph Kabila.
Mme Ida Sawyer, chercheuse senior sur la RD Congo à Human Rights Watch à gauche du président Joseph Kabila.

L’envoyé spécial des Etats-Unis pour la région des Grands Lacs,  Tom Perriello, affirme via son compte twitter être « profondément déçu » par cette décision du gouvernement qui, selon lui, « réduit les espaces de liberté » en RDC.

- Advertisement -

Du côté des opposants, Freddy Matungulu, membre de la  Dynamique de l’opposition, demande des « explications au gouvernement ».

« Les autorités de la RDC disent qu’ils veulent de ce pays une démocratie mure au cœur de l’Afrique et qu’elles sont soucieuses de l’amélioration de la situation des droits humains, mais les actes posés sont aux antipodes », a affirmé Freddy Matungulu, également président du parti « Congo na Biso » sur les antennes de Radio Okapi.

Pour sa part, Olivier Kamitatu du G7 affirme dans un tweet : « Une telle décision confirmerait la volonté du régime de Kinshasa d’éviter un témoin gênant ».

Moïse Katumbi, candidat à la présidentielle sensée avoir lieu en décembre, affirme quant à lui que « l’expulsion de Ida Sawye est une nouvelle dérive totalitaire ».

- Publlicité-

Ida Sawyer est basée en RDC depuis janvier 2008, à Goma, puis à partir de 2011 à Kinshasa.

Très actif, HRW dénonce régulièrement des cas de violation des droits de l’Homme en RDC. Le bureau local de l’organisation n’a pas souhaité commenter cette décision immédiatement.

Le climat politique se tend de plus en plus dans le pays à mesure qu’approche la fin du mandat du président congolais Joseph Kabila, fixé au 20 décembre et à qui la Constitution interdit de se représenter.

 

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...