lundi, octobre 5, 2020
DRC
10,778
Personnes infectées
Updated on 5 October 2020 à 21:11 21 h 11 min
DRC
265
Personnes en soins
Updated on 5 October 2020 à 21:11 21 h 11 min
DRC
10,239
Personnes guéries
Updated on 5 October 2020 à 21:11 21 h 11 min
DRC
274
Personnes mortes
Updated on 5 October 2020 à 21:11 21 h 11 min

Michel Lastschenko (Belgique) : « Seul le respect de la Constitution garantit la paix et la sécurité intérieure »

- Publicité-

Dans son discours d’adieu et de circonstance prononcé le 21 juillet 2016 à l’occasion de la Fête Nationale du Royaume de Belgique, Michel Lastschenko, Ambassadeur du Roi des Belges, a souligné l’importance du respect de la constitution, le dialogue politique en RDC ainsi que l’ouverture de l’espace politique.

« La République démocratique du Congo comme tant d’autres pays dans le monde, a mis du temps à trouver sa stabilité constitutionnelle. Celle-ci traduit toujours une synthèse parmi des aspirations différentes, mais exprime en réalité le contrat social du pays, la réconciliation entre les exigences de l’Etat et les aspirations de la Nation. C’est pourquoi seul le respect de la Constitution et des lois qui en découlent garantit la paix et la sécurité intérieure, le progrès social et le développement économique. Certes l’histoire des nations ne peut être figée par un texte, car chaque génération écrit un chapitre de l’histoire collective nationale. Mais ce qui est essentiel pour la stabilité c’est que cette histoire collective ne soit pas prise en otage par des jeux politiques et des ambitions personnelles des uns et des autres , voulant changer des textes fondamentaux pour s’assurer des avantages particuliers. C’est dans le respect de la Constitution ou des accords qui en tiennent lieu, dont les routes sont hautes et droites, que se manifeste partout dans le monde le sens de l’Etat », a dit Michel Lastschenko

Evoquant l’importance de l’alternance politique, il a estimé que la volonté de se maintenir au pouvoir est motivée par des intérêts égoïstes.

« Au cours de mes pérégrinations diplomatiques à travers le monde, j’ai pu observer une autre constante de la politique. Un paradoxe plutôt. Ce paradoxe veut que dans beaucoup de pays les gouvernements élus démocratiquement ont tendance au fil du temps – pour des raisons diverses qui ne sont pas toujours mauvaises en apparence mais sont en fait toujours négatives – à oublier leurs engagements démocratiques. C’est ce qui explique parfois les difficultés qu’éprouvent certains dirigeants à quitter leur fonction. Les raisons pour justifier cette volonté de mainmise du pouvoir ne sont pas que des raisons égoïstes » a – t-il ajouté.

Citant plusieurs fois l’importance du dialogue et de l’ouverture politique, le diplomate belge a réitéré le soutien du Royaume de Belgique au processus électoral.

« C’est dans ce contexte général des défis que traversent de nombreux Etats du monde, que la Belgique apporte et continuera d’apporter son soutien résolu au processus électoral en cours en République démocratique du Congo. Nous espérons que le processus électoral pourra s’appuyer sur un accord consensuel des forces vives de la nation, accord auquel le Dialogue national inclusif, facilité et appuyé par la communauté internationale, devrait rapidement aboutir. Ce Dialogue serait d’autant plus fructueux et confiant qu’il pourrait reposer sur la libération de nombreux prisonniers, dont le sort de certains d’entre eux préoccupe beaucoup la communauté internationale, la grâce présidentielle étant une véritable mesure de confiance qu’il conviendra de saluer », a –t-il dit.

Il a également affirmé que la communauté internationale espère la libération des prisonniers dits politiques.

« La libération des prisonniers, l’ouverture de l’espace politique , l’aboutissement du Dialogue national, la tenue des élections, principalement de l’élection présidentielle, selon le calendrier consensuel qu’établira la Commission électorale en accord avec les conclusions du Dialogue national sont une espérance et une volonté de la communauté internationale, me paraissent également être une exigence et une détermination résolue de la nation congolaise », a-t-il dit.

- Advertisement -
- Advertisement -

2 Commentaires

  1. De quelle constitution parlez-vous Mr. l’ambassadeur ? Le Congo est REGI PAR UNE CHARTE DE L’OCCUPATION, le Congo est occupé par les tutsis, responsables du chaos, de l’insécurité, des atrocités dépassant les films d’horreur, Mr. l’ambassadeur, votre discours est une insulte, un mépris pour la memoire des millions des victimes tombées à cause de la folie meurtrière de P.kagame,
    Mr. l’ambassadeur, parlez de la paix et de la sécurité intérieure veut dire soit vous mentez, soit vous habitez une autre planète, soit vous faites partie de ces LOBBYS POLITICOMAFFIEUX (D.Reynders, L et C.Michel, A.Flahaut…) qui aiment le Congo et non les Congolais.

  2. qui dit mieux! celle -ci est la voie marechale souhaitee par la majorite de notre people et incarnee par Etienne Tshisekedi wa Mulumba,les autres tentatives du pouvoir actuel qui visiblement refuse de se demettre en bloquant le processus electoral ne peut ouvrir le pays au cycle infernal des violences.

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...