jeudi, mai 13, 2021
DRC
30,429
Personnes infectées
Updated on 13 May 2021 à 2:23 2 h 23 min
DRC
3,113
Personnes en soins
Updated on 13 May 2021 à 2:23 2 h 23 min
DRC
26,541
Personnes guéries
Updated on 13 May 2021 à 2:23 2 h 23 min
DRC
775
Personnes mortes
Updated on 13 May 2021 à 2:23 2 h 23 min

Darryl Lewis libre aux USA…Retour sur l’arrestation de l’ex-Marine à Lubumbashi

- Publicité-

L’américain Darryl Lewis, 48 ans, soupçonné d’avoir été engagé comme mercenaire par Moïse Katumbi, a été renvoyé par les autorités congolaises aux USA au mois de juin. D’après l’avocat général de la République, l’instruction du dossier devrait se poursuivre par le biais d’une commission rogatoire.  Arrêté à Lubumbashi le 24 avril 2016, il avait transité dans les locaux de l’ANR à Kinshasa avant d’être transféré le lundi 30 mai  au Parquet Général de la République. Tout était parti d’une instruction donnée par Alexis Thambwe Mwamba, Ministre congolais de la justice,  le 4 mai 2016, au Procureur Général de la République afin d’ouvrir un dossier judiciaire au sujet des « mercenaires » qui seraient recrutés par Moise Katumbi ».

Dans un communiqué transmis notamment à Politico.cd, l’ambassade des USA à Kinshasa avait qualifié les propos d’Alexis Thambwe Mwamba des « fausses allégations ». Réagissant à son tour, le gouvernement de la RDC par le biais de son porte-parole et ministre de la Communication et des médias Lambert Mende, avait trouvé inapproprié de qualifier les propos de Thambwe Mwamba d’allégations « de lors que l’enquête judiciaire a été commandée suite aux déclarations faites par le sujet américain Darryl Lewis lui-même après avoir été pris en flagrant délit de troubles à l’ordre public à Lubumbashi (…).

Des collaborateurs et autres agents de sécurité congolais au service de Moïse Katumbi, arrêtés avec l’américain, sont encore en prison. Darryl Lewis, lui, a refait surface sur une vidéo aux côtés de Moïse Katumbi aux USA 14 juillet 16.

Retour sur l’arrestation de l’ex-marine

Nous sommes le 24 avril 2016 à Lubumbashi. C’est la journée dédiée à la commémoration de l’ouverture politique ayant inauguré le multipartisme en République démocratique du Congo. Malgré le fait que les manifestations programmées par l’opposition ont été interdites, Moïse Katumbi a donné rendez-vous aux lushois à la Kenya, une des bouillantes communes de la capitale économique de la RDC.

C’est Darryl Lewis qui s’occupe de la sécurité de l’ancien gouverneur quelques minutes avant le départ pour la Kenya. Empruntant une direction opposée à celle que devrait normalement prendre Moïse Katumbi, il embarque dans l’une des jeeps de la sécurité de Katumbi. Avec lui, toute une équipe des agents de sécurité de nationalité congolaise. Il suit attentivement les mouvements de la foule et de son client. Suivant le plan mis en place, la jeep à bord duquel l’ex-marine se trouve se gare assez loin du lieu du meeting. Exactement comme cela était prévu. C’est à cet endroit que Katumbi devrait le retrouver à la fin du meeting. Le dernier gouverneur du Katanga fait son choix. Ses adeptes s’y prêtent aussi avant qu’ils ne soient dispersés par la police. De fil en aiguille, les véhicules (des agents de sécurité de Katumbi) stationnés depuis quelques minutes aux environs du lieu du meeting attirent la curiosité des services de sécurité. Il s’en suit un contrôle d’identité, des questions… Darryl Lewis s’y perd ne comprenant ni swahili ni le français encore moins le lingala. La suite est connue!

Ange Kasongo

- Advertisement -
- Advertisement -

notre sélection