mercredi, septembre 30, 2020
DRC
10,659
Personnes infectées
Updated on 30 September 2020 à 17:03 17 h 03 min
DRC
248
Personnes en soins
Updated on 30 September 2020 à 17:03 17 h 03 min
DRC
10,139
Personnes guéries
Updated on 30 September 2020 à 17:03 17 h 03 min
DRC
272
Personnes mortes
Updated on 30 September 2020 à 17:03 17 h 03 min

Tribune : Le délai constitutionnel ne sera pas respecté ? Kamitatu répond à Shadari sur POLITICO.CD

- Publicité-

Les propos de Joseph Kabila à Kalemie sur la tenue des élections continuent à faire de vague. De Kindu où il se trouve, Emmanuel Ramazani Shadari, député et secrétaire Général Adjoint du PPRD, avait accordé une interview à POLITICO.CD, qui soutenait la position du chef de l’Etat. Il proposait même, au nom de son parti, que les élections locales inaugurent ce nouveau cycle électoral.

« Respecter le délai national signifie quoi ? Cela ne signifie plus rien dans ce pays parce que tous les paramètres sont clairs. Le délai constitutionnel ne sera pas respecté. Il n’y aura pas élection en décembre. Et il n’y aura rien. Il n’y aura ni chaos ni problème (…). Le Président reste en fonction jusqu’à l’installation du nouveau président élu. La CENI qui organise les élections nous a déjà dit que sur base d’éléments techniques pour aller à l’enrôlement il faut plusieurs paramètres. Il y aura ensuite un calendrier électoral et enfin des élections. Ils (opposants) sont à la recherche des postes. Nous parlons avec eux. C’est des amis et des collègues. Ils savent qu’il n’y aura pas élection, mais ils ne peuvent pas se taire parce que c’est des bonnes guerres. Nous le PPRD, nous allons demander qu’on commence avec les élections locales », avait-il dit.

Réagissant à ces propos, Olivier Kamitatu, Président de l’ARC et viec-Président du G7 s’est confié à POLITICO.CD à travers une tribune que vous retrouverez ci-dessous.

Texte intégral

« Le délai constitutionnel ne sera pas respecté » dit Ramazani Shadari. Cette affirmation est lancée avec tant d’arrogance et d’irresponsabilité qu’elle pourrait conduire à penser qu’avec ces gens-là le délai est un tout petit point de détail sans conséquence et sans importance !

Or, en prêtant serment devant Dieu et le peuple de « respecter et faire respecter la Constitution », Joseph Kabila a pris un engagement dont il ne peut s’exonérer d’un revers de la main. Il sait que la seule élection dont le calendrier est fixé par la Constitution est précisément celle qui le concerne : l’élection présidentielle. En tant que garant du bon fonctionnement des institutions et Chef de l’Exécutif et Magistrat Suprême, il est et demeure comptable devant la Nation du respect des dispositions constitutionnelles. A ce titre, il relève de son devoir d’éclairer le peuple sur ses intentions et son avenir !

Tous les Congolais – quelle que soit leur origine, leur niveau d’étude, leur statut, leur religion  – savent que le mandat du Président Congolais est de cinq années renouvelables une seule fois. « 5+5 = 10 pas 10,5 ou 11 ou plus ! »

Imagineriez-vous Barak Obama ou François Hollande annonçant au peuple américain ou français qu’ils vont ajouter quelques mois voire quelques années à leur mandat ?

Si Joseph Kabila et ses partisans sont incapables de respecter la constitution, ils doivent tout d’abord se dédouaner de l’intention manifeste qu’on leur prête d’avoir  délibérément et intentionnellement créer les conditions de ne pas organiser l’élection présidentielle dans les délais et éviter ainsi d’être passibles du crime de haute trahison. Ensuite, la morale voudrait qu’ils demandent pardon au peuple congolais pour leur incompétence avérée qui a provoqué tant de tensions et de drames. Enfin, faute de légitimité, ils doivent avoir le sens de l’honneur et de la dignité – je ne veux même pas parler de l’élégance – de remettre leur mandat au souverain primaire qu’ils ont voulu tromper !

Mais là nous serions dans le meilleur des mondes. Les postures de défi et l’arrogance de la Majorité Présidentielle nous oblige à considérer que le combat pour le respect de la Constitution, pour la Démocratie et pour la Liberté doit se poursuivre et s’intensifier sur tous les fronts !

- Advertisement -
- Advertisement -

6 Commentaires

  1. Ne bâtissons pas une présidence à vie bien que le conseil constitutionnel vient d’accorder à son géniteur une rallonge temporelle et indéfinie mais le peuple congolais se tiendrait au respect du délai fixé par la constitution à savoir ; le 20 décembre 2016 l’actuel Raïs devra quitter le pouvoir présidentiel conformément au nombre des mandats présidentiels fixé par la constitution !!!

    • moi je regrette beaucoup de sorte que kabila et tout ces acolytes ignorent la chasse de mobutu dans ce pays, l’arrestations des rebelles rwandais à kinshasa par les civiles et tout cette lutte de peuple congolais être mis à mal que pour protéger kabila et sa bande? toutes les conséquences qu’ont subit les mobutistes ce la ne servent à rien à kabila? Je voulais prendre la communauté internationale en témoin que mzée avait dit que le rwanda regret tairait son effacement dans la carte géographique, de même aussi que kabila regret tairait le jour de sa naissance et son aventure en république démocratique du Congo juste le 20 décembre 2016. Nous nous sommes prêt à mourir: nos familles, nos vies que de sauver notre patrie. On a plus peur de rien, kabila prépare toi ce jour là. Ne sort pas reste en fermer dans ta maison si non tu mourra.

  2. Qu’est-ce qu’une telle intelligence est allée faire à la MP et même au MLC avant ça? Un propos cohérent, logique, bien mesuré et pointu. Puisse la classe politique de l’opposition exploiter cette opinion et lui donner une suite concrète dans l’organisation des actions. Comment mettre en mouvement l’action publique pour crime de haute trahison, lorsque le pouvoir judiciaire est confisqué et pris en otage par le présumé coupable et que le Parlement ne représente et ne gère plus que les intérêts de ce dernier? L’impossibilité d’user des voies judiciaires pourra devenir une condition de réalisation de l’article 64 de la Constitution.

  3. Nous avons tout dit, de milliers de mot du dictionnaire français sont fini de nos bouches pour faire comprendre à nos frères que le respect des règles constitutionnelles est le seul pilier de la fondation de la démocratie. Laissons maintenant le monde ajouter les actes à nos paroles pour que la classe politique au pouvoir comprenne aujourd’hui que la nation congolaise est une nation mythique et que seul Dieu parle mieux lorsqu’il faut faire partir un dirigeant en RDC

  4. Mais qui est Shadari? C’est mosieur fait semblant. Cessez de trompé votre chef pour vos interêts ventral. N’organisé pas des élections jusqu’au 19/12/2016 et vous verrez la suite. Qui vivra! Verra! Merci !

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...