RDC : Les USA disent considérer « activement » la possibilité d’appliquer des sanctions !

CHARLOTTESVILLE, VA - OCTOBER 29:  U.S. President Barack Obama speaks while flanked by Rep. Tom Perriello (D-VA) during a campaign rally, on October 29, 2010 in Charlottesville, Va. Recent polls show Rep. Perriello trailing challenger Virginia State Senator Robert Hurt (R-VA). With mid-term elections approaching, President Obama has been campaigning for Democrats who may be in jeopardy of losing their seat.  (Photo by Mark Wilson/Getty Images)

Les USA affirment considérer « activement » la possibilité d’appliquer des sanctions contre la RDC. Citant un décret présidentiel américain sur le Congo-Kinshasa, l’ambassade des USA affirme que c’est pour « dissuader ceux qui prendraient part à des actions ou à des politiques qui minent le processus démocratique ou les institutions en RDC ou qui menacent la paix, la sécurité et la stabilité de la RDC ». Dans une déclaration rendue publique ce vendredi 13 mai 2016 dans l’après-midi, la représentation américaine à Kinshasa justifie cette sortie médiatique par « une demande de la part des médias concernant une prise possible de sanctions, l’ambassade des Etats-Unis a fourni la déclaration suivante, que nous aimerions mettre à la disposition du public. »

« Nous considérons activement la possibilité d’appliquer des sanctions en vertu du Décret présidentiel sur la RDC (E.O.13671), qui a été émis en 2014 pour actualiser un décret existant. Il vise à dissuader ceux qui prendraient part à des actions ou à des politiques qui minent le processus démocratique ou les institutions en RDC ou qui menacent la paix, la sécurité et la stabilité de la RDC. Nous en avons parlé au Président Kabila et à ses collaborateurs. Le Secrétaire d’Etat Kerry l’a rencontré il y a quelques semaines à New York et notre Envoyé Spécial pour la région des Grands Lacs, Tom Perriello, s’est engagé de façon proactive dans la région au cours des derniers mois. Nous espérons toujours pouvoir inciter le gouvernement de la RDC et le Président Kabila à faire ce qui est juste. La constitution de la RDC stipule clairement que le mandat du Président prend fin en décembre, et qu’une élection doit être organisée, et nous lui avons fait part de cela. Nous travaillons aussi étroitement avec nos partenaires internationaux afin d’assurer l’harmonisation de nos vues relativement à la question des sanctions. Jusqu’ici, aucune sanction n’a été applique en RDC en rapport avec le processus électoral en cours. »