mercredi, septembre 30, 2020
DRC
10,659
Personnes infectées
Updated on 30 September 2020 à 19:03 19 h 03 min
DRC
248
Personnes en soins
Updated on 30 September 2020 à 19:03 19 h 03 min
DRC
10,139
Personnes guéries
Updated on 30 September 2020 à 19:03 19 h 03 min
DRC
272
Personnes mortes
Updated on 30 September 2020 à 19:03 19 h 03 min

ONU : Le discours intégral de Joseph Kabila ce vendredi

- Publicité-

Plus de 170 Etats signe ce vendredi 22 avril au siège de l’Organisation des Nations Unies à New York (USA), l’accord international de Paris, conclu sur le climat en décembre 2015 pendant la COP21. Présent, Joseph Kabila s’est exprimé à cet effet. Le chef de l’Etat congolais a notamment insisté sur le transfert de technologie, le renforcement des capacités, le financement, etc.

Extrait:

« Dans cette perspective, le transfert de technologie, le renforcement des capacités, le financement, la résilience face aux changements climatiques, ainsi que le développement de sources d’énergie renouvelables sont ses principales priorités, tandis que ses ressources naturelles, importantes et variées, en font un membre déterminant du partenariat mondial contre le réchauffement climatique. »

Le discours en anglais et en français.

Mr. Secretary-General,

Fellow Heads of State and Government,

Ladies and gentlemen,

In addressing this august audience on behalf of the Democratic Republic of the Congo and the 48 Least Developed Countries worldwide, let me first convey our greatest appreciation to the Secretary-General of the United Nations and his team for organizing this event, taking the Paris momentum forward.

Mr. Secretary-General,

Four months ago, we applauded the greatest achievement of the multilateralism in recent history — The Paris Agreement. Through this multilateral, legally binding treaty, we unanimously agreed to urgently address climate change, and to send the needed signal to spur actions and investments towards a low-emission, resilient, and sustainable future.

- Advertisement -

The Group of Least Developed Countries, among the most progressive in the climate negotiations process, played a significant role, and successfully contributed to building important components of the Paris Agreement. Though it was not mandatory, 47 Least Developed Countries communicated their Intended Nationally Determined Contributions with ambitious, unconditional, and quantifiable elements.

Mr. Secretary-General,

For the Group of LDCs, today is not a mere symbolic event. It is an important opportunity to reaffirm the positive spirit and the narrative we created in Paris: Our commitment to collective action to move in one irreversible direction to secure a safer climate.

Today’s declarations of ambitious actions from the world leaders will send a strong signal that time has come to turn aspirations into concrete actions.

Today is an opportunity to outline our timetable for ensuring the agreement will have full force in international law, and will be implemented.

In this regard, Ministers from the Least Developed Countries met in Kinshasa early this month to reiterate their commitments to the Paris Agreement. They declared that their governments will take all necessary steps required for the ratification of the Paris Agreement as soon as possible.

- Publlicité-

In the coming years, the climate negotiations will further elaborate the details of the Paris Agreement to develop provisions for environmental and social integrity, set the structures for further increasing ambition, consistent with the long-term goals agreed in Paris, to hold global temperature increase to ‘well below’ 2 degrees Celsius, and to pursue efforts to limit temperature rise to 1.5 degree Celsius target. It will be critical to respond to the opportunities to communicate and implement new Nationally Determined Contributions every five years.

Needless to say that the Paris Agreement creates many challenges and opportunities for our economies. To reach many of the goals set by the Agreement, predictable and significantly increased financial flows, and other resources must be put in place, enabling robust action in our countries. Also, to enhance resilience capabilities to the adverse effects of climate change, enhanced actions on adaptation will be required.

Monsieur le Secrétaire Général,

Poursuivant ce mot, en ma qualité de Président de la République Démocratique du Congo, je m’empresse de vous transmettre les salutations des filles et fils de ce beau et grand pays, qui fondent beaucoup d’espoirs en l’Accord de Paris, dont mon pays s’engage à accélérer la ratification, et partant, l’entrée en vigueur.

La République Démocratique du Congo est consciente de la nécessité d’un effort mondial pour inverser les tendances du réchauffement de la planète. En témoignent les engagements ambitieux contenus dans sa Contribution Prévue Déterminée au niveau National de réduire ses émissions de gaz à effet serre de 17 % entre 2020 et 2030 par rapport au maintien du statu quo.

Cela représente un effort considérable pour un pays qui œuvre résolument pour sa reconstruction et son émergence.

Par cet effort exceptionnel qui, dans un partenariat renforcé, mobilise le Gouvernement, la Société civile et le Secteur privé, la République Démocratique du Congo entend démontrer sa volonté de soutenir l’effort mondial nécessaire pour maintenir le niveau de la hausse de température globale en dessous de 1,5 degré Celsius d’ici la fin du siècle, et garantir ainsi une vie meilleure aux générations futures.

Dans cette perspective, le transfert de technologie, le renforcement des capacités, le financement, la résilience face aux changements climatiques, ainsi que le développement de sources d’énergie renouvelables sont ses principales priorités, tandis que ses ressources naturelles, importantes et variées, en font un membre déterminant du partenariat mondial contre le réchauffement climatique.

La République Démocratique du Congo dispose d’un potentiel hydroélectrique estimé à plus de 100.000 Mégawatts, dont le développement est en mesure de subvenir non seulement à ses propres besoins, mais également à ceux de ses voisins et au-delà, induisant la dé-carbonisation du mix-énergétique de la région.

Il en est de même de ses immenses étendues forestières, de plus de 150 millions d’hectares, qui sont une excellente opportunité pour la séquestration du carbone dans le cadre de la réduction des émissions résultant de la déforestation et de la dégradation des forêts. Aussi s’est-elle engagée dans la voie de la gestion durable de ses forêts, sous-tendue par un cadre d’aménagement visant en priorité les forêts de production, et avec pour objectif, de garantir l’équité sociale et économique, ainsi que la satisfaction des besoins légitimes des communautés de base, qui demeurent les gardiens naturels desdites forêts.

Monsieur le Secrétaire Général,

Face au risque de pression supplémentaire sur le système de production agricole déjà fragile, d’insécurité alimentaire et de stress hydrique accru, notre devoir à tous est de surmonter l’égoïsme et de privilégier une coopération agissante mutuellement avantageuse.

Ensemble, et sans plus attendre, faisons preuve de responsabilité; respectons et mettons en œuvre l’Accord de Paris sur les Changements Climatiques.

Il en va de l’avenir de la progéniture de chacun de nous. Il en va de l’avenir même de l’humanité.

Je vous remercie

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...