Dans une réponse sur la venue du président congolais Félix Tshisekedi aux États-Unis, Robert Palladino, porte-parole adjoint du département d’État américain a indiqué que la première visite officielle de Félix Tshisekedi est prévue du 3 au 5 avril prochain.

“La semaine prochaine, nous accueillons le président de la République démocratique du Congo, Felix Tshisekedi, lors de sa première visite officielle aux États-Unis. Ce sera du 3 au 5 avril.”

Lors d’un point de presse du département d’État américain tenu le 26 mars par le média hub de cette structure politique des États-Unis, Palladino a indiqué que les États-Unis sont déterminés à travailler avec le régime de Félix Tshisekedi afin de relever les défis faisant partie des attentes du peuple congolais.

“Nous partageons l’intérêt du président Tshisekedi d’instaurer un partenariat solide entre les États-Unis et la République démocratique du Congo et nous sommes résolus à travailler avec lui pour faire progresser son programme de lutte contre la corruption, renforcer l’état de droit, renforcer la sécurité, protéger la personne humaine, de promouvoir la croissance économique en augmentant les investissements et les échanges extérieurs, en particulier avec les États-Unis”.

Le porte-parole adjoint du département d’État américain précise que le président congolais Félix Tshisekedi va au cours de sa visite, rencontrer le secrétaire général Mike Pompeo, ainsi que d’autres hauts responsables des cabinets des États-Unis et de haut niveau, afin de discuter de la coopération entre les États-Unis et la République démocratique du Congo dans divers domaines.

Les discussions vont notamment être basées sur les efforts déployés pour contenir l’épidémie d’Ebola dans la partie orientale de la République Démocratique du Congo précise la même source dans un compte rendu du point de presse lu par POLITICO.CD.

“Nous appuyons l’engagement du Président Tshisekedi à apporter les changements que le peuple congolais souhaite et mérite, et nous partageons l’intérêt commun de réaliser le potentiel du Congo-Kinshasa et de créer un avenir meilleur et plus prospère” a conclut Robert Palladino.

Fiston Mahamba (@FMLarousse) | POLITICO.CD