24.5 C
Kinshasa

Le Groupe Léopards

dimanche, mars 29, 2020
Publicité

RDC : un rapport conseille au Gouvernement sud-africain de se désengager du projet Inga III

L’engagement du Gouvernement sud-africain d’acheter 2,5 GW d’électricité du méga projet hydroélectrique Inga III, proposé en République démocratique du Congo, est sérieusement menacé par un rapport affirmant que l’électricité issue de ce projet, que les auteurs trouvent controversé, serait probablement plus chère que d’autres sources domestiques. Elle pourrait bientôt devenir complètement inutile, car les centrales locales de Medupi et Kusile ainsi que l’augmentation de la production d’énergie renouvelable finiront par être mises en service.

Selon le journal sud-africain Daily Maverick, l’engagement de Pretoria dans ce projet pourrait coûter à l’Afrique du Sud 175 millions de rands par an de plus que la production locale de la même quantité d’électricité. 

L’achat d’Inga III obligerait l’Afrique du Sud à mettre en place des milliards de rands pour construire des milliers de kilomètres de lignes de transmission à partir du fleuve Congo. 

L’Afrique du Sud devrait donc rester à l’écart du projet, conclut un nouveau rapport publié jeudi 19 mars 2020. 

Le rapport «J’ai besoin de toi; Je n’ai pas besoin de toi; Afrique du Sud et Inga III » publié par le Congo Research Group (CRG) basé aux États-Unis et Phuzumoyo Consulting basée au Cap, note que la commission du portefeuille énergétique du Parlement et un haut responsable d’Eskom ont conseillé au gouvernement d’annuler son engagement.

Un projet avec un coût d’environ 4 milliards de dollars

Malgré ce rapport, le président sud-africain Cyril Ramaphosa semble déterminé à aller de l’avant avec l’engagement qui avait été initialement donné à la RDC par Jacob Zuma, alors président.

“Les auteurs du rapport soutiennent que l’électricité issue du projet controversé serait probablement plus chère que d’autres sources domestiques et pourrait bientôt devenir complètement inutile car les centrales locales de Medupi et Kusile et l’augmentation de la production d’énergie renouvelable finiront par être mises en service,” indique Daily Maverick.

Et de poursuivre:

“Le coût en capital de la construction des lignes de transmission serait d’environ 4 milliards de dollars (actuellement environ 70 milliards de rands) selon le groupe de défense de l’environnement International Rivers. Le coût éventuel dépendrait toutefois de plusieurs facteurs, dont le trajet emprunté par les lignes électriques. Eskom a calculé qu’il hébergerait un lourd R7-million par kilomètre”.

Le rapport note que la RDC compte apparemment sur l’engagement de l’Afrique du Sud en tant que client principal avant de commencer le projet. Les centrales hydroélectriques d’Inga I et d’Inga II produisent déjà de l’électricité à partir des énormes chutes d’Inga en aval de Kinshasa. Inga III est destiné à ajouter 4,8 GW supplémentaires – ou peut-être jusqu’à 11 GW. 

Les ingénieurs ont estimé que les chutes sont capables de générer jusqu’à 40 GW et il est prévu de construire plus de barrages et de centrales hydroélectriques pour réaliser ce potentiel. 

Les auteurs de I Need You, I Don’t Need You concluent que, parce que l’achat d’électricité Inga III n’a pas de sens économique, l’engagement de Pretoria semble reposer principalement sur des raisons de politique étrangère, y compris la solidarité avec le continent.

Ils notent que Jeff Radebe, alors ministre de l’Énergie, a justifié l’engagement d’Inga III envers un comité de portefeuille parlementaire sceptique en octobre 2018 en disant:
«Inga est un très bon projet pour nous, pour la SADC et pour l’Afrique. Il fait partie de l’Agenda 2063. À la Banque africaine de développement, c’est l’une des principales priorités du nouveau patron là-bas. Il est dans l’intérêt de tous les Africains qu’elle soit mise en œuvre dès que possible. », note Peter Fabricious, l’auteur de l’article.

Les congolais bénéficieront à peine du projet Inga III

Le rapport indique, cependant, que l’achat d’Inga III n’a aucun sens environnemental ou social, ni pour l’Afrique du Sud ni pour la RDC, car les Congolais, dont la plupart n’ont pas accès à l’électricité, en bénéficieront à peine. La majeure partie de l’électricité sera exportée ou vendue à des entreprises telles que les sociétés minières. 
Les barrages et les lignes de transmission endommageront également les écosystèmes, a-t-on prétendu. 

“Dans le meilleur des cas, Inga III pourrait fournir de l’électricité supplémentaire à la compagnie nationale d’électricité sud-africaine assiégée, [Eskom], quoique très probablement à un coût plus élevé que d’autres sources et à un moment où l’approvisionnement en électricité devient plus abondant et diversifié », dit le rapport. 

«Dans le pire des cas, l’Afrique du Sud s’engagera à acheter l’électricité dont elle n’a peut-être pas besoin, à un prix plus élevé que d’autres sources, et à se rendre complice de dommages importants aux communautés congolaises et à l’environnement.».

Le rapport retrace l’engagement ondulant de l’Afrique du Sud envers Inga III, à partir de 2011 avec la signature par Zuma et le président de la RDC Joseph Kabila d’un accord-cadre. En octobre 2013, ils ont signé le Traité du Grand Inga dans lequel l’Afrique du Sud s’est engagée à acheter 2,5 GW de la production totale prévue de 4,8 GW à Inga III. L’Afrique du Sud a également acquis l’option d’acheter de 20% à 30% d’électricité supplémentaire à partir d’autres phases du programme Grand Inga si celles-ci se concrétisaient.

À l’époque, cet accord suscitait de nombreux soupçons, suggérant que Zuma s’était engagé en échange d’accords commerciaux en RDC pour son neveu.

Ramaphosa maintient le projet malgré l’opposition de l’ANC

Pourtant, Ramaphosa a maintenu son engagement, malgré l’opposition même de son propre parti. Le rapport note qu’en novembre 2018, même la commission parlementaire du portefeuille de l’énergie – qui comprend des membres de l’ANC au pouvoir – a pressé le gouvernement d’annuler son achat d’électricité Inga III et d’investir, à la place, dans la production d’électricité domestique qui serait moins chère, plus fiable et créer plus d’emplois.

C’était après qu’un haut responsable du ministère de l’Énergie ait déclaré au comité que l’électricité d’Inga coûterait de deux à trois cents le kWh de plus que le scénario le plus bas, augmentant la facture énergétique nationale d’environ 175 millions de rands par an. 

Le rapport enregistre comment Mbulelo Kibido, responsable de la planification du réseau d’Eskom, a critiqué la puissance d’Inga III comme étant chère et inutile. 

Il a déclaré, aux auteurs en août 2018, qu’une ligne de transmission entièrement nouvelle devrait être érigée d’Inga III à travers la Zambie en Afrique du Sud – une distance de plusieurs milliers de kilomètres pour un coût de 7 millions de rands par kilomètre. Ce montant excluait de nombreuses sous-stations en cours de route, chacune avec deux transformateurs qui coûteraient environ R400 chacun.

“Nous n’avons tout simplement pas ce genre d’argent”, a déclaré Kibido aux auteurs.

Il a ajouté que l’Afrique du Sud n’avait pas besoin de plus d’électricité, car les centrales au charbon de Medudi et Kusile ajouteraient 11 GW au réseau national lorsqu’elles seraient prêtes.

«Nous voulons vendre de l’électricité, pas l’acheter. Inga n’a aucun sens commercial pour nous. Et il n’y a pas de budget pour cela. ».

Le rapport suggère que le Mozambique et la Namibie voisins ajouteront plus d’électricité au cours des prochaines années, produisant un excédent régional d’électricité. 

Malgré ces craintes, Pretoria a écrit à la RDC en décembre 2018, quelques jours seulement avant les élections de ce pays, proposant de doubler sa promesse en achetant 5 GW de puissance Inga III, selon le rapport.

Cependant, dans son dernier plan de ressources intégré (IRP) définissant les futures sources d’énergie, le 18 octobre 2019, le gouvernement est revenu à l’engagement de 2,5 GW, “un signe … que le gouvernement avait pris en compte toutes les critiques concernant Inga”, écrivent les auteurs.

Néanmoins, Ramaphosa a réitéré l’engagement de son gouvernement envers Inga III lors du sommet de l’Union africaine de février 2020 à Addis-Abeba, note le rapport. 

“Le gouvernement dit qu’il veut que Inga III se produise parce qu’il aidera l’industrialisation de l’Afrique, contribuera à diversifier le mix énergétique de l’Afrique du Sud et augmentera la part du total sud-africain fournie par les sources renouvelables”, indique le rapport.

L’Afrique du Sud craint pour les dommages à sa réputation en Afrique

Mais, ils croient que la vraie raison de l’engagement continu de Ramaphosa envers Inga III est que son gouvernement craint les dommages à la réputation qu’il subirait s’il avait l’impression qu’il abandonnait son engagement post-apartheid pour aider à stimuler le développement économique de l’Afrique.

Inga a acquis un statut presque mythique avec de nombreuses prédictions aux yeux étoilés qui pourraient éclairer une grande partie de l’Afrique et même exporter de l’énergie au-delà du continent. 
Le projet Inga III est sur la planche à dessin depuis le début des années 1990. Mais, l’engagement de l’Afrique du Sud d’acheter au moins 2,5 GW a semblé le pousser à plus grande action et il a nommé deux consortiums d’entreprises de construction, un principalement espagnol et un chinois, pour construire la plante.

en 2015, Kabila avait transféré la gestion du projet dans son propre bureau

En 2015, après que Kabila a transféré la gestion du projet dans son propre bureau, la Banque mondiale, craignant la corruption, a suspendu une subvention de 73 millions de dollars pour financer les appels d’offres et les études d’impact et de faisabilité critiques.

Kinshasa a néanmoins progressé, demandant aux deux consortiums de fusionner leurs propositions en 2017 et proposant d’agrandir la centrale hydroélectrique pour produire au moins 10 GW d’électricité à un coût d’environ 13,9 milliards de dollars. 
C’est ce qui a incité apparemment l’idée de doubler le rachat de SA à 5GW.
Cependant, le rapport indique que le nouveau président de la RDC, Felix Tshisekedi, semble moins ambitieux et s’est retiré de ce plan, suggérant en décembre 2019 que la RDC devrait commencer avec la proposition initiale d’une usine de 4,8 GW et, éventuellement, se développer plus tard. 

Le rapport se demande si les consortiums de construction qui sont censés construire le barrage et l’usine accepteront cette proposition, car ils ont insisté pour que le projet soit plus que doublé pour le rendre financièrement viable pour eux. 

Thierry Mfundu

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

notre sélection

Le ministre Molendo Sakombi n’a pas le Coronavirus!

Contrairement à des rumeurs répandues dans la journée du lundi à travers les réseaux sociaux en République démocratique du Congo, le ministre...

RDC: Condamné à 5 ans de prison, Oly Ilunga dénonce des “poursuites judiciaires politiquement engagées “

L'ancien ministre de la Santé, Oly Ilunga, dénonce des vices de procédure dans l'arrêt rendu le 23 mars 2020 par la...

RDC: Inauguration de la Clinique de Panzi du Dr Mukwege à Kinshasa

L'inauguration consacre la promesse du premier prix Nobel congolais au développement d’un nouveau One Stop Center dans la capitale congolaise de plus...