En RDC, la sortie du premier gouvernement sous l’ère du Président Félix Tshisekedi continue à défrayer la chronique. Pour l’analyste politique Pasteur Daisyre Musasa, il se dégage que l’autorité morale du Front commun pour le Congo a sanctionné les ténors de sa plateforme ayant contribué à son échec.

« Avec l’exclusion au gouvernement des têtes couronnées du FCC, Joseph Kabila, nous a clairement dit, voilà ceux qui ont gêné mon règne et m’ont empêché de bien travailler » estime le Pasteur Daisyre Musasa.

Pour soutenir sa thèse, l’analyste évoque le regret de l’ancien président de n’avoir pas réussi à changer l’homme congolais. Aussi Joseph Kabila ne cessait de répéter à qui veut l’entendre le fait de n’avoir pas trouvé ne fut-ce que 15 personnes de confiance autour de lui.

Il s’agit là, d’après le pasteur Daisyre Musasa, « du mea culpa d’un homme qui exprime son regret vis-à-vis de ceux qui lui auraient constitué une base arrière de réussite, mais hélas

Aux caciques du FCC rescapés du gouvernement, le Pasteur Daisyre Musasa, formule une mise en garde: « nous croyons qu’ils auront compris la leçon. Ils sont appelés à s’adapter à la vitesse actuelle, et suivre attentivement la ligne de conduite du nouveau patron de la RDC

Le pasteur note cependant que: « Parmi eux, il y a de bons, tout comme de mauvais, mais, le pays ayant été consacré à l’Éternel, ils doivent adopter une nouvelle culture en mettant en avant plan les intérêts du peuple. Non aux anti-valeurs du passé qu’eux-mêmes avaient établies en mode de gestion .» a-t-il exhorté.

Junior Ngandu | Politico.cd◼