La restitution du secrétaire Général Augustin Kabuya à la base de l’UDPS samedi 17 août 2019 a laissé entendre que dans le partage du quota des postes ministériels au prochain gouvernement Ilunkamba, obtenu à la suite des négociations avec l’UNC, un ministère est réservé à la Commission Electorale Permanente que dirige Jacquemin Shabani.

Une déclaration qui au lieu de rassurer, a encore augmenté les inquiétudes des membres de la CEP avec lesquels Augustin Kabuya et le président a.i de l’UDPS Jean-Marc Kabund sont en froid depuis l’épisode de la succession de Félix Tshisekedi à la tête de ce parti. Le secrétaire général de la CEP a affirmé que samedi, Augustin Kabuya n’a pas dit toute la vérité aux militants :

” Ce que le secrétaire général a officiellement annoncé ce que la CEP avait un quota d’un ministère et qu’il avait consulté, plus ou moins, chaque structure et que chaque structure s’est réunie pour désigner ces candidats. On a tout simplement constaté que cette même opération ne s’est pas réalisée avec la CEP. C’est cela qui constitue l’inquiétude“, a déclaré Jean-Claude Tshilumbayi, sur Top Congo.

Son inquiétude, c’est devoir l’exécutif national du parti esquiver les instances de la CEP pour designer un des ses membres à sa guise, alors que toutes les structures du parti ont bénéficié d’une liberté de désigner chacune son ou ses candidats.

On ne peut pas dire que c’est un ministère de la CEP et aller au sein de la CEP désigner qui on veut », a fait observer le secrétaire général de la CEP.

Pour tenter d’étouffer ce qu’il s’est gardé de qualifier de “débauchage”, Jean-Claude Tshilumbayi, a précisé qu‘” au niveau de la CEP, nous avions une instruction claire. Aucun membre de la CEP n’avait le droit d’aller mener des démarches parallèles. Nous nous sommes adressés à l’autorité (Félix Tshisekedi). Notre correspondance avait également été adressée au secrétaire général du parti”.

Et de rappeler, « la CEP, à sa dernière plénière, avait à l’unanimité, désigné maître Jacquemain Shabani comme candidat ministre pour son compte. Nous pensons seulement que la volonté de la plénière de la CEP devra être respectée ».