Depuis qu’une motion a été évoquée le 7 Juin dernier à l’endroit du Chef de l’état Felix Tshisekedi, Jeannine Mabunda, présidente de l’assemblée nationale vit une ère très délicate.

Le président de la République Felix Tshisekedi a signé deux ordonnances portant nominations des nouveaux comités d’administration à la SNCC et de la Gécamines à partir du moment où cette nomination a été contresignée par le premier ministre démissionnaire alors que la lecture à la télévision publique, le porte parole du Chef de l’État parlait d’un contreseing du directeur de cabinet.

Après la motion incidentielle soulevée par cette question était échangée au niveau de la chambre basse du parlement, le Député Charles Nawej du FCC ayant pris la parole et aurait qualifié FélixTshisekedi d’avoir agit dans l’inconscience.

Cette nouvelle n’a pas laissé les cadres et militants de l’UDPS indifférent car pour ces derniers, c’est un outrage au Chef de l’Etat. Ils sont descendus au palais du peuple en masse en tabassant des deputés, lançant des pierres sur leurs véhicules et injuriant au propre comme au figuré la présidente de l’assemblée nationale.

Et pour cause ? Le seul péché qu’aurait commis Jeannine Mabunda présidente du bureau de l’assemblée nationale, membre du FCC, aux des combattants de l’UDPS c’est le fait d’avoir laissé les députés tenir des propos outrageux à l’endroit du président de la République sans pouvoir les rappeler à l’ordre ou interrompre le débat.

Cette attitude a mis la poudre au feu jusqu’au point où les militants de l’UDPS sont allés faire du sit in au palais du peuple afin de rappeler aux membres du bureau de l’assemblée nationale leur rôle et limite en ce qui concerne le contrôle parlementaire.

Pendant que les cadres, militants et même les Députés du CACH multiplient les manifestations et déclarations dans plusieurs médias locaux et internationaux pour soutenir leur leader Felix Tshisekedi.

Qu’ont fait les caciques du FCC pour soutenir la leur ?
Rien. Et pourquoi ce silence radio ?

À partir du moment où tout le monde sait que le FCC a toujours été sensible lorsqu’une situation est en leur défaveur et qu’il est très habitué aux déclarations publiques en terme de réplique.

Ceci ne montre pas à suffisance que MABUNDA n’a pas vraisemblablement un vrai soutien de sa famille politique ?

Car ce silence radio inquiéte et fait réfléchir.
En a croire que le choix qu’avait fait Joseph Kabila sur MABUNDA n’a pas fait l’unanimité dans l’assemblée de sa famille politique. Pour preuve, il ya eu des accrochages politiques au sein même de sa plate-forme politique où Thomas Lokondo s’est présenté comme candidat président au même poste MABUNDA.

Cette attitude devrait sans doute faire réfléchir Jeanine MABUNDA sur sa position stratégique dans les institutions et même temps sur l’hypocrisie qui règne au sein de sa famille politique.

Malgré le feu allumé, le Bureau de l’assemblée nationale a afin éclaircit l’opinion sur leur rôle et limitation quant à ce qui concerne le contrôle parlementaire et que la décision prise par le Chef de l’état ne peut en aucun cas être considéré comme un acte anti constitutionnel.

Et pire encore même les membres de son bureau ne l’ont pas défendu en l’occurrence JM Kabund, son 1er vice président. Alors que ce sont les militants du parti dont il est président intérimaire manifestent à l’extérieur de l’assemblée, ce dernier qui n’a pas pu les calmer à préférer s’en prendre à Jeanine Mabunda la laissant en proie aux extrémistes de l’UDPS.
“Je suis membre du bureau, c’est quand-même déplorable ce qui est arrivé ce jour-là parce que moi-même étant membre du bureau, quand il y a une motion pareille, je devais être mis au courant. Ce qui n’a pas été fait. Ce dont je suis personnellement frustré, cette attitude de vouloir bien faire les choses en cachette, boutiquer des choses alors que nous sommes membres d’un bureau et ça devait être discuté ensemble dans la mesure où le chef de l’État n’est pas comptable devant l’Assemblée nationale”, va-t-il déclarer à un média de la place.

Il a même le culot de dire la main sur le coeur : “Tout ce qui a été fait, c’est clairement établi que ça été boutiqué. J’ai toutes les informations possibles et à la limite je pourrais calmer les combattants”.
Et de renchérir : “Vous savez le chef de l’État est à la tête d’un parti de masse. C’est pas facile de l’attaquer comme ça parce que vous avez une majorité et en fin de compte, on vit des choses comme ça. Moi-même je suis pris à partie par les mêmes jeunes. Ils reconnaissent en moi un homme intègre, quelqu’un qui n’a jamais comploté contre le chef de l’État, je suis un homme de conviction. Je fais ce que mon intime conviction me demande de faire”.

Tout ce verbiage creux et vide tant à confirmer l’hypothèse selon laquelle le Vice-Président de l’assemblée ne maîtrise rien du règlement de celle qui est censé faire respecter.

D’abord, Jean-Marc Kabund sait que c’est le député MLC Léon Mondole qui est intervenu par motion incidentielle pour demander à la chambre basse «de formuler une recommandation par laquelle on demanderait au président de la République, Félix Tshisekedi, de rapporter ces ordonnances des nominations des animateurs de la Société Nationale des Chemins de Fer et de la Gecamines».

Dans la pratique, cette motion ne se rejette pas sans être soumise au vote. Dabord, elle suspend le cours normal de la plénière jusquà ce quelle soit vidée.
Mais, auparavant, elle fait objet d’un débat entre les pour et les contre.

Nul n’est besoin de la boutiquer ou de l’avaliser par un quelconque bureau fut il de l’assemblée nationale.
Étant député du MLC, il y a lieu de penser que ce dernier n’a pas manigancer un coup foireux avec le FCC contre le Chef de l’Etat.

Il y a de quoi rire évidemment si seulement le député Mondole ose s’attaquer devant l’organe de la loi contre JM Kabund. Ce dernier s’en sortirait sûrement en y laissant des plumes.

La procédure veut qu’une fois la motion mise en branle, les députés s’estimant lésés ont tout le loisir de la bloquer en participant activement au débat.
Quont-ils fait, Jean-Marc Kabund et le groupe parlementaire Udps et Alliés en observant la tournure des événements ? Rien. Ils se sont retrouvés sans doute sur une terre inconnue.

Habituées aux lois de la rue, ils ignorent complètement celles de l’hémicycle. Et JM Kabund déjà étourdis par les débacles des élections aux niveaux des bureaux des assemblées provinciales, l’échec de l’UDPS aux sénatoriales, attaqué en interne du parti par Jacquemain Shabani et fils Mukoko, n’ayant plus aucune mise sur les irréductibles combattants, a préféré jetter Jeanine Mabunda à la pâture.
Question sans doute de se faire une conscience mais en a-t-il seulement?

TBM